Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Les dirigeants en 2023 : entre optimisme et inquiétudes !

Malgré une inflation qui se poursuit et notamment l’augmentation des prix de l’énergie qui pèse de plus en plus sur le quotidien des Français, les dirigeants d’entreprise abordent 2023 plutôt sereinement. Entre rétention des talents à tout prix, nouvelles stratégies de recrutement et pérennisation de l’activité dans un climat social dense, les défis à relever seront cette année encore nombreux.

Partenaire de la performance des organisations et de leurs dirigeants, le groupe de conseil et services RH Grant Alexander partage les résultats d’une étude exclusive destinée à évaluer l’état d’esprit mais aussi les aspirations des dirigeants pour 2023 et la façon dont ils appréhendent concrètement cette nouvelle année au niveau des ressources humaines.

Cette étude a été menée par OpinionWay auprès d’un échantillon de 403 dirigeants. Tous les répondants travaillent dans des entreprises du secteur privé de 50 salariés et plus. Ces entretiens ont été menés entre le 4 et le 20 novembre 2022.

La crise économique et énergétique, catalyseur d’angoisses

De nombreuses inquiétudes demeurent à l’esprit des dirigeants. Ainsi, pour huit répondants sur dix, l’évolution des prix de l’énergie est leur plus grande préoccupation. La récession économique représente, elle aussi, une source d’inquiétude importante pour les dirigeants (62%).

Dans le contexte inflationniste actuel, un dirigeant sur cinq en vient à douter de la viabilité de son entreprise. L’enquête OpinionWay relève d’ailleurs que ce doute habite davantage les dirigeants masculins que leurs homologues féminins (22 contre 12%).

Bien entendu, les challenges endogènes à l’entreprise demeurent très présents dans la tête des chefs d’entreprise. En effet, alors que la France a connu en début d’année 2022 des chiffres historiques en matière de démission, un dirigeant sur trois s’attend à devoir gérer davantage de démissions en 2023. Aussi, 76% des dirigeants craignent de rencontrer des difficultés de recrutement au cours de l’année à venir. Ils s’attendent aussi, pour 70% d’entre eux, à devoir gérer un nombre important de demandes d’augmentation.

Fidéliser les équipes, la priorité RH n°1 de 2023

Questionnés sur les principaux enjeux RH de la rentrée 2023, les dirigeants identifient à la première place le fait de donner aux collaborateurs l’envie de rester (60%). Vient ensuite le renforcement de la cohésion des effectifs (55%), potentiellement mise à mal depuis l’explosion du télétravail et l’important turnover subi par les entreprises. Toujours dans cette optique de fidéliser les talents, la formation, elle aussi, est un axe prioritaire, puisque 45% des dirigeants retiennent le développement de compétences métier des équipes comme enjeu majeur.

La captation de nouveaux talents, quant à elle, est retenue par 40% des répondants. En effet, interrogés sur leurs intentions de recrutement, une large majorité (84%) des dirigeants prévoit de recruter des salariés au cours de l’année. En moyenne, ils prévoient d’embaucher 20 nouveaux collaborateurs.

Pour autant, l’aspect financier n’est pas oublié puisque 39% des dirigeants estiment que l’augmentation de la rémunération des équipes (salaires, primes…) fait partie des enjeux RH majeurs aujourd’hui. 15% d’entre eux seraient même prêts à se « sacrifier » en Codir/Comex en proposant de réduire leur rémunération pour accorder des augmentations aux équipes !

Deux types de profils indispensables en 2023 : les optimistes et les débutants !

Les dirigeants ont l’intention de recruter et semblent également tout à fait au clair quant aux profils qu’ils recherchent en priorité : des collaborateurs avec de la motivation à revendre et avec l’envie d’apprendre ! Ainsi, les profils dits optimistes (53%) et débutants (51%) sont de loin les plus demandés, devant les talents avec davantage d’expérience (35%).

Conscients de la nécessité de s’adapter, voire de réinventer leur management pour capter une nouvelle génération de talents, les dirigeants font évoluer leur vision du métier. Pour preuve, des priorités telles que la quête de sens et la recherche d’un meilleur équilibre vie privée – vie professionnelle, sujets largement discutés depuis quelques années, seraient désormais prises en compte par plus d’un dirigeant sur quatre (27% ex- aequo).

Des dirigeants globalement optimistes et prêts à faire bouger les lignes

Interrogés sur leur état d’esprit global à la perspective de la rentrée 2023, trois dirigeants sur quatre déclarent être optimistes (74%). Bien que ce score chute de 13 points par rapport à septembre 2021, le niveau reste élevé, preuve d’une forme de résilience de leur part.

Fort de cet état d’esprit positif, la grande majorité des dirigeants affirment ne pas souhaiter quitter leur entreprise, que ce soit pour un projet personnel (78%) ou pour changer de carrière (84%). On relève également que les femmes semblent davantage attachées à leur poste, et ne souhaitent pas le quitter pour changer de carrière (89% contre 80% des hommes).

Abordant l’avenir avec optimisme, les dirigeants semblent dans le bon état d’esprit pour faire évoluer leur vision et leurs pratiques. Ainsi, 62% souhaitent explorer une quête de sens dans le cadre professionnel et aspirent par exemple à des projets de type mécénat de compétences. Également, plus d’un dirigeant sur trois (35%) serait prêt à se faire accompagner pour mieux gérer les nouveaux modes de relation avec les salariés, preuve que ces derniers sont lucides sur le tournant à prendre en 2023 et souhaitent se donner les moyens de le réussir.

Enfin, 22% des dirigeants témoignent de leur besoin de prendre du recul face à l’opérationnel et pourraient décider de rejoindre le Conseil de surveillance.

« Le maître mot que nous souhaitons retenir de cette enquête est résolument l’optimisme ! Que ce soit leur état d’esprit général ou ce qu’ils recherchent chez les collaborateurs amenés à les rejoindre au cours de l’année, les dirigeants sont conscients qu’ils auront besoin de ce regard positif pour relever tous les challenges de 2023 et pérenniser l’activité dans un contexte économique et social toujours aussi riche en mutations », conclut Henri Vidalinc, président de Grant Alexander.

 

Lire la suite...


Articles en relation