Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Les startups, l'inclusion et la diversité : Etat des lieux de la diversité en France et leviers activables

Extrait des résultats de l'enquête sur les startups, l'inclusion et la diversité, menée par PwC et Occurence pour Diversidays sur les startups, l'inclusion et la diversité.

Une étude en 2 volets : un état des lieux de la perception qu'ont les actifs français des startups et un guide des meilleures pratiques en faveur d'un écosystème Tech plus inclusif.

Pour Anthony Babkine et Mounira Hamdi, co-fondateurs de Diversidays : « Les entreprises à composition fortement diversifiée sont 45% plus susceptibles d'afficher une croissance de leur part de marché par rapport à l'année précédente et 70% plus susceptibles de conquérir un nouveau marché. C'est logique : rassembler des profils différents permet de nourrir son activité de points de vue variés, faits de parcours et d'expériences divers qui se complètent. Cette étude souligne un net décalage entre la perception positive de cet écosystème et les inégalités qui existent dans les faits. Au-delà des chiffres, nous avons souhaité avec Occurrence et PwC éclairer les entreprises en recensant les meilleures pratiques de l'écosystème, pour permettre à chacune de se situer et de progresser concrètement sur le sujet. »

Un net décalage entre la perception positive de cet écosystème et les inégalités qui existent dans les faits

  • 81% des actifs français ont une opinion positive des startups, soit 8 personnes interrogées, sur 10.

  • Pourtant, cet écosystème reproduit des inégalités. Les salariés français ne sont que 20% à avoir postulé ou envisagé de travailler dans une startup. Quand on leur demande les critères susceptibles de restreindre le recrutement au sein de ces entreprises, les salariés évoquent le niveau de diplôme (pour 50% d'entre eux), l'âge (48%), l'origine géographique (16%), l'origine sociale (15%), l'origine ethnique (14%) et enfin le genre (14%).

  • Pour celles et ceux qui envisagent de postuler, le risque perçu d'être confronté à une situation de discrimination est grand : les salariés des startups sont 39% à déclarer en avoir été victime, et 40% à en avoir été le témoin.

  • Comme les grandes entreprises, les startups interrogées perçoivent l'inclusion et la diversité comme un sujet important, vecteur de rétention des talents, de croissance et de performance. Pourtant, la proactivité des startups sur ces enjeux est encore très hétérogène. Certaines startups commencent à adopter de bonnes pratiques, mais toutes les startups n'en ont pas encore fait une priorité stratégique déclinée en actions concrètes.

C'est un fait : l'inclusion et la diversité sont devenues un sujet important pour les startups. Pourtant, ces actrices clés du secteur tech ne jouent pas encore véritablement le jeu de l'inclusion. Au-delà de la volonté, des actions concrètes sont nécessaires pour faire une place à chacun dans cet écosystème. Ainsi, Diversidays propose 5 grandes recommandations à destination de tout l'écosystème pour avancer ensemble :

  1. Porter au plus haut niveau de l'entreprise l'ambition D&I et parier sur l'intelligence collective et la dynamique de groupe.

  2. Saisir l'opportunité du recrutement comme un moment clé pour accueillir des talents diversifiés.

  3. Se faire accompagner grâce au support de tous les acteurs engagés et des outils adéquats (par exemple, Tech Your Place).

  4. Encourager les fonds d'investissement à se positionner pour imposer un changement de fonds à l'égard de ces enjeux, en l'absence de contraintes légales suffisamment incitatives.

  5. Mettre en place des critères D&I dans le cadre des classements Next 40 et Next 120 pour intégrer ces classifications.

 

Lire la suite...


Articles en relation