Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] L’action climatique des entreprises dont les dirigeants ont été exposés à des températures anormales

Les dirigeants exposés à des températures anormalement élevées réduisent davantage les émissions de carbone de leur entreprise.

Alors que l’Europe a enregistré des températures sans précédent cet été et que le réchauffement climatique devient une réalité palpable pour de nombreuses populations, une étude récente révèle toutefois un impact positif de l’expérience des températures anormalement élevées par les dirigeants d’entreprise.

Les professeurs Alexandre Garel (Audencia) et Arthur Petit-Romec (Toulouse Business School) ont observé un lien direct entre l’exposition des dirigeants d’entreprises à des températures anormalement élevées et la diminution des émissions en carbone de leurs entreprises, suivant cette exposition.

Ainsi, il semblerait que les dirigeants révisent leur perception de la réalité du réchauffement climatique et, par conséquent, sont plus susceptibles d’initier des actions concrètes pour diminuer leurs émissions.

L’analyse repose sur un ensemble de recherches émergentes sur l'effet du "réchauffement local", qui suggère que les jugements des gens sur le réchauffement climatique et ses conséquences sont influencés par les températures locales récentes.

L’étude considère qu'un dirigeant a été exposé à une température anormalement élevée si la température dans la ville où il réside au cours des douze derniers mois est supérieure d’au moins 2 degrés Fahrenheit par rapport à la température moyenne observée pour le même mois de l'année et la température annuelle moyenne au cours des dix dernières années. Les émissions de carbone sont mises à l'échelle en fonction de la taille de l'entreprise afin de tenir compte du fait que les grandes entreprises ont tendance à avoir des niveaux d'émission plus élevés.

En se basant sur un échantillon de 647 entreprises américaines cotées, étudiées sur la période 2002-2018, les chercheurs ont constaté que dans les deux années suivant l'expérience des chaleurs accrues par leur dirigeant, les entreprises réduisent en moyenne leurs émissions de carbone de 27 tonnes par million de dollars d'actifs par rapport aux entreprises dont les PDG n'ont pas été exposés à des températures anormalement élevées.

Alexandre Garel constate : « Cet effet est considérable puisqu'il représente plus de 10% de l'écart-type de l'intensité des émissions de carbone dans notre échantillon et correspond à une diminution des émissions de 378 000 tonnes. Nos résultats mettent en lumière le rôle joué par l'expérience personnelle des PDG en matière de changement climatique dans la réduction des émissions de carbone des entreprises. »

Le professeur poursuit : « Notre étude donne une image mitigée de l'engagement des entreprises à agir sur le changement climatique. Mais elle permet de prédire qu’à mesure que les conséquences du réchauffement de la planète se feront plus largement sentir, il est probable que davantage de chefs d'entreprise s’attacheront à redoubler leurs efforts pour réduire les émissions de leurs compagnies. »

Lire la suite...


Articles en relation