Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Hausse des matières premières et des salaires : un effet ciseau pour les entreprises

La crise sanitaire a engendré de grandes transformations dans toutes les entreprises et les organisations au sens large. Walter France livre son Observatoire, issu des expériences terrain des experts-comptables associés du réseau. Les mutations et les challenges à relever à court et moyen terme sont analysés.

Mars 2020 : le confinement tombe, le Covid s'installe partout et impacte les individus et les entreprises qui sont pris de court, déstabilisés, mais s'adaptent, s'équipent et s'organisent. Un nouveau monde se dessine, l'économie est soutenue et les entreprises apprennent à évoluer avec de nouveaux codes, de nouveaux outils et de nouveaux modes de management. Les organisations s'inventent ou se réinventent et la plupart d'entre elles sont désormais les fers de lance d'un nouveau paradigme. Quelles en sont les grandes tendances ?

> Les entreprises profitent d'un fort rebond

La plupart des entreprises ont bien surmonté la crise. Le tissu économique de la France a été globalement préservé grâce à un niveau d'aides sans précédent.

Malgré cette période de baisse d'activité, l'observation majeure est aujourd'hui le fort rebond des entreprises, qui profite à toutes. En effet, la forte activité constatée au moment de la reprise est due à un phénomène de rattrapage. Le plan de relance leur est favorable et les aides de l'Etat sont colossales.

Les chefs d'entreprise sont globalement optimistes et ils reconsidèrent leurs plans d'actions pour intégrer cette nouvelle dynamique.

> Des pénuries qui questionnent les politiques de prix

La pénurie des matières premières affecte un très grand nombre de secteurs et certaines chaînes d'approvisionnement sont en rupture. En découle obligatoirement la révision des politiques commerciales avec une augmentation des tarifs inévitable pour préserver les marges.

A ce jour, le niveau de la trésorerie des entreprises est globalement satisfaisant mais la rentabilité doit être impérativement préservée pour assurer le remboursement des PGE.

Plusieurs incertitudes subsistent : cette augmentation des prix pourrait engendrer de l'inflation ; et, de ce fait, les écarts de niveau de vie pourraient conduire à une explosion sociale.

> Un effet ciseau dû à l'augmentation des matières premières et des salaires

Tous les secteurs éprouvent des difficultés à recruter et à fidéliser leurs équipes. Le marché étant favorable aux salariés, ceux-ci sont en position de force pour négocier leurs salaires à la hausse.

Les chefs d'entreprise doivent habilement gérer l'augmentation des prix des matières premières, mais aussi la pression sur les salaires, tout en préservant leur rentabilité.

Cet arbitrage se répercute sur la réflexion commerciale et la stratégie de prix qui deviennent prioritaires dans l'entreprise : jusqu'où peut-on répercuter les hausses des matières premières ? En tout ou partie ? Comment trouver de nouveaux gains de rentabilité ? Faut-il accepter de baisser sa marge pour limiter la hausse de ses prix et garder ses clients ? ou pour augmenter ses collaborateurs et faire en sorte qu'ils restent ? Ou fait-on le pari que les clients accepteront des hausses de prix substantielles ?

Les réponses à cet effet ciseau sont différentes selon les entreprises, qui, plus que jamais, doivent mener une réflexion stratégique sur leur business model.

> Les ressources humaines et le flex-office deviennent des enjeux majeurs

Sur le plan humain, les organisations déplorent le manque de ressources humaines. Toutes éprouvent des difficultés à recruter, et doivent très souvent accepter d'augmenter les rémunérations pour conserver leurs équipes. Le turn-over existe maintenant également en régions, contraignant les entreprises à toujours plus de flexibilité pour répondre aux attentes de leurs équipes.

Parallèlement, le télétravail a été mis en place très rapidement dans toutes les entreprises et il est rentré dans les mœurs, déclenchant de nouveaux usages. Dans les grandes villes, la pression sur l'immobilier éloigne les salariés de leur lieu de travail, amenant les employeurs à organiser davantage de télétravail.

Autre tendance majeure : les salariés sont très attentifs à leur équilibre entre vie professionnelle et vie privée qui impacte aussi l'organisation du travail.

En conséquence, aujourd'hui, le flex office est de mise, avec des modes d'organisation différents selon la localisation des entreprises et leur taille. Il englobe non seulement la flexibilité du lieu de travail, mais également la flexibilité des horaires.

Tous ces changements modifient également le management, qui intègre dorénavant ces nouvelles attentes afin de satisfaire les salariés en recherche de plus d'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Les entreprises doivent se saisir des nouveaux enjeux pour recruter et fidéliser leurs collaborateurs : RSE (responsabilité sociétale des entreprises), flexibilité, culture d'entreprise, évènements collaboratifs, etc. Parallèlement, les managers doivent être très vigilants quant à l'encadrement de leurs équipes en télé-travail, en identifiant les salariés les plus fragiles, en adaptant leur comportement et leur discours, en repérant les jeunes et les nouveaux collaborateurs pour un accompagnement personnalisé.

> Un nouveau système de valeurs qui doit être basé sur la confiance

Pour aborder ces sujets de télétravail et plus largement d'organisation des équipes entre elles et avec les différentes parties prenantes - clients, fournisseurs, partenaires... - c'est tout leur système de valeurs que les entreprises doivent repenser.

Instaurer la confiance est la clé d'un travail collaboratif et à distance performant. C'est une nouvelle approche de la gestion humaine qui se met en place, avec la question du lien au centre des préoccupations post-Covid.. Maintenir l'esprit d'entreprise avec le télétravail, tout en améliorant la qualité de la relation client, est un défi majeur.

> Les entreprises ont gagné dix ans en technologie

Quels que soient les niveaux d'équipements des entreprises avant le Covid, le constat est qu'en un an, elles en ont gagné dix !

Soit en mettant en place de nouveaux outils, soit en améliorant et en optimisant ceux dont elles disposaient déjà. Elles se sont digitalisées, se sont organisées différemment, ont adopté le mode SaaS, ont installé des plates-formes collaboratives avec leurs clients, sont passées en téléphonie IP, ont mis en place des GED (gestion électronique de documents), ont analysé les cyber-risques et ont pris des assurances en conséquence, se sont familiarisées avec les outils de réunions en visio et les webinaires...

Toutefois, les outils restent des outils dont tout le monde peut disposer. La différence, pour les entreprises, se fait sur la pertinence de leur offre pour accompagner les clients, la richesse humaine de leurs équipes, et la qualité et la proximité du service rendu.

Le Covid a incroyablement accéléré la mise en place des technologies permettant le travail à distance et le travail collaboratif entre les équipes et avec les clients. Les collaborateurs se sont mis à niveau de tous les nouveaux outils et ils ont globalement beaucoup progressé.

> Les entreprises font preuve de créativité

Cette période a également incité les entreprises à s'adapter en déclenchant de nouvelles réflexions sur leur organisation donnant lieu à de nouvelles stratégies, la mise en place d'outils digitaux et l'intégration de nouveaux profils.

Elle leur a permis d'être particulièrement créatives en proposant de nouveaux produits, de nouveaux services, et en mettant en place de nouveaux modes de travail.

Même si l'on observe une grande diversité des situations en fonction des zones d'implantation, grandes villes ou milieu rural, et des secteurs d'activité, cette période a marqué une formidable accélération des transformations en cours, avec beaucoup d'innovations.

 

Lire la suite...


Articles en relation