Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Délais de paiement et confiance dans le crédit inter-entreprises, nouveaux enjeux de la relance...

Observatoire des délais de paiement de la Banque de France

Intrum, contributeur de l'observatoire des délais de paiement et expert en recouvrement fait le point

L'observatoire des délais de paiement de la Banque de France, publie, via son rapport annuel, l'évolution récente des conditions de paiement des entreprises et des acteurs publics sur l'ensemble de l'année passée. Dans un contexte de crise économique, cet observatoire met en avant plus que jamais que les délais de paiement ont mis les entreprises sous pression, les obligeant à trouver des alternatives pour optimiser leur trésorerie. Comment dans un contexte de relance, de fin d'année fiscale et de bilan comptable, les entreprises peuvent-elles envisager une projection fiable ? Comment peuvent-elles sécuriser leur trésorerie ? Pourquoi la confiance dans le crédit inter-entreprises est-elle importante dans un contexte de reprise ?

  • Les entreprises sont confrontées à un double enjeu : celui de préserver leur chiffre d'affaires tout en anticipant les risques liés aux retards de paiement. Quels délais de paiement accorder ? Comment gérer au mieux sa trésorerie ?
  • Cette adaptation, bien que parfois forcée, constitue-t-elle aussi une preuve de responsabilité collective dans la chaîne de paiement face à une crise inattendue globale et longue ?
  • Les faillites ont reculé de près de 37% en 2020 : cette situation risque-t-elle d'évoluer lors de l'arrêt des aides et des périodes de restrictions ? Qu'en est-il véritablement de la situation des entreprises française versus les autres pays européens ?
  • Quelle disparité entre les tailles et secteurs d'entreprises ?
  • La confiance, ingrédient majeur de reprise durable ?

Extrait du point de vue d’Intrum 

- Devant les pertes de revenus engendrées par les mesures de restrictions liées à la situation sanitaire, les entreprises européennes ont été plus nombreuses à devoir accepter des conditions de paiement défavorables pour sécuriser leur crédit et maintenir leur trésorerie.

- Pour les entreprises françaises, 64% avaient accepté des délais rallongés sur les douze derniers mois pour ne pas dégrader la relation commerciale avec leurs clients et 42% déclaraient y avoir été contraintes pour éviter un risque de faillite (contre 35% au niveau européen).

- Les conséquences des retards de paiement peuvent être lourdes - particulièrement pour les PME qui présentent un faible niveau de trésorerie et s'appuient sur des flux irréguliers. Dans les prochains mois, les PME risquent de retarder leurs paiements pour faire face à la chute de la demande et de leurs revenus.

Lire la suite...


Articles en relation