Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

L’activisme sociopolitique des PDG attire de nouveaux talents

Selon une nouvelle étude réalisée par Audencia, la School of Management de l'Université de Bath, et l'Imperial College de Londres, les demandeurs d'emploi recherchent de plus en plus des chefs d'entreprise qui prennent la parole sur des questions politiques et adoptent une position de principe. Une telle attitude dénote un traitement équitable, le respect des employés et une vision plus responsable qui va au-delà de la rentabilité.

Une nouvelle étude d'Audencia, de la School of Management de l'Université de Bath et d'Imperial College (Londres) révèle que les demandeurs d'emploi sont 20% plus susceptibles de vouloir travailler pour une entreprise où le PDG adopte une position libérale sur un problème politique sans rapport avec son entreprise. Cet argument est mis en avant quels que soient l'âge, le niveau d'éducation, le sexe et l'orientation politique du demandeur d'emploi.

« Nous nous attendions à ce que les demandeurs d'emploi séduits par des chefs d'entreprise politiquement actifs soient motivés par des principes, mais nous avons été surpris de constater que les diplômés n'avaient pas nécessairement besoin de partager les opinions des PDGs pour être sous le charme », constate Andrew Crane, professeur de commerce et de société à la School of Management de l'Université de Bath, l'un des trois auteurs de l'étude.

« Lorsque nous nous penchons sur un problème tel que le contrôle des armes à feu, les demandeurs d'emploi sont beaucoup plus enclins à vouloir travailler pour une entreprise dont le PDG se prononce pour un contrôle accru des armes à feu. Nous observons exactement le même phénomène pour des problématiques telles que le mariage homosexuel et l'immigration. La plupart des employés veulent que leur PDG adopte une position libérale et humaniste. Il semble que les principes du chef de direction comptent de plus en plus sur le marché du travail actuel », observe Andrew Crane.

Au cours de ces dernières années, les dirigeants d'entreprise se font de plus en plus entendre sur les questions sociales et politiques, partout dans le monde.

Récemment, Alan Joyce, le PDG de Qantas, qui s'est exprimé sur les droits des autochtones, le mariage homosexuel et l'égalité des sexes, s'est engagé à continuer de faire campagne sur les questions sociales et à maintenir l'amélioration de la marque Qantas.

Aux États-Unis, la position intransigeante du Président Donald Trump sur l'immigration a galvanisé bon nombre de dirigeants, notamment Tim Cook de Apple. Et la pratique éthique a été mise en avant à l'échelle mondiale par une foule de problèmes d'entreprise, notamment le scandale des données de Facebook et la réponse de la compagnie.

Durant de nombreuses années, les dirigeants d'entreprise ont eu tendance à s'abstenir de prendre des positions de principe sur l'actualité et la politique, craignant d'aliéner leurs clients, gouvernements ou actionnaires. Andrew Crane pense qu'il s'agit d'une évolution bénéfique et que les PDG doivent en tenir compte pour continuer à attirer les meilleurs candidats.

Selon Crane, il y avait peu de recherche concernant l'impact qu'un PDG pourrait personnellement avoir pour attirer des talents dans une entreprise. Les chercheurs ont choisi de mener l'étude aux États-Unis en raison de la montée récente de l'activisme politique parmi les dirigeants d'entreprises.

Mais l'étude réalisée par Andrew Crane avec le professeur Christian Voegtlin d'Audencia et la docteure Laura Noval d'Imperial College, a montré que tout activisme ne plait pas aux futurs employés et que les principes pourraient s'avérer coûteux s'ils ne sont pas considérés comme « droits ».

« Les demandeurs d'emploi sont plus susceptibles de vouloir travailler pour une entreprise avec un PDG qui ne prend aucune position, plutôt qu'une entreprise où le PDG exprime une position qui va à l'encontre des valeurs libérales. Il semble que lorsque les PDG s'expriment, ils devraient défendre les valeurs libérales s'ils veulent avoir un effet positif sur leur entreprise », précise Christian Voegtlin.

L'étude a également révélé que l'effet était plus prononcé quand une femme PDG se livrait à un activisme politique. Crane a déclaré que les stéréotypes de genre, selon lesquels un style de gestion féminin est plus souvent associé à des attributs tels que l'attention portée aux autres ou le souci de l'autre, pourraient être un facteur important pour attirer des employés potentiels.

« Nos recherches suggèrent que les demandeurs d'emploi perçoivent un tel activisme comme davantage en harmonie avec le rôle de chef de direction lorsque le PDG est une femme. Il est présumé que les employées potentielles s'attendront implicitement à ce que les femmes dirigeantes soient plus enclines à défendre les valeurs libérales », a-t-il révélé.

Le comportement des dirigeants joue un rôle déterminant dans la perception - et les attentes - des demandeurs d'emploi par rapport à une entreprise, et ce, quel que soit leur genre.

« Les employés potentiels attendent de la bonne volonté des entreprises dirigées par un PDG qui prend ouvertement position en faveur de valeurs libéral et en déduisent que les employés de cette entreprise seront traités avec équité et respect », a dévoilé Andrew Crane, ajoutant que la fierté et le statut social peuvent être associés à une entreprise qui fait ce qui pourrait être considéré comme « juste ».

Selon le professeur de commerce et de société à la School of Management de l'Université de Bath, les demandeurs d'emploi se tournent de plus en plus vers ce type de PDG et d'entreprises pour s'acquitter de leurs responsabilités sociales tout en travaillant. Toutefois, en fin de compte, il ne suffit pas d'inscrire 'l'activisme du PDG' dans la description du poste parallèlement aux objectifs de performance financière ambitieux. Le comportement activiste doit être authentique.

« Si la position est seulement un monologue sans action, les employés verront clair dans le jeu du PDG et cela pourrait facilement occasionner du mécontentement. Adopter une véritable position politique menant à des actions concrètes est essentiel », a assuré Andrew Crane.

L'étude complète « L'activisme sociopolitique des chefs de la direction attire de nouveaux talents » a été présentée lors du colloque EGOS du 5 juillet 2019 à Édimbourg.

 



Lire la suite...


Articles en relation