Connexion
/ Inscription
Mon espace

Tests de résistance bancaire : une formalité pour le secteur qui cache des lacunes

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Les tests de résistance ne sont pas paroles d’Evangile, c’est avant tout un exercice ayant pour but de restaurer la confiance. Ils ne donnent qu’un point de référence au marché en se basant sur des critères qu’on peut tout à fait contester.

Une note de Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque

Les résultats des tests de résistance qui seront révélés ne devraient être qu’une simple formalité pour le secteur bancaire européen avant la mise en place du Mécanisme de Surveillance Unique (MSU) le 4 novembre prochain. Sur les 131 banques visées en Europe, une très faible minorité devrait être contrainte à soulever davantage de capital dans les prochaines semaines. Aucune surprise notable en perspective.

Notre scénario de base n’est pas celui d’un lundi noir pour l’ensemble du secteur dans la foulée de la publication des tests. Les banques ayant échoué n’éviteront bien-sûr pas une sanction du marché. On ne peut toutefois pas complètement exclure un phénomène de panique en partie irraisonnée intervenant alors que la volatilité est au plus haut depuis 2012 et que les investisseurs font preuve d’un comportement très erratique, ce qui serait le pire des scénarios.

L’état du secteur bancaire européen est déjà largement connu. Les grandes banques, en particulier en France, sont en bonne santé tandis que les banques de taille intermédiaire restent fragiles, en particulier les banques des pays du Sud et les banques régionales allemandes dont les difficultés sont de notoriété publique. Le deleveraging s’est poursuivi mais le processus de consolidation en Espagne ou encore en Italie n’est pas complètement terminé et il pourrait s’accompagner, dans bien des cas, de licenciements afin de réduire davantage les excès de capacité.

Les tests de résistance ne donnent qu’un point de référence au marché en se basant sur des critères qu’on peut tout à fait contester. On peut d’ailleurs souligner que les résultats ont toutes les chances d’être au moins partiellement biaisés. En effet, récemment, plusieurs pays du Sud de l’Europe (Espagne, Grèce, Italie et Portugal) ont adopté des législations afin d’améliorer artificiellement la situation financière de leur secteur bancaire pour se conforter aux exigences réglementaires de Bâle III. Ces législations ont permis de conserver les actifs d’impôt différé (DTA), qui peuvent être utilisés pour réduire la charge fiscale d’exercices à venir, au capital des banques. Seul problème, en cas de difficulté ou de choc systémique, elles n’ont pas accès immédiatement à ces fonds. On voit déjà les limites des tests de résistance et l’ingéniosité mise en œuvre par certains gouvernements pour les contourner.

On aurait également tort de croire que, les tests de résistance maintenant terminés, la croissance du crédit va s’étoffer substantiellement dans la zone euro. Au cours des deux dernières années, le processus de renforcement des fonds propres a été l’excuse la plus couramment expliquée pour justifier  l’atonie du crédit dans l’Union. Le diagnostic a été, en fait, mal posé. Il n’y a pas fondamentalement un problème d’offre de crédit mais plutôt de demande de crédit. C’est notamment particulièrement le cas en France. L’explication réside dans l’absence de perspective de croissance suffisamment positive pour inciter à investir et donc à emprunter et il ne faut pas s’attendre à un changement notable dans les trimestres à venir à ce niveau.

A maints égards, les tests de résistance sont présentés comme le baromètre ultime pour connaître la santé du secteur bancaire européen mais ils comportent de sérieuses lacunes qui devraient inciter les investisseurs à la prudence lors de leur publication. Ils sont toutefois suffisants pour accentuer un mouvement de panique en cas de poursuite de la correction des marchés. Ils tombent au plus mal moment pour la zone euro et la BCE. 

http://fr.saxobank.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...