Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une terrasse à Paris ? Un rêve accessible

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Par Wall-Market.com

Selon l’institut de sondage Ipsos, près de trois acheteurs sur cinq sont prêts à débourser plus afin de s’offrir le luxe d’une terrasse. Ce souhait se traduit souvent par une baisse des exigences quant à la situation géographique de l’appartement. Toutefois, ce luxe a un coût et implique des droits et des obligations parfois complexes à aborder.

Souvent considérées comme parties communes d’un immeuble, les terrasses sont assorties d’un droit de jouissance exclusif permettant au propriétaire d’en être l’unique usager. En échange d’un bon entretien, ce dernier peut donc aménager sa terrasse comme bon lui semble (plantes et mobilier de jardin) à l’exception d’installations durables et constructions en dur devant faire l’objet d’une validation de la copropriété et parfois même de la mairie.

L’estimation d’une terrasse, généralement considérée comme la seconde pièce à vivre d’un appartement, repose sur de nombreux critères : la pondération pour une terrasse de plain-pied sera de 40 à 50% tandis que les toits terrasse, moins côtés, subiront une pondération de 25%. Pourtant, dans les deux cas, la pondération est moindre lorsque la surface de la terrasse dépasse la moitié de la surface de l’appartement.

Au-delà d’une question de surface, une surcote peut être appliquée en fonction de la vue, de l’ensoleillement, des prestations offertes ou dans le cas d’un immeuble ancien.

*Wall-Market.com est une plateforme immobilière spécialisée qui regroupe aujourd’hui plus de 160 agences. Après Paris, elle ambitionne de s’implanter prochainement à Londres, New York et Rio de Janeiro. 

 ---------- découvrir les lettres et newsletters d'Esteval Editions ----------

 

 

Lire la suite...


Articles en relation