Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Nouvelle édition 2022 de l’Indice Global de Corruption (GCI)

La France affiche une belle performance sur le fond d’une Europe en perte de vitesse

Global Risk Profile (GRP) publie la nouvelle édition 2022 de l’Indice Global de Corruption (GCI). Cet indice de risque permet l’évaluation et l’analyse comparative du niveau de corruption et d’autres crimes en cols blancs à travers le monde, couvrant cette année 196 pays et territoires.

Après 4 ans d’alternance entre la Finlande (meilleure performance mondiale en 2019 et 2020) et le Danemark (meilleure performance en 2018 et 2021), la Norvège prend pour la première fois la tête du classement. Elle est suivie de près par quatre autres pays européens : la Finlande (2e), la Suède (3e), le Danemark (4e) et l'Estonie (5e).

La France continue d’afficher une belle performance, occupant cette année la 19e place du classement général, entre l’Autriche et la Suisse. Ses efforts sont particulièrement notables en ce qui concerne la lutte contre les crimes en col blanc, pour lesquels elle se hisse au 5e rang mondial.

Pour faire face à la pandémie de Covid-19, des programmes d'aide financière exceptionnels ont été rapidement mis en place dans de nombreux pays, permettant de faciliter les procédures d’octroi de prêts et de crédits. Cette réponse d'urgence a donné lieu à de nouvelles opportunités de corruption, de fraude et de détournement de fonds publics. Si le continent européen reste globalement bien en avance sur les autres (score de risque : 30), la légère baisse constatée cette année pourrait être due à l’octroi facilité de crédits entre 2020 et 2021. Les deux continents classés à la suite de l’Europe - l'Océanie (score de risque : 40,6) et l'Amérique du Nord (score de risque : 43,8) - sont également en léger recul cette année.

Évaluant non seulement la corruption mais aussi ses crimes connexes, l’Indice Global de Corruption permet de cibler les lacunes propres à chaque pays. Dans certaines juridictions, un écart important de performance entre la corruption et d’autres crimes en col blanc peut être observé. C’est notamment le cas aux Émirats Arabes Unis : malgré un bon classement en ce qui concerne le risque de corruption (45e), une faible transparence et des mécanismes de surveillance limités classe les Émirats parmi les pays les plus à risque pour les crimes en col blanc, y compris le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (149e).

Des écarts similaires peuvent être observés aux Bahamas (63e pour la corruption, 145e pour les crimes en col blanc) et à Chypre (38e pour la corruption, 84e pour les crimes en col blanc).

Dans le classement mondial, les États-Unis et la Chine montrent les premiers signes de stabilisation après les lents déclins observés ces dernières années. Les États-Unis sont passés progressivement de la 24e à la 35e place entre 2018 et 2021, avant de récupérer la 31e position cette année.

Après sa chute en 2020, la Chine est remontée de la 139e à la 118e place en 2021, et se stabilise désormais à la 117e place.

L'année 2022 est également marquée par la Coupe du Monde de la FIFA qui se déroule au Qatar, un pays à risque modéré lorsque l’on considère l’indice Global de Corruption dans son ensemble. Le Qatar se classe 73e sur 196 pays (score de risque : 41,56). Sa performance est relativement inférieure en ce qui concerne les risques de crimes en col blanc (rang : 87e) par rapport aux risques de corruption (71e).

Les pays dominant leurs régions dans le classement général sont le Canada pour l’Amérique du Nord, l’Uruguay pour l’Amérique du Sud, la Norvège pour l’Europe, les Seychelles pour l’Afrique, Singapour pour l’Asie et la Nouvelle-Zélande pour l’Océanie.

Le Sud Soudan, le Yémen, la République Démocratique du Congo, la Corée du Nord et la Syrie clôturent le classement 2022 du GCI.

Lire la suite...


Articles en relation