Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Audit des M&A : Les cabinets d’experts-comptables plus performants que les banques d’investissement

Selon la nouvelle étude de la Bayes Business School (ex. Cass), les cabinets d’experts-comptables, tirant parti de leur expertise en matière d’audit, produisent des évaluations cibles plus justes en matière de fusions-acquisitions que les banques d’investissement.

L'article intitulé « Accounting Firms in the European M&A Advisory Market », rédigé par le Dr Pawel Bilinski, chargé de cours en finance à Bayes Business School, et le Dr Andrew Yim, maître de conférences en comptabilité à Bayes Business School, montre les avantages des compétences et de l’expérience en matière d’audit des cabinets d’experts-comptables lorsqu’il s’agit d’évaluer la juste valeur des cibles dans une transaction.

Eléments clés de l’étude :

  • Le rendement de l’annonce de l’acquéreur est plus élevé lorsqu’une transaction est négociée par un cabinet d’experts-comptables.
  • Les primes d’offre sont plus faibles lorsque le soumissionnaire est conseillé par des spécialistes de l’audit ayant déjà de l’expérience dans le secteur cible.
  • Lorsqu’ils tentent d’acheter des cibles difficiles à évaluer, les soumissionnaires conseillés par des banques d’investissement subissent des conséquences négatives en termes de prix.
  • Les connaissances plus récentes des cabinets d’experts-comptables en matière d’audit génèrent des rendements plus élevés pour les actionnaires acquéreurs.

Le paiement excessif des cibles étant l’une des raisons les plus courantes d’échec des fusions-acquisitions, l’étude des transactions réalisées dans 15 pays de l’Union européenne entre 1990 et 2014 s’inspire de l’approche par les connaissances de la théorie du management par les ressources (Knowledge-based view of the resource-based theory), selon laquelle les connaissances de l’entreprise, en tant que source stratégique, permettent de créer un avantage concurrentiel.

Grâce à la base de données sur les fusions-acquisitions Securities Data Company (SDC) Platinum et à la base de données Compustat Global, les chercheurs ont pu s’appuyer sur un échantillon de 7 771 opérations réalisées par des banques d’investissement et de 691 opérations réalisées par des cabinets d’experts-comptables, et leurs prix respectifs. En mesurant la qualité comptable par la qualité des régularisations (qui est liée à la précision de l’évaluation des flux de trésorerie disponibles), les chercheurs ont mis au point un indice permettant de mesurer la difficulté d’évaluation de la cible en fonction du caractère privé ou non de l’entreprise cible, de la taille de la cible et du fait qu’elle soit ou non basée aux États-Unis.

Pawel Bilinski déclare que l’étude venait enrichir, par ses précieuses contributions, l’approche par les connaissances de la théorie du management par les ressources (knowledge-based view of resource-based view).
« Après avoir analysé le rôle des cabinets d’experts-comptables dans le domaine du conseil en fusions-acquisitions, notre étude préconise de recourir à leurs services plutôt qu’à ceux des banques d’investissement traditionnelles dans la recherche d’acquisitions ciblées.
Grâce à leur expertise en matière d’audit, les cabinets d’experts-comptables sont extrêmement doués pour déterminer la valeur réelle d’une entreprise ; une compétence inestimable compte tenu du nombre de transactions qui s’effondrent ou échouent en raison d’un paiement excessif.
La préférence pour les opérations respectant les critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) étant en hausse, l’évaluation de la valeur d’une entreprise cible revêt de nouvelles dimensions. L’expertise en matière d’audit pourrait permettre de surmonter ce défi supplémentaire.
Bien sûr, les banques d’investissement sont encore très largement sollicitées pour les opérations de fusions-acquisitions, et elles ont leurs mérites propres, mais nous espérons que notre étude mettra en lumière les avantages de la profession comptable et le rôle bénéfique qu’elle peut jouer dans l’acquisition de cibles. »

De son côté, Andrew Yim explique qu’il était dans l’intérêt des cabinets d’experts-comptables de continuer à fournir des services d’audit et de reporting de qualité afin de rester compétitifs dans la prestation de services de conseil en fusions-acquisitions.
« Nos conclusions permettent aux décideurs et aux régulateurs d’apprécier l’avantage qu’il y a à laisser les cabinets d’experts-comptables développer différents types de services, a-t-il déclaré. L’étude vient enrichir la liste des avantages et des inconvénients qui devraient être évalués de façon rationnelle dans le débat sur la séparation des fonctions d’audit et de conseil au sein des cabinets d’experts-comptables.
Notre étude renforce également l’approche par les connaissances au sein des organisations en expliquant en quoi le débordement des connaissances issues du travail d’audit peut améliorer la qualité du travail de conseil en fusions-acquisitions, en aidant les cabinets d’experts-comptables à s’implanter solidement sur le territoire spécialisé des banques d’investissement.
Difficile sans cela de comprendre pourquoi des cabinets d’experts-comptables figurent parmi les dix principaux conseillers financiers en fusions-acquisitions dans les classements européens de Thomson Reuters et Mergermarket. »

Lire la suite...


Articles en relation