Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Témoignage] Comment la Covid à fait évoluer les intentions d'achat des français dans l'immobilier ?

Après une année 2020 marquée par la crise sanitaire qui aura eu des répercussions à la fois économiques et sociales, le marché de l’immobilier en France a finalement tenu bon et continue d’être prometteur en ce début d’année 2021.

DRIMKI, spécialiste de l’estimation immobilière, et BVA, société d’études et conseil, ont lancé la 6ème vague de leur indicateur* afin de lever le voile sur les projets immobiliers des français pour les 12 prochains mois.


Les français sont toujours aussi nombreux à avoir un projet immobilier

Malgré le contexte sanitaire actuel, les français ont toujours à cœur d’investir dans la pierre : près d’1 français sur 6 a toujours un projet immobilier dans les 12 mois (17%). Ce chiffre vient confirmer que la crise ne semble pas avoir d’impacts manifestes, qu’ils soient positifs ou négatifs, sur le désir et l’intention d’achat immobilier des français.

Cette envie est, une nouvelle fois, partagée par les jeunes, de 25 à 34 ans, qui sont toujours 30% à déclarer avoir un projet immobilier dans les 12 mois à venir. Cette intention est également plus marquée chez les personnes appartenant aux catégories socioprofessionnelles supérieures (26%) et ayant des enfants (27%).

Sur le plan géographique, on constate que la part des personnes ayant un projet immobilier dans les 12 mois est légèrement plus importante en région parisienne avec 19% d’entre eux.


Des projets immobiliers modifiés à cause de la crise sanitaire

Parmi les Français qui ont un projet immobilier, 1 sur 2 déclare l’avoir fait évoluer en raison de la crise sanitaire que nous traversons.

De manière générale, c’est le type de logement recherché (22%) et le lieu de l’achat (21%) qui ont le plus évolué. 32% des Franciliens ayant un projet immobilier ont choisi de modifier le lieu de leur achat, tout comme 24% des personnes appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures.

Nous pouvons également expliquer cette tendance par un besoin d’espace et de nature qui amène certains répondants à revoir la localisation du logement ou le type de logement (prestation, extérieur, etc) qu’ils souhaitent acquérir.

Le prix maximal alloué a également été source de nouvelle réflexion pour 18% des Français ayant un projet immobilier, tout comme la taille du logement pour 15% d’entre eux.


La volonté d’acheter des maisons secondaires en hausse

13% des répondants ont l’intention d’acquérir une résidence secondaire au cours des 12 prochains mois. C’est notamment le cas pour 14% des Franciliens ayant un projet immobilier. Cette hausse peut s’expliquer par le besoin d’évasion lié à la situation sanitaire actuelle.

A contrario, le souhait de changer de logement diminue de 5 points et retombe à 27%, tout comme le désir d’acheter un bien pour le louer ensuite, qui passe de 22% en novembre 2020 à 18% en février 2021.


L’espoir est de retour pour les primo-accédants

En baisse continue au cours de l’année 2020, les intentions d’acquérir son premier logement repartent à la hausse en ce début d’année. En effet, parmi les personnes qui ont un projet immobilier, 40% envisagent d’acheter leur premier logement dans les 12 prochains mois. Ils étaient 35% en novembre 2020.

Les plus jeunes (25-34 ans) restent les plus nombreux. 60%, d’entre eux, ont comme projet d’achat, leur premier bien immobilier au cours de l’année. Il en va de même pour les personnes ayant les revenus les plus modestes (< 2500€) puisque 52% d’entre eux souhaitent acheter leur premier bien immobilier.

Après avoir connu un certain “blues” en fin d’année, les primo-accédants semblent avoir retrouvé de l’espoir concernant leur projet immobilier. Cette évolution positive peut s’expliquer par un assouplissement des conditions d’emprunts (augmentation de la durée et du taux d’endettement) mises en place au début de l’année.

*Étude réalisée par BVA pour DRIMKI, du 3 au 4 février sur un échantillon de 900 personnes âgées de 25 ans et plus, issues d'un échantillon global de 1002 personnes représentatif de la société française âgée de 18 ans et plus.

 

Lire la suite...


Articles en relation