Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Etude] 86% des Français ne sont pas inquiets pour leur avenir professionnel

Les deux confinements successifs qu’a connu la France ont eu un impact considérable sur la population. Et de nombreuses problématiques professionnelles ont émergé.

Babbel, l’application premium d’apprentissage des langues pour une pratique avec assurance au quotidien, dévoile les résultats de son étude portant sur l’expérience 2020 de la population française et internationale, leurs priorités, leurs besoins et leurs projets professionnels.

Selon cette étude, il s’avère que les Français gardent tout de même confiance en leur avenir professionnel, et ce malgré la crise. Ils sont en effet 86% à ne pas se sentir inquiets pour leur emploi. Quant aux plus jeunes générations, 69% des moins de 35 ans n’ont pas peur non plus.

Par ailleurs, ils n’ont majoritairement pas non plus l’intention de télétravailler durablement, et veulent maintenir un certain face à face pour préserver les liens professionnels. 61% ne souhaitent pas travailler à distance à 100% si on leur en donnait la possibilité. A contrario, 65% de la génération des moins de 35 ans seraient davantage enclins à travailler à distance.

Malgré les envies de voyage exacerbées par les confinements successifs, les Français n’ont pas l’intention de quitter leur pays pour travailler à l’étranger. 84% des répondants ne souhaitent pas émigrer pour leur vie professionnelle. Pour les 25-45 ans, seuls 35% envisageraient de postuler à un emploi à l’étranger en 2021. En comparant toutes les autres nationalités de cette étude, il s’avère que les Français font partie des moins enclins à travailler à l’étranger. Toutefois, 21% l’envisageraient s’ils pouvaient travailler à distance de l’étranger.

Cependant, 1 Français sur 4 ayant moins de 35 ans a l’intention d’utiliser ses compétences linguistiques pour améliorer l’évolution générale de sa carrière. De manière générale, l’étude révèle que les jeunes semblent davantage ouverts d’esprit, prêts à apprendre des langues et à commencer une carrière dans une langue étrangère, si l’on compare aux personnes plus âgées.

En outre, 80% des moins de 35 ans estiment qu’il a été plus facile d’apprendre une langue pendant la pandémie. Toutes tranches d’âges confondues, cela représente 64% des répondants. Principalement car ils ont eu plus de temps libre (64%), mais aussi car ils ont eu moins de distraction (17%) et se sentaient plus motivés (16%). 

Lire la suite...


Articles en relation