Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Financement des intiatives
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Industrie] C'est reparti pour France Rail Industry !

La chambre commerciale du tribunal judiciaire de Strasbourg a confié jeudi au groupe britannique Liberty la reprise de France Rail Industry (FRI) à Hayange (Moselle). Inaugurée en 1892, alors propriété de la famille de Wendel, l’usine de Hayange en Lorraine était dès l’origine destinée à la production de rails. Elle a intégré en 1999 le groupe Corus avant de devenir Tata Steel France Rail en 2010 et British Steel France Rail en 2016. Acteur du développement économique local, l'usine emploie aujourd’hui près de 450 personnes et fait intervenir au quotidien une quarantaine d’entreprises locales et régionales. Grâce à d’importants investissements et au savoir-faire des femmes et des hommes du laminoir à rail de Hayange, des sous-traitants mais aussi des nombreux apprentis, stagiaires et jeunes en contrat de qualification, 300 000 tonnes de rails peuvent être livrées par an sur les cinq continents.

Son président, Gérard Glas, a fait part de sa satisfaction : « Cette décision marque la fin d’un long process pour la société et les 450 collaborateurs du site. Nous sommes satisfaits de faire route commune avec un acteur industriel puissant, déjà producteur de rails aux Etats-Unis et en Australie. Cette reprise commune des sites de Hayange et d’Ascoval et les investissements prévus – 31 millions d’euros, conformément au business plan du management, dont 10 millions pour les 24 premiers mois- marquent le début d’une nouvelle aventure entrepreneuriale prometteuse pour nos deux sites. Nous sommes également enthousiasmés par l’engagement Carbone Neutre 100% à horizon 2030 de la part de Liberty Steel, qui est un engagement fort et qui va dans le sens des ambitions de France Rail Industry. Cette décision nous permettra de déployer notre Green Steel en France mais également au sein des pays limitrophes. Liberty Steel n’opèrera par ailleurs aucun Plan de Sauvegarde pour l’Emploi sur le site d’Hayange et les accords salariaux ne seront pas remis en cause. Nous attendons désormais le feu vert officiel des autorités afin d’ouvrir cette nouvelle page de notre histoire ».

Lire la suite...


Articles en relation