Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Les Business Angels sont à l'offensive

Dans le contexte de la crise sanitaire et du ralentissement brutal de l'économie européenne et mondiale, France Angels a appelé les 5 500 Business Angels de France à se mobiliser pour être présents au côté des start-ups et des PME et à les soutenir par tous moyens financiers et humains afin de préserver leurs chances de développement.
 
En préparation d'une post-crise, les Business Angels http://www.franceangels.org/ sont plus que jamais à l'offensive !
 
Oui, les Business Angels ne se contentent pas d'aider les startups à survivre.
Ils les soutiennent, par tous les moyens financiers et humains dont ils peuvent disposer, et préparent avec elles la relance économique. 

Oui, les Business Angels respectent leurs engagements.
Les Business Angels continuent d'investir (plusieurs millions pendant le confinement !) en respectant scrupuleusement les engagements pris.
Pour ne citer que ces quelques exemples, les membres de Paris Business Angels et de Club Invest IDF ont investi la somme de 300 K€ dans la société Biomère. Les Business Angels des Grandes Ecoles ont, au plus fort de la crise, clôturé des investissements dans 3 sociétés : Rheonova, Ma Formation Médicale et Carjager. On peut encore citer les membres de Seed4Soft qui ont investi dans la start-up Jus Mundi. 

Oui, les Business Angels poursuivent l'accompagnement des entreprises dans lesquelles ils ont investi.
Ils sont en contact constant avec les entrepreneurs, les informent en temps réel et les conseillent.
 
Oui, les Business Angels recherchent de nouveaux dossiers pour investir.
Ils sont convaincus que le redémarrage de notre économie va ouvrir de nouveaux champs d'innovation (énergies, transports, industrie, santé, services à la personne). Les séances de présentation de dossiers sont maintenues en visioconférence, connaissant un succès et une affluence constante d'investisseurs. 

Oui, les Business Angels savent que certaines entreprises n'auront pas la capacité de rembourser les dettes accumulées
, si elles ne saisissent pas les opportunités de marché et cessent d'investir. Oui, il faut donc renforcer leurs fonds propres, et dès à présent ! 

Oui, les BA ont fait des propositions au gouvernement dans ce sens
.
Précisément parce qu'ils ont montré depuis longtemps leur engagement, leur savoir-faire, leur goût du risque et de l'offensive, parce qu'ils croient en la capacité des entreprises du pays à rebondir et à innover. 

France Angels salue les mesures économiques mises en œuvre par le Gouvernement.

 
Nous accueillons très favorablement les mesures de soutien aux entreprises et aux personnes annoncées par le gouvernement français. Mais il faut préparer l'après-crise ! Dans cet esprit, nous avons soumis au Gouvernement des propositions ayant pour objectif de renforcer l'activité de Business Angels, essentielle à la relance de notre économie, et cela passe inéluctablement par le renforcement des fonds propres de nos entreprises. Ceci bien évidemment en complément et en cohérence avec les dispositifs actuellement mis en place dans le contexte actuel. Nous souhaitons ainsi encourager l'engagement financier des particuliers auprès des TPE/PME et favoriser un soutien efficace aux actionnaires auprès de ces entreprises.

Les mesures suivantes, rapides, fortes, de relance, sont proposées pour une durée de 18 à 24 mois :

- Taux de déduction IRPP porté de 18 à 30% et plafond de déduction spécifique de 100 000€ par part fiscale, en cas de souscription au capital des PME,
- Déduction de la perte éventuelle nette en capital sur des sociétés éligibles, du revenu des souscripteurs après prise en compte de la réduction d'impôt initiale,
- Possibilité de réinvestir, dans des PME, les produits de cession des participations en sursis d'imposition (IR et CSG).


Ces dispositions se veulent étendues au bénéfice de toutes les PME, même celles normalement exclues au regard des critères applicables aux aides d'Etat, au sens européen : âge supérieur à 7 ans, investissement de suivi, ou même entreprises en difficulté.

Lire la suite...


Articles en relation