Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Humeur] Le coup de gueule de Marc Sanchez, SDI

Communiqué du SDI

Après plusieurs semaines de tractation, les pouvoirs publics ont obtenu des compagnies d'assurance, intégralement défaillantes dans la prise en charge des pertes d'exploitation de leurs assurés, qu'elles versent 200 millions d'euros au fonds de solidarité pour les TPE.
 
Fermeture du ban.
 
Dans le même temps, la MAIF informe ses adhérents leur rétrocéder la somme de 100 millions d'euros au titre d'une baisse de 80% des accidents de la route sur le mois de mars 2020, liée au confinement.
 
Pour le Syndicat des Indépendants (SDI), si une seule compagnie d'assurance est en capacité de réaliser ce geste commercial, l'ensemble des compagnies doivent être en mesure d'abonder le fonds de solidarité bien au-delà des 200 millions d'euros annoncés.
 
Il est plus qu'urgent que Bruno Le Maire convoque à nouveau les assureurs aux fins d'exiger une participation honnête et transparente à l'effort national face aux graves difficultés rencontrées par nos 2,1 millions d'entrepreneurs de l'artisanat, du commerce et des professions libérales.
 
L'alternative est claire : une taxe exceptionnelle sur les assurances, comme proposé par le SDI depuis plusieurs semaines.
 
Marc Sanchez, secrétaire général du SDI (Syndicat des Indépendants) a déclaré : « Nous estimons que la prise en charge des pertes d'exploitation coûterait 60 milliards d'euros aux assureurs. Nous voulons bien comprendre que le versement d'une telle somme mettrait leur survie en péril. En revanche, il est inacceptable que leur participation à l'effort de guerre se limite à la somme dérisoire de 200 millions d'euros, soit deux fois la somme économisée en 15 jours par le seule compagnie MAIF en l'absence de circulation automobile pendant le confinement. Il s'agit d'un insupportable mépris, non seulement des pouvoirs publics rendus ridicules par une telle annonce, mais surtout des 2,1 millions de responsables de très petites entreprises qui angoissent face à l'idée de perdre leur outil de travail à brève échéance ».

Lire la suite...


Articles en relation