Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

[Tribune] Bienvenue dans la troisième ère de l'identité numérique

Par Emmanuel Schalit, CEO de Dashlane 


Il n'y a pas que les Facebook et les Google du monde entier qui aspirent les données que nous laissons en ligne et qui les utilisent à leur profit. Après tout, la monétisation des données des utilisateurs est le modèle économique dominant dans le monde numérique depuis près de deux décennies.

Les mensonges des entreprises

Ne vous laissez pas abuser par les campagnes de lobbying et de marketing - ce business model est fondamentalement incompatible avec la protection de la vie privée. Ces services n'ont jamais été conçus dans le but premier d’être sécurisé ou de garantir la protection de vos données privées. De fait, les consommateurs ont un faux sentiment de confiance quant à la protection de leurs données par ces entreprises.

Au contraire, les consommateurs ne devraient pas s’enchaîner de la sorte aux services et aux réseaux sociaux qu'ils utilisent. Oui, les données sont une monnaie avec laquelle négocier avec les marques (par exemple, vos préférences en échange d'une remise), mais pour reprendre le contrôle de nos données, nous devons adopter une nouvelle mentalité.

L'indépendance numérique doit être au premier plan de nos préoccupations. Et pour comprendre ce qu'est l'indépendance numérique, nous devons approfondir le concept d'identité numérique. Plus précisément, nous devons comprendre comment l'identité numérique est devenue partie intégrante de notre société.


Qu'est-ce que l'identité ?

Notre identité se résume à la façon dont nous sommes perçus. Cela peut se faire par le biais d'interactions en face à face et des informations que nous partageons volontairement avec ceux que nous rencontrons. À cet égard, nous contrôlons l'information que nous voulons partager, quand nous la partageons, et donc la manière dont nous sommes perçus.

L’identité numérique change complètement ce paradigme. Bien que nous soyons encore en mesure, à certains égards, de sélectionner les informations que nous voulons partager en ligne, nous sommes souvent obligés de livrer une partie de nos données afin de pouvoir nous inscrire à de nouveaux services. En cours de route, nous pourrions aussi, sans réfléchir ou sans le savoir, partager des informations plus personnelles sur nous-mêmes. Au fur et à mesure que les marques relient les points entre les informations que nous avons fournies volontairement et celles que nous avons partagées sans en avoir conscience, notre identité numérique se complexifie.

L'identité numérique fait partie intégrante, fragmentée, inévitable et déroutante de notre vie. Elle est une condition préalable à de nombreux services essentiels et elle a une valeur bien plus élevée qu'auparavant, car les entreprises et les institutions à qui nous confions nos données cherchent à les exploiter pour leur propre bénéfice.


Bienvenue dans la troisième ère de l'identité numérique

Ça n'a pas toujours été comme ça. Au fur et à mesure que l'influence et la portée d'Internet se sont accrues, l'identité numérique a connu ses propres changements distincts, ou Ères.

La première ère de l'identité numérique concernait la gestion et le contrôle. À l'aube d'Internet, les gens ont commencé à faire confiance à un petit nombre de fournisseurs de services favoris pour obtenir de l'information bénévolement. Le commerce en ligne voyait alors le jour et les gens géraient facilement leur relation avec les fournisseurs de services numériques qu'ils avaient choisis d'utiliser.

La deuxième ère de l'identité numérique a commencé lorsque Internet s’est répandu et s’est installé dans la vie quotidienne. Cette nouvelle ère fut plus complexe et fragmentée. Nous avons pris conscience de la mesure dans laquelle nos données étaient utilisées par des sociétés numériques et d'autres géants en ligne. Le capitalisme de surveillance, ou la marchandisation des données personnelles, est né, et nous avons commencé à réaliser que nous en faisons tous partie. C'est là que la lutte pour le contrôle de nos identités numériques a commencé.

Nous sommes maintenant dans la troisième ère de l'identité numérique. La technologie est partout autour de nous, et nos vies sont accessibles en ligne plus que jamais. Nous commençons également à prendre la mesure dans laquelle nos données sont collectées et commercialisées. Nous avons réalisé que, dans l'économie numérique dans laquelle nous vivons, une identité numérique sécurisée et contrôlée est essentielle. Cependant, Internet intervenant dans tous les aspects de notre vie, le contrôle et l'accès à nos identités numériques par des tiers sont de plus en plus importants - et c'est inquiétant.

Que cela vous plaise ou non, nos vies sont façonnées par l'empreinte numérique que nous laissons partout où nous allons. Chaque clic, chaque seconde passée à regarder un article ou une vidéo est constamment analysée par les applications que nous utilisons quotidiennement. Cette obsession de l'engagement et de la personnalisation a créé des chambres d'écho, amplifié les campagnes de désinformation et mobilisé les extrémistes. Ces mêmes technologies sous-jacentes dictent bien d'autres aspects de notre vie : qui nous voyons sur les applications de rencontre, combien coûtent nos polices d'assurance et notre aptitude à un nouvel emploi.


À vous de jouer

Nous ne devrions pas avoir à nous soucier de la protection de la vie privée et du contrôle de l'accès à la technologie que nous voulons et dont nous avons besoin. Alors, que pouvons-nous faire pour devenir indépendants numériquement de tous les services qui partagent nos données, pour leur propre bénéfice ? Comment pouvons-nous atteindre notre indépendance numérique, à l'instar de la première ère, lorsque nous avions le choix de la personne avec qui nous partagions nos données ?

L'indépendance numérique est cruciale pour une troisième ère plus sûre, mais elle exige que vous preniez les choses en main. Il y a quelques étapes simples mais efficaces que vous pouvez suivre pour le faire ; le point de départ pourrait être d'éviter l'ouverture de sessions uniques et d'utiliser un gestionnaire de mots de passe décentralisé pour créer des mots de passe uniques et complexes pour chaque site Web ou service que vous utilisez.

Cela empêche le partage des données et la publicité croisée. Il rend également le suivi multiplateforme à partir d'une seule entité comme Facebook beaucoup moins invasif qu'une fonction de Single Sign-On (comme dans le cas de la fonction Login with Facebook), et vous empêche de garder tous vos œufs dans un même panier. Les gestionnaires de mots de passe peuvent automatiquement compléter les informations d'identification de compte sur chaque site et sur chaque appareil que vous utilisez, afin que vous n'ayez pas à essayer de vous rappeler chaque mot de passe pour tous vos comptes en ligne.

L'indépendance numérique est un état que tous les internautes devraient chercher à atteindre, et ce n'est que par le contrôle total de notre empreinte numérique que nous y parviendrons. Maintenant que de plus en plus d'entreprises telles que Mozilla et Apple se positionnent comme des marques qui privilégient la protection de la vie privée, il existe plus de ressources que jamais pour vous aider à prendre le contrôle de votre identité numérique.

La troisième ère de l'identité numérique est à un tournant : les entreprises se rendent compte que les consommateurs se soucient de plus en plus de leurs propres données et s’aperçoivent que les données dont ils disposent ne sont plus un atout pour eux, mais un fardeau à protéger.

Lire la suite...


Articles en relation