Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Défaillances d’entreprises ; quelles tendances en 2020 ?

Selon l'étude d'Euler Hermes, le risque d’impayés à l’international se renforce.

L’acteur mondial de l’assurance-crédit publie sa dernière étude sur les défaillances d’entreprises dans le monde, dont les conclusions sont inquiétantes : en 2019, à l’échelle internationale, les défaillances d’entreprises ont cru de +9%, soit une 3° année consécutive de hausse. En cause, une forte croissance des défaillances constatée en Chine (+20%) et une inversion de tendance en Europe de l’Ouest (+2%) et en Amérique du Nord (+3%).


Des incertitudes économiques, politiques et sociales persistantes

Pour les experts d’Euler Hermes, cette tendance inquiétante est due à la combinaison de 2 facteurs :
- l’installation durable d’une dynamique de croissance économique faible, notamment dans les économies avancées et dans le secteur industriel ;
- les effets des conflits commerciaux, des incertitudes politiques et des tensions sociales.

Si en 2020, les politiques monétaires devraient rester accommodantes, cela ne sera pas suffisant pour compenser une demande plus faible, une concurrence par les prix plus féroce et des coûts de production plus élevés, notamment les salaires.


Exportateurs, prudence : le risque d’impayés à l’international est fort

En conséquence, pour la 4° année consécutive, les défaillances d’entreprises dans le monde devraient à nouveau croître en 2020 à +6%. L’Asie sera toujours le principal contributeur de cette hausse (+8%), avec une situation particulièrement inquiétante en Chine (+10%) et en Inde (+11%). En Europe de l’Ouest, le ralentissement économique pèsera également. Les défaillances devraient y croître de +3% cette année, avec des pics à prévoir en Espagne (+5%), en Italie (+4%), en Allemagne et au Royaume-Uni (+3%).

In fine, les défaillances d’entreprises devraient croître dans 4 pays sur 5 en 2020, v/2 pays sur 3 en 2019. Le risque d’impayés se renforce encore, et de manière généralisée. Les exportateurs devront faire preuve de prudence cette année pour ne pas mettre en péril leur trésorerie et leur activité.


Quand les grands vacillent, les petits en font les frais

A l’échelle mondiale, le nombre de défaillances de grandes entreprises1 sur les 9 premiers mois de 2019 est resté stable par rapport aux 9 premiers mois de 2018 (249 cas constatés). En revanche, la sévérité de ces défaillances a fortement cru : le chiffre d’affaires cumulé des grandes entreprises défaillantes a augmenté de +39,1 Mds€ en 2019, pour atteindre désormais 145,2 Mds€.

Un scénario d’effet domino n’est pas à exclure : les plus petits fournisseurs, souvent dépendants de quelques gros clients, pourraient souffrir des difficultés rencontrées par leurs principaux partenaires commerciaux. Les zones d’alerte se situent dans la construction en Asie, l’énergie et la distribution en Amérique du Nord, la distribution et les services en Europe de l’Ouest.


Et la France dans tout ça ?

Les défaillances d’entreprises devraient stagner en 2020 (0%) en France, alors qu’elles sont attendues en croissance dans 80% des pays. Une bonne nouvelle ? Pas vraiment, si l’on en croit Maxime Lemerle, Directeur de la recherche sectorielle d’Euler Hermes, et auteur de cette étude : « Cette stagnation marque un véritable tournant : pour la 1ère fois depuis 4 ans, en 2020, les défaillances d’entreprises ne reculeront pas en France. Le repli s’arrête brusquement, ce qui est préoccupant, d’autant que les niveaux attendus en 2020 (52 000 défaillances) restent 13% plus élevés que ceux constatés avant la crise de 2007. Le retour à la normale n’est pas pour tout de suite, et le risque d’impayés reste fort en France. »

 

Lire la suite...


Articles en relation