Connexion
/ Inscription
Mon espace

Happy Capital : 100% de réussite pour ses levées de fonds

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Une année 2018 exceptionnelle pour la plateforme de financement participatif Happy Capital, partenaire national de la Caisse d’Epargne. Les porteurs de projets qui ont choisis la plateforme peuvent se frotter les mains. Tous ont validés leur augmentation de capital. Après un taux de réussite de 50% depuis la création de Happy Capital en 2013 puis 75% sur les 2 dernières années, le taux est passé à 100% cette année. 

Le fruit de la maturité ? En partie, mais c’est surtout un travail de fond mené par toute l’équipe explique son fondateur Philippe Gaborieau « Nous faisons un travail de fourmis, avec une recherche permanente de satisfaction de nos clients investisseurs et porteurs de projets ».

Pour rappel Happy Capital fait partie des pionniers de l’investissement participatif. Son crédo : « financer des projets utiles »qui ont un impact positif sur notre quotidien, tels qu’un vaccin thérapeutique contre le sida, une molécule de collagène qui arrête les hémorragies internes, un houlomoteur qui crée de l’électricité à partir de l’ondulation des vagues, une carte “culture pour tous”...

Un parcours aux antipodes des Fintechs du secteur. La seule à ne pas avoir réalisé de levée de fonds pour se développer. « Je voulais prouver et me prouver que le modèle était viable, précisePhilippe Gaborieau. Il a donc fallu “être malin”. Le premier investissement et principal actif de la société, c’est l’outil, comprenez le site. Nous avons tout développé en interne ». Résultat, c’est moins cher, c’est adapté et surtout plus pratique pour tester, pour innover.

Ensuite, la société a mis au point un algorithme qui évolue depuis sa création pour sélectionner les projets. Cet algorithme est mis à jour régulièrement afin d’affiner sa sélection. Un véritable savoir-faire. « Ce qui nous différencie, c’est le fait de disposer d’autant de critères subjectifs qu’objectifs. Car pour nous, ce qui fait systématiquement la différence dans la réalisation d’un projet, c’est l’humain et nous sommes très attentifs aux signaux faibles. »

Les porteurs de projets et les investisseurs sont suivis par des chargés de compte. Notre métier est digital, mais nous ne pouvons pas nous passer du lien, d’une rencontre. Faire le choix d’investir n’est pas anodin, cela demande une expertise et du conseil. De nombreux termes techniques sont utilisés tant au niveau financier que juridique et nous devons les décrypter pour nos clients. En France, le crowdfunding va devenir “click and mortar”, c’est à dire qu’il va combiner des processus numériques et des rencontres physiques.
C’est notamment dans cet esprit qu’est né le partenariat avec la Caisse d’Epargne, la force d’un réseau avec l’agilité d’une start-up, pour être plus près des porteurs de projets et des investisseurs.

Enfin, Happy Capital a su se diversifier, tant au niveau des secteurs d’activités que par les produits avec les minibons ou les obligations. Pour preuve, le lancement d’une plateforme de crowdfunding immobilier (déjà 2 projets financés et 2 en collecte), www.mycapital.immoou encore le rachat de la plateforme de prêt “Pretgo”.

www.happy-capital.com/ 




Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
SmartAngels quitte le crowdfunding et lance sa plateforme dédiée aux actifs non cotés

Leader de l'investissement direct en equity crowdfunding, SmartAngels poursuit son développement en concentrant ses activités autour de sa plateforme « Securities Services » destinée aux investisseurs professionnels du non coté et à leurs participations. SmartAngels ne présentera plus d'opérations d'equity crowdfunding et se consacrera désormais à ses activités d'édition logicielle et de prestations associées, en s'appuyant notamment sur sa plateforme SaaS de gestion des titres non cotés et des...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Près de 40% des startups visent trop ‘bas’ pour leur levée de fonds

La nouvelle étude d'Early Metrics, l'agence de notation des startups et des PME innovantes, s'est intéressée aux montants levés par ces dernières, afin de mesurer l'écart entre les montants souhaités et effectivement obtenus. Les résultats révèlent que près de 4 startups sur 10 (38,3%) demandent moins de financement que ce qu'elles obtiennent in fine. L'étude souligne les écarts fréquemment observés entre l'auto-évaluation des entreprises et la valeur que les investisseurs leurs attribuent....

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
"Le crowdfunding n’est pas mort, il mute !"

Suite à la récente liquidation judiciaire d'Unilend ou encore au repositionnement de Smartangels, deux acteurs importants du Crowdfunding français, les articles dévoyant le modèle ont fleuri et il est juste de s'interroger. De quel Crowdfunding parle-t-on ? Il faut entrer un peu plus dans le détail pour interpréter ces signaux. Le Crowdfunding est catégorisé en trois types : - le don ou préachat- le prêt- les instruments financiers : actions, obligations ou encore minibons comme la majorité...