Connexion
/ Inscription
Mon espace

Inflation : les tendances sous-jacentes devraient évoluer à l'avenir

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Tout devient progressivement plus cher, mais pas dans tous les domaines. Depuis deux décennies, les biens durables voient leurs prix baisser aux Etats-Unis, analyse DWS Group.

Lentement mais sûrement, l'inflation augmente dans de nombreuses parties du monde. Aux États-Unis, celle-ci atteint désormais près de 3%. Une analyse plus fine des composantes de l’inflation américaine offre néanmoins des clés de compréhension intéressantes. 

Les prix continuent d'augmenter à un rythme soutenu dans le secteur des services et, avec davantage de volatilité, dans le secteur des biens non-durables. Les biens durables connaissent quant à eux une évolution inverse : après avoir vu leurs prix augmenter dans les années 1980 et au début des années 1990, ils ont soudainement changé de direction et, en moyenne, déclinent de manière régulière depuis le milieu des années 1990. Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette tendance. La mondialisation et les progrès technologiques semblent y participer de manière significative. Pourtant, ce qui est encore plus remarquable est le fait que, malgré la baisse des prix, les entreprises productrices de biens parviennent toujours à maintenir leurs marges bénéficiaires, ce qui illustre la forte hausse de leur productivité.

Les tendances actuelles ne sont toutefois pas immuables. Le choc déflationniste de la Chine sur les biens durables, par exemple, a probablement déjà atteint son apogée. A contrario, les progrès technologiques liés au développement de l'intelligence artificielle pourraient peser sur l’évolution du prix des services. Les évolutions resteront donc particulièrement intéressantes à suivre à l’avenir.

https://dws.com/en-fr/

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection diversifiée

Notre sélection victime d'un octobre rouge Nous soulignions, la fois précédente, que le marché était en proie au doute. Nous ne croyions pas si bien dire ! Le mois écoulé a vu le Cac 40 perdre 7,3 % et le Cac Mid & Small fondre de 7,9 %. Bien qu'une réplique soit toujours possible, la page nous paraît tournée. Quoi qu'il en soit, dans ce contexte de fin du monde, notre sélection diversifiée a reculé de 9,4 %. En parlant d'un octobre rouge, nous ne pensons pas au film de John McTiernan avec...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Dévaluation du yuan face aux autres devises ces derniers mois

Celui-ci a perdu environ 10% de sa valeur en l'espace de 4 mois après un bon début d'année. Cela soulève 2 questions :- Est-ce le signe que la Chine souhaite utiliser la politique monétaire pour contrer le ralentissement de son économie ?- Ou est-ce que Pékin dévalue délibérément sa monnaie pour envoyer un message à Washington ? La réponse est loin d'être claire D'une part, l'affaiblissement de certains indicateurs économiques chinois a coïncidé avec les négociations commerciales entre Pékin...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[analyse de marché] Moins de croissance et plus de risques

Les perspectives macro-économiques de l'été de Christopher Dembik chez Saxo Bank Nous observons 3 thèmes principaux qui influenceront les marchés et les décideurs dans les prochains mois : la croissance tend vers le bas, les indicateurs de la pression financière sont au vert et l'inflation est de retour sur le devant de la scène, du moins aux États-Unis. Nous  affirmons à nouveau que la Chine fera certainement ce qu'elle a toujours fait pour éviter que sa croissance ne déraille : elle...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Quelle est la stratégie de Pékin pour l’économie chinoise ?

Selon DWS, la masse monétaire constitue un indice. Le taux de croissance de la masse monétaire M1 est utile pour comprendre la politique macro-économique des autorités chinoises. Le gouvernement chinois a intensifié ses mesures de relance en 2008 et 2009 pour contrer les effets de la plus grande récession mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale. Par la suite, le taux de croissance de l'agrégat monétaire M1 est redescendu, oscillant autour de 5% entre 2012 et 2015. Puis, faisant face à un...