Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le dialogue social, parent pauvre de la responsabilité sociale des entreprises

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Vigeo Eiris* passe en revue les engagements et les dispositifs mis en place par les entreprises cotées, pour assurer l'effectivité du dialogue social. Ce thème reste un parmi les moins développés dans les récits et les indicateurs publiés par les entreprises au sujet de leurs démarches de responsabilité sociale.

Cette étude est extraite de la notation par Vigeo Eiris de plus de 2 400 entreprises cotées appartenant à 40 secteurs et opérant dans 63 pays, période 2016/2017. Les entreprises ont été évaluées sur la visibilité et le portage de leurs engagements, sur la diversité des thèmes et le niveau du dialogue avec les représentants des salariés, la dynamique des relations avec les instances représentatives des salariés, les moyens qui leurs sont alloués pour exercer leurs missions, ainsi que sur la capacité des équipes dirigeantes à améliorer la qualité et l’étendue de l’information des partenaires sociaux et à développer la concertation et la négociation collective.

Principaux constats de l'étude

- Bien que consacré par les normes internationales de l’OIT et au cœur des recommandations des Objectifs de Développement durable (ODD) des Nations Unies pour 2030, le dialogue social demeure un ‘angle mort’ de la responsabilité sociale des entreprises. Le score moyen mondial alloué par Vigeo Eiris aux entreprises est de 25 sur une échelle de 0 à 100.

- Seules 4% des entreprises sous revue s’engagent de façon visible (en appui sur des documents écrits et publics) à mener un dialogue social avec les représentants des salariés ; ce résultat est strictement identique à celui observé sur la période 2014/2015. A l’inverse, 62% des entreprises évaluées n’affichent aucun engagement à ce sujet alors même qu’elles communiquent sur leurs objectifs et leurs indicateurs en matière de qualité de relations avec leurs clients, leurs actionnaires ou en matière de protection de l’environnement.

- Les entreprises cotées en Europe sont celles qui rendent le plus et le mieux compte de leurs pratiques de dialogue social, mais leurs scores restent relativement limités sur ce critère (38/100). Leurs homologues cotés en Asie obtiennent un score moyen de 19/100, les nord-américaines un score de 17/100 et celles cotées sur les marchés émergents obtiennent un score de 26/100.

- Les sujets les plus souvent abordés dans le cadre de la négociation collective sont la rémunération (72% des sociétés cotées en Europe, 41% en Amérique du Nord, 28% en Asie Pacifique, 14% sur les marchés émergents), les conditions de santé et de sécurité (70% des sociétés cotées en Europe, 39% en Amérique du Nord, 25% en Asie Pacifique, 14% sur les marchés émergents), et le temps de travail (64% des sociétés cotées en Europe, 36% en Amérique du Nord, 23% en Asie Pacifique, 9% sur les marchés émergents).

- Seule une minorité d’entreprises compte la présence d’administrateurs salariés au sein de son conseil d’administration. C’est le cas pour 5% des entreprises cotées en Europe, avec des disparités entre les pays, contre 3% des entreprises cotées en Amérique du Nord et seulement 1% en Asie Pacifique.

- Compte tenu des évolutions technologiques liées au développement croissant de la numérisation et de l’intelligence artificielle, mais également de l’apparition de risques émergents comme l’usage peu réglementé des nanotechnologies, il deviendra essentiel de redonner son sens au dialogue social et au contrat collectif de travail sur des sujets tels que le droit à la déconnexion ou l’adaptation des conditions de travail liées à la robotisation des tâches, pour appréhender au mieux ces nouveaux enjeux.

*Vigeo Eiris, fournisseur international indépendant de recherche et de services en matière ESG pour les investisseurs et les organisations publiques et privées, couvre un univers de recherche de 4 000 sociétés cotées dans le monde entier.

www.vigeo-eiris.com/

 


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Manifeste pour un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises

Le Medef et l'Afep*, en partenariat avec le Cliff** et le C3D***, prônent la mise en place d'un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises évaluées. Une grande enquête a été menée par les 4 partenaires auprès de 58 entreprises du SBF 120 - dont 27 du CAC 40 - afin d'évaluer, de façon anonyme, les pratiques des principaux organismes de notation de la politique RSE des entreprises. Sur la base des résultats, le Medef et l'Afep, en partenariat avec le Cliff et...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...