Connexion
/ Inscription
Mon espace

Recours au crédit habitat en Europe : les disparités persistent

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Selon la nouvelle étude du Crédit Foncier sur le crédit immobilier résidentiel dans les 28 pays de l’UE, son recours reste très disparate d’un pays à l’autre.  Au 8ème rang européen, la France se distingue notamment par des taux d’intérêt de crédit très bas.

Les encours de crédits immobiliers, soit les montants encore dus (capital + intérêts), s’élevaient fin 2017 à près de 6 400 Mds€, soit une hausse annuelle de 4,3%, et de 13% sur les 5 dernières années (2012-2017). Ce montant représente 87% des crédits souscrits par les ménages (les 13 % restants étaient constitués de crédits à la consommation) et 42 000€ en moyenne par ménage propriétaire en Europe.


Le recours au crédit reste très inégal d’un pays à un autre, 4 ensembles se distinguent :

1/ C’est en Europe du Nord (Danemark, Finlande, Irlande, Royaume-Uni et Suède, soit 18% de la population européenne) que les ménages sont les plus endettés (33% du total des crédits immobiliers en Europe). En effet, l’encours moyen par ménage propriétaire s’élève à 81 800€, soit deux fois la moyenne européenne. Il s’explique notamment par le dynamisme des marchés, des durées de crédit plus longues, un recours au crédit in fine, une fiscalité et des traditions culturelles plus favorables par rapport au crédit.

2/  L’Europe du Centre-ouest (Allemagne, Autriche, Belgique, France, Luxembourg et Pays-Bas, soit 37% de la population) représente 46% des encours de crédits immobiliers de l’UE. L’encours moyen par ménage propriétaire y est de 56 800€, soit 37% de plus que la moyenne européenne.

3/ Dans le Sud de l’Europe (Chypre, Espagne, Grèce, Italie, Malte et Portugal), les ménages sont globalement moins endettés ; on y recense 17% des encours de crédits immobiliers pour 25% de la population européenne. L’encours moyen par ménage propriétaire s’élève à 26 900€, soit 35% de moins que la moyenne européenne ; un niveau qui s’explique en particulier par les conséquences de la dernière crise économique (cette étude mesure les encours, soit le stock de crédits et non la production nouvelle).

4/ En Europe de l’Est (Bulgarie, Croatie, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie) les ménages sont très peu endettés en montant comme en nombre (8% des ménages seulement ont un prêt ou une hypothèque en cours). L’Europe de l’Est représente 4% des encours de crédits immobiliers pour 20% de la population européenne, soit 6 600€ par ménage propriétaire ; les prix immobiliers y sont également inférieurs.


Au sein de l’Europe,
la France se situe dans une position médiane. A un niveau proche de celui de son voisin allemand, la France (encours par ménage propriétaire égal à 51 700€) se situe au 8ème rang européen. Les encours de crédits immobiliers y représentent 67% du revenu disponible brut des ménages, proportion quasi-identique à la moyenne européenne (68%), et bien en-deçà de certains pays comme le Danemark (202%) ou les Pays-Bas (139%). Le montant des encours correspond à 13% du patrimoine non financier des ménages, soit une proportion assez nettement inférieure à la moyenne européenne (17%).

Enfin, la France se distingue par un niveau très bas de tarification : alors même que les crédits immobiliers distribués le sont à taux fixe (98% de la production), la France affiche les taux d'intérêt de crédit immobilier les plus attractifs parmi les grands pays européens : 1,56% au 2nd semestre 2017, à comparer à 1,83% en Allemagne, 1,92% en Espagne, 2,05% au Royaume-Uni et 2,42% aux Pays-Bas.

L’étude intégrale est accessible ici

 

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux abordent l’été à des niveaux quasi historiques !

Ce mois-ci encore, les banques affichent des taux d'emprunt toujours très bas. Les évolutions sont au compte-gouttes et les régions affichent des taux équivalents. « En l'espace d'un mois, nous avons reçu seulement une vingtaine de barèmes. Les banques continuent d'être agressives commercialement, afin de rattraper leur retard sur les objectifs. Les emprunteurs sont, quant à eux, gagnants puisqu'ils peuvent emprunter à des taux toujours très faibles. Malheureusement, cela ne permet pas de...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Un paysage en plein bouleversement

Par Christian Reiter, Portfolio Manager chez DWS Quand ils arriveront ensemble vendredi et samedi pour leur symposium annuel de Jackson Hole, dans le Wyoming, les principaux banquiers centraux trouveront un paysage en plein bouleversement. Depuis leur dernière réunion, la Fed a augmenté ses taux d'intérêt directeurs à 3 reprises et suggéré qu'elle allait poursuivre le mouvement. Pendant ce temps, la BCE a également initié une inflexion de sa politique monétaire et prévu d'éteindre...

BE - Culture & Société
ABONNES
L’AMF publie sa cartographie des marchés et des risques 2018

Dans environnement économique dont le dynamisme porteur pourrait être menacé - remontée trop rapide des taux d'intérêt, endettement excessif, guerre commerciale, ou vulnérabilité de certains pays émergents -, le risque N°1 identifié par le régulateur à la mi année 2018 reste celui d'une correction brutale du prix des actifs financiers. De plus, le diagnostic pour les mois à venir laisse entrevoir des incertitudes pesant sur le fonctionnement des marchés avec l'échéance du Brexit en mars 2019 ou...

ABONNES
Si les Français aiment négocier au quotidien, ils n'aiment pas le faire avec leur banquier

59% des Français n'aiment pas négocier avec leur banquier et pourtant près d'1 Français sur 3 juge cela nécessaire. C'est ce que révèle Fortuneo dans son étude réalisée avec Opinionway. Négocier est pourtant jugé nécessaire par près d'1 Français sur 3, en particulier pour le crédit immobilier. Alors, comment les Français peuvent-ils obtenir les meilleures offres alors qu'ils n'aiment pas négocier avec leur banquier ? Se tourner vers les banques en ligne qui proposent une approche différente de...