Connexion
/ Inscription
Mon espace

Crédits immobiliers : allonger les durées pour soutenir le marché

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

La météo des taux de Cafpi publie un aperçu des nouveaux barèmes des banques reçus en mai. Ces taux sont ceux qui seront proposés par Cafpi à sa clientèle en ce début de mois.


Hausse plus forte sur les courtes durées.

Pour le mois d’avril, les taux effectivement pratiqués ont finalement été respectivement de 0,96% sur 10 ans, 1,24% sur 15 ans, 1,43% sur 20 ans et 1,69% sur 25 ans, soit une légère hausse par rapport aux taux pratiqués les mois précédents. Mais cette hausse n’est pas uniforme en fonction des durées. Ce sont les prêts sur 10 et 15 ans qui sont le plus impactés avec respectivement + 0,11% et + 0,12% alors qu’on observe une augmentation de 0,05% sur 20 ans et de 0,06% sur 25 ans. Cependant, pour mai, Cafpi a négocié ses taux de crédits immobiliers à un niveau très bas, pouvant atteindre 0,75% sur 10 ans, 0,95% sur 15 ans, 1,30% sur 20 ans et 1,30% sur 25 ans.


Ecart de traitement.

« Si les banques sont toujours à la recherche de nouveaux clients, le décalage semble s’accentuer sur les meilleurs profils, au détriment des dossiers les moins bons, qui bénéficient de conditions d’emprunt de plus en plus difficiles », indique Laurent Desmas, Président du Directoire de Cafpi. Ainsi, l’écart entre les taux pratiqués par les banques entre les bons et les moins bons dossiers se creuse. Cette tendance apparue en avril se confirme en mai. Sur 20 ans, le taux le plus bas négocié atteint 1,30%, alors que le plus haut affiche 2,15%, ce qui représente un écart de 0,85 points, en fonction des profils.


Compenser.

Toujours prêteuses en ce début de printemps, les banques compensent par leur dynamisme la perte des aides à l’accession (APL accession et recentrage du PTZ) qui, conjuguée à une hausse des prix de l’immobilier dans les zones tendues, rend plus difficile l’accession à la propriété pour les plus modestes des primo accédants. 


Allonger les durées.

Bien que la hausse des taux reste faible, elle conduit à une perte de pouvoir d’achat pour les emprunteurs. Ils se trouvent donc dans l’obligation d’allonger la durée de leurs prêts pour pouvoir accéder à la propriété. « Ainsi les primo-accédants ont emprunté en moyenne sur 141 mois en avril, soit un mois de plus qu’au mois de mars », ajoute Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi. Jusqu’alors, la durée de référence des emprunts immobiliers était de 20 ans. Mais face aux hausses conjuguées des taux et des prix, les primo-accédants ont de plus en plus recours aux prêts sur 25 ans pour concrétiser leur projet immobilier.


Zones d’inquiétude.

Le marché résiste malgré les difficultés, porté par l’appétence des particuliers pour la pierre. « Mais les premières tensions se font sentir : en globalité, on observe une baisse d’activité sur le marché de 10%, aussi bien dans l’immobilier neuf, avec une diminution du nombre d’opérations en cours, que sur le marché de l’existant », remarque Philippe Taboret. Les constructeurs de maisons individuelles, surtout sur les zones B2 et C (qui ont perdu le bénéfice du PTZ dans le neuf), voient même une baisse de presque 20% de leurs contrats de construction/réservation. Dans ces conditions, le moral des professionnels de l’immobilier est en baisse à 77%, soit -3% par rapport à la précédente étude réalisée par le Crédit Foncier
Ce premier quadrimestre confirme que 2018 est une année d’atterrissage après l’année exceptionnelle 2017, avec une tendance des taux qui reste à la hausse et des marchés qui se tendent en matière de prix et de volume d’opérations.

« Le marché n’est cependant pas bloqué, conclut Philippe Taboret.  Des solutions existent pour permettre aux emprunteurs de réaliser, dans les meilleures conditions, leurs projets d’achat dans l’ancien ou de construction grâce aux solutions d’allongement des durées, les financements des taux étant encore très bas ».

Accéder au tableau des taux en régions ici

https://www.cafpi.fr/

 

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Brexit et chasse immobilière : de retour de Londres, les Français investissent le marché parisien

À 2 mois de la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union Européenne, le 29 mars prochain, le leader de la chasse immobilière Homelike Home observe un impact fort sur sa clientèle. La proportion d'expatriés français souhaitant quitter le Royaume-Uni pour s'installer à Paris a ainsi augmenté de 30% par rapport à février 2016, avant le référendum du 23 juin 2016 sur le Brexit. Qu'un accord soit négocié ou non, la sortie du Royaume-Uni de l'UE aura des implications pour les Français expatriés :...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
60%, des professionnels de l’immobilier optimistes…

… pour le marché du logement sur les 12 prochains mois. Six professionnels de l'immobilier sur dix se disent optimistes sur l'avenir du marché immobilier résidentiel pour 2019. Une proportion en recul toutefois de 20 points sur 1 an : ils étaient en effet 80% en janvier 2018. Le niveau bas des taux d'intérêt et le dynamisme du marché continuent à nourrir l'optimisme des professionnels ; à l'inverse ils se déclarent inquiets par le contexte économique et la baisse du pouvoir d'achat des...