Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le boom du M&A en Europe devrait animer les marchés actions

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Les fusions acquisitions ont fourni un terreau fertile en 2017 (3 800 Md$ de transactions dans le monde, soit une hausse de 5,4% par rapport à 2016). La tendance se confirme et semble même s’accélérer en 2018 avec près de 1 800 Md$ de transactions annoncées dans le monde depuis le début de l’annéeAvec plus de 450 Md$, l’Europe est la 2ème zone la plus active derrière les Etats-Unis. La thématique des fusions & acquisitions offre de nombreuses opportunités d’investissement boursier. Il convient cependant de bien identifier les cibles et les signaux favorables à la réussite d’une opération car elles ne sont pas toutes couronnées de succès et source de performance pour les investisseurs.

Selon la société de gestion de portefeuille Vestathena, la vague de fusions-acquisitions devrait en effet se poursuivre et voire même s’accélérer cette année pour diverses raisons.

Premièrement, la conjoncture économique mondiale est favorable. En période de crise, les entreprises se concentrent sur leur survie plutôt que sur la croissance et réduisent les coûts, les effectifs et l’endettement. L’expansion conjoncturelle actuelle provoque un regain de confiance et les sociétés privilégient à nouveau la croissance. Deuxièmement, les dirigeants d’entreprise ne souhaitent pas se laisser dépasser par la révolution technologique (nécessité d’adapter leurs entreprises à la transformation digitale). Enfin, un grand volume de liquidités est à la disposition des entreprises pour financer leurs activités. La baisse des taux d'imposition (réforme fiscale) et une incitation à rapatrier les liquidités donneront aux entreprises américaines plus de capacité à mener des opérations stratégiques alors qu’elles disposent déjà de beaucoup de trésorerie.

En 2017, portés par un environnement macroéconomique très favorable, les secteurs financiers, de la consommation non cyclique, des communications ou de la technologie ont fait l’objet d’une multitude d’opérations. L’année 2018 a démarré en fanfare avec de nombreuses opérations touchant des secteurs différents et les rumeurs de rapprochement se multiplient (Ingenico/Atos ou encore Ingenico/Wirecard, Europacorp/Netflix, etc.).

Ces dernières années, l’activité des fusions- acquisitions s’est révélée plus dynamique aux Etats-Unis qu’en Europe. Un rééquilibrage devrait être observé en 2018, avec notamment bon nombre de rapprochements transfrontaliers en projet en Europe sur le segment des petites et moyennes capitalisations. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de constater que ce segment est propice aux opérations de fusions-acquisitions, puisqu’il est composé d’entreprises n’ayant pas encore atteint leur pleine maturité et leur taille définitive, affichant ainsi des potentiels de croissance élevés

En Europe, un contexte politique et économique plus stable engendre une plus grande confiance pour faire avancer les choses. Des transactions, qui étaient dans les tuyaux depuis longtemps, se sont concrétisées et certains secteurs, comme celui des services aux collectivités sont en pleine évolution avec cette vague de consolidation. Le mouvement devrait se poursuivre dans d’autres secteurs comme les télécoms, les infrastructures et plus généralement les secteurs à forte réglementation (utilities), où la nécessité pour les acteurs d’amortir leurs investissements très lourds passe le plus souvent par des rapprochements. Les opportunités devraient donc être nombreuses en 2018.


Les fusions-acquisitions, facteur de soutien des valorisations

Tout cela a donc de quoi animer les marchés actions et soutenir les valorisations, à condition que les opérations soient mûrement réfléchies : à terme, le but est de créer des dynamiques d’ensemble, des synergies, de réduire les coûts, de gagner des parts de marchés et/ou des points de marge, d’être plus solide en somme.
Investir sur la thématique des fusions-acquisitions consiste à investir sur des sociétés pouvant faire l’objet d’une opération financière susceptible de faire monter fortement leurs cours de bourse. Il s’agit le plus souvent d’OPA (offres publiques d’achat) ou de rachats de titres minoritaires par l’actionnaire majoritaire.

Les cibles autant que les sociétés acquéreuses sont à suivre de près. Du côté de la cible, il convient de détecter le profil « cible » d’une valeur très en amont, avant le marché, afin de bénéficier pleinement de la montée du cours liée à une éventuelle opération (prime de contrôle payée par l’acquéreur). Pour cela, il faut faire une analyse fondamentale approfondie, qui permettra d’identifier les sociétés qualifiées de « pépites ». Dans le cas de la société acquéreuse, une intégration réussie peut générer des synergies et améliorer sa rentabilité structurellement et de fait être source de performance boursière.

Rappelons que le succès d’une opération de rapprochement n’est jamais garanti. Les objectifs tracés ne sont pas toujours au rendez-vous. Une fusion est une opération complexe, sa réussite dépend d’un si grand nombre de facteurs qu’elle ne peut être entièrement maîtrisée. Pour les investisseurs boursiers, il est donc primordial d’identifier en amont les signaux favorables au bon résultat d’une fusion ou acquisition.

L’expérience prouve que la fusion de concurrents proches apporte de meilleurs résultats qu’une opération de diversification, lors de laquelle l’apprentissage de l’activité et l’assimilation du savoir-faire sectoriel, peuvent s’avérer longs et difficiles. La consolidation relative au rapprochement de deux compagnies concurrentes, évoluant dans des segments proches, génère plus facilement des synergies et des gains de productivité via la rationalisation des moyens et des coûts, ainsi qu’une moindre concurrence.

Récemment, nous avons pu constater que les opérations de grande taille, dont les montants atteignent plusieurs milliards et qui modifient profondément l’activité de l’acquéreur ne tiennent pas toujours leurs promesses. La persistance des incertitudes politiques et réglementaires font peser un risque sur les transactions importantes (exemple Qualcomm/Broadcom). Mener à bien une opération de grande taille est souvent un exercice difficile, et parvenir à générer de la valeur nécessite une procédure de due diligence rigoureuse et des compétences en matière d’intégration. En revanche, les opérations de plus petite taille, qui réunissent un acquéreur et une cible géographiquement plus proches, sont plus faciles à finaliser car les obstacles sont moindres.

Autre facteur essentiel pour la réussite d’une opération, c’est la faculté des sociétés à partager une culture d’entreprise commune. Dans le cadre d’opérations de fusion-acquisition, la différence de culture d'entreprise est le principal obstacle constaté dans plus de 85% des échecs**.

Enfin, il existe chez certains groupes une culture des fusions-acquisitions qu’il est important d’évaluer. Des sociétés comme Eurofins Scientific, Altran, Atos ou AB InBev ont inscrit la croissance externe dans l’ADN de leur business model avec la réussite qu’on leur connaît et réalisant ainsi une à deux opérations par an.

https://vestathena.com/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Drai Forget Boché Dobelle, nouveau cabinet d’avocats...

… dédié au Restructuring, M&A et Contentieux en situations spéciales en France et à l'international. Dotés d'une longue expérience au sein de cabinets internationaux de référence et reconnus comme des acteurs incontournables du restructuring, les 4 associés, Emmanuel Drai, Pierre Forget, Mylène Boché-Robinet et Véronique Dobelle, disposent d'une complémentarité unique de compétences sur le marché qui incluent le conseil et le contentieux des entreprises en difficulté ou en situation spéciale,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
2018, la plus mauvaise année enregistrée pour les fusions et acquisitions en 10 ans

Fait sans précédent : le marché mondial des fusions et acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 5ème trimestre consécutif, faisant de 2018 l'année la moins performante en transactions réalisées depuis 2008. C'est aussi la première année durant laquelle les entreprises sous-performent sur l'ensemble des 4 trimestres, selon les derniers résultats du rapport Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM) de Willis Towers Watson. Les travaux de recherche de Willis Towers Watson sur les fusions et...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
La FinTech, une formidable thématique de croissance

Le point de vue de Patrick Lemmens et Jeroen van Oerle, tous deux Gérants du fonds Robeco Global Fintech Equities L'univers d'investissement FinTech, qui recouvre les systèmes numériques et les paiements électroniques, est en plein expansion et attire de plus en plus d'investisseurs. Pour notre part, nous nous montrons sélectifs dans notre approche de gestion et nous tenons à démystifier l'image romantique qui colle aux fintechs, de start-ups gérées avec peu de moyen depuis un grenier... En...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
La vision du marché M&A des dirigeants français

EY publie les résultats de la 19ème édition* de son baromètre semestriel dédié au marché des fusions et acquisitions dans le monde « Global Confidence Barometer ». *Pour cette édition, plus d'une centaine d'entreprises françaises ont intégré le panel des répondants. Réalisée entre septembre et octobre 2018, auprès de plus de 2 600 dirigeants dans 45 pays, l'étude repose sur un panel de 14 secteurs d'activité.Conduite depuis 2012, cette étude mesure la confiance des dirigeants d'entreprise en...