Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune] Investir dans l'immobilier à Bruxelles : la preuve par 7

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

Par Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale et Cécile Jodogne, Secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur pour la Région de Bruxelles-Capitale.

Si Bruxelles occupe moins de 1% du territoire de la Belgique, elle assure 18,3% de son produit intérieur brut et elle accueille 10% de la population du pays. S’il ne fallait qu’une seule raison pour que les investisseurs immobiliers français s’intéressent à notre belle région, ces trois chiffres la fourniraient aisément. Tout nous rapproche entre Français et Bruxellois : le Thalys, la langue, la culture, l’art de vivre, l’envie de travailler ensemble à la construction européenne... notre connivence est réelle. Nous gagnons néanmoins à toujours mieux nous connaître. C’est pourquoi, si les arguments du cœur ne suffisaient pas, voici, en plus de celle des trois chiffres énoncés plus haut, sept autres raisons d’investir dans notre région.


1/ Une capitale européenne au cœur des principaux marchés européens

Bruxelles est capitale à de multiples égards. Première ville de notre pays, elle est aussi la capitale de 500 millions d’Européens, au cœur des principaux marchés d’Europe occidentale - Allemagne, France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique - soit l’une des plus hautes densités démographiques, financières et industrielles au monde.


2/ Une ville-monde à taille humaine

Bruxelles est aussi renommée pour sa convivialité et sa dimension humaine, verte, ouverte et tolérante. De fait, son territoire est cosmopolite, avec sa mosaïque de quartiers aux ambiances contrastées et de populations aux origines diverses qui en font une ville-monde empreinte de multiculturalisme. C’est un paysage urbain mêlant histoire et modernité, jalonné par la cohabitation de styles gothiques, néo-classiques, art nouveau, art déco… à côté des immeubles utilisant les technologies les plus récentes.


3/ Des projets urbains ambitieux

 La Région de Bruxelles-Capitale a en effet décidé de mobiliser progressivement une dizaine de pôles de développement prioritaires. Ils concourent tous à la même double finalité : répondre à l'essor démographique et accompagner le développement économique. Ce qui se traduit par la création de logements et d’équipements, l’aménagement de sites pour accueillir des entreprises, d’espaces publics, d’espaces verts, le développement des transports publics (dont une nouvelle ligne de métro), etc. Le tout avec un souci permanent d’améliorer la qualité de vie.

Le secteur des industries créatives et culturelles représente à Bruxelles 13 500 entreprises et 32 000 emplois, dont la moitié rien que pour le secteur des médias. Une part significative de ces activités sont concentrées dans un même périmètre qui comprend notamment les 20 hectares bientôt libérés par les radio-télévisions publiques, à mi-chemin de l’aéroport et du quartier des institutions européennes. La Région s’est portée acquéreur du terrain pour permettre la construction des nouveaux sièges des télévisions publiques RTBF et VRT, le développement progressif de 2 000 à 2 500 futurs nouveaux logements, mais aussi l’accueil de nouvelles entreprises des secteurs des médias et de la communication sur 30 000 mètres carrés. Elles voisineront avec des équipements de proximité (commerces, écoles, crèches…), un parc de 8 hectares, etc. Au total, ce sont plus de 300 000 mètres carrés qui sortiront de terre dans les prochaines années.


4/ La plus forte densité de diplomates au monde

Bruxelles est aussi une capitale mondiale. Elle est le siège du Parlement européen, qu’elle partage avec Strasbourg, ou encore la Commission européenne et de l’OTAN, mais également de 120 autres organisations gouvernementales internationales. Elle accueille 181 ambassades, 5 400 diplomates, quelque 2 000 associations internationales, 1 700 entreprises internationales y ont leur siège européen, 20 000 lobbyistes, 1 000 journalistes étrangers. Ce qui en fait la ville avec la plus forte concentration de diplomates au monde. Bruxelles est facile d'accès et dispose d'une bonne infrastructure pour l'organisation de salons, foires commerciales et congrès (MICE).


5/ Une ville portée par sa jeunesse et ses talents

Dans le brassage de sa population, Bruxelles peut se flatter d’accueillir également 17 500 personnes actives dans le secteur de la recherche. La ville est un centre d’excellence pour les biosciences, la pharmacie, les industries créatives et les médias. Elle accueille en outre 90 000 étudiants dans ses trois universités et nombreuses écoles supérieures. Elle compte également 29 écoles internationales.


6/ Une demande stable sur le marché immobilier

Une telle concentration d’activités et d’institutions internationales assure la stabilité de l’immobilier tertiaire. Et le marché résidentiel est en croissance car la population bruxelloise est en augmentation constante, avec près de 250 000 habitants supplémentaires en vingt ans. Et les prévisions indiquent que ce n’est pas fini…


7/ Un creuset culturel

Bruxelles est enfin un foyer culturel qui vit au rythme de 14 000 événements annuels ! Bruxelles accueille une concentration particulière d'artistes de toutes disciplines, reconnus ou émergents, issus du cru ou venus de tous les horizons. Ils constituent un environnement artistique créatif particulièrement riche et inspirant. Les Bruxellois sont connus en particulier pour leur sens de l’humour et de l’autodérision. Les surréalistes l’incarnaient hier. Aujourd’hui, ce sont les humoristes et les auteurs de bande dessinée.

Toutes ces raisons font de Bruxelles cette ville attractive, qui évolue, se réinvente et se modernise, offrant ainsi aux investisseurs de belles opportunités.


Active de très longue date au MIPIM, la Région de Bruxelles-Capitale y est présente depuis 2015 au sein du Pavillon « Belgium », co-financé avec la Wallonie et la Flandre, assurant une visibilité accrue aux trois Régions belges.
www.surrealestate.be

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...