Connexion
/ Inscription
Mon espace

Jay Powell à la tête de la Fed et l'orientation de la politique monétaire aux États-Unis

ABONNÉS

 

Qu’en pensent 3 Experts du groupe BNY Mellon IM


Paul Hatfield, Co-directeur des investissements Monde chez Alcentra - BNY Mellon IM

« Le départ de plusieurs des membres parmi les plus modérés de la Fed dans le cadre du système d'alternance interne et leur remplacement par des membres plus agressifs risquent d'accentuer la perception du marché selon laquelle Jay Powell sera plus agressif que son prédécesseur dans sa politique monétaire.  Avec une croissance qui semble plus solide et même sans évolution significative du côté de l'inflation ou la croissance des salaires, il a besoin de se donner une certaine marge de manœuvre afin de pouvoir agir en cas de retournement du cycle économique. Un calendrier de 3 hausses de taux d'intérêt semble donc très probable cette année. D'ici la 3ème hausse, il disposera d'une plus grande visibilité quant aux effets de la réforme fiscale sur l'économie réelle. Il n'est pas encore certain que les récentes hausses des rendements obligataires soient la conséquence d'une prise de conscience sur les marchés ou si l'élargissement des écarts peut aller encore plus loin.  Avec un déficit important et potentiellement croissant à financer, les perspectives pour les obligations prennent aujourd'hui une tournure baissière»


Brendan Mulhern, Stratégiste Monde chez Newton - BNY Mellon IM

« En ce qui concerne la politique de Jay Powell, on ne s'attend à aucune révolution monétaire, du moins jusqu'à ce que les circonstances économiques nécessitent un changement de cap. Tel fut le cas avec l'adoption de la politique de "QE" sous Ben Bernanke. Bénéficiant d'aucune éducation formelle en matière de politique monétaire, Powell a appris son métier en cours de route et incarne ainsi la pensée dominante au sein de la Fed aujourd'hui. Powell a aussi la réputation d'être l'homme qui cherche à établir un consensus, et il est donc peu probable qu'il fasse bouger les choses dans une institution où la dissidence est rarement tolérée.
Alors que Janet Yellen est généralement considérée comme faisant partie des "colombes", et donc prudente dans sa politique, l'inflation est restée en deçà de la cible de 2% considérée par la Fed comme gage de stabilité pour les prix pendant l'intégralité de son mandat. Si l'inflation revient en ligne avec l'objectif fixé par la Fed et le chômage reste faible, la Fed n'aura guère d'autre choix que d’accélérer ses hausses des taux d'intérêt et souhaitera sans doute relever les taux avant tout retournement du cycle.
A ceux qui s'emballent en anticipant un changement de cap radical avec l'arrivée de Jay Powell à la tête de la Fed, il convient simplement de rappeler que la mise en place de la politique monétaire aux États-Unis se réalise en cohérence avec les objectifs statutaires fixés par le Congrès et détaillés dans la "Federal Reserve Act" : le plein-emploi, la stabilité des prix et des taux d'intérêt modérés à long terme . »

 


Vincent Reinhart, Économiste en chef chez BNY Mellon AM North America - AMNA

« En tant que Président de la Fed, Jerome Powell incarnera la continuité, même s'il se trouve plus à droite que Janet Yellen sur l'orientation de la politique monétaire. En 2017, la Fed est intervenue lors de ses 4 conférences de presse pour relever son taux directeur suite à 3 d'entre elles et pour annoncer un plan de réduction de son bilan d'actifs à la dernière réunion de l'année. Nous anticipons que Powell suivra le même scénario cette année, en augmentant le taux directeur de 25 points de base à 4 reprises tout en continuant de réduire le bilan conformément aux prévisions annoncées en 2017.
Il y a un an, Powell nous a dit que "à force de trop se concentrer sur le timing précis des changements de politique, nous risquons de créer de la confusion et de la frustration s'agissant de nos communications". Nous nous attendons donc à une certaine simplification au niveau de la communication de la Fed, y compris des ajustements en termes de l'organisation de ses conférences de presse. »

www.bnymellonim.com

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...