Connexion
/ Inscription
Mon espace

Se loger dans la capitale coûte en moyenne 19,6€ /m²

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

 

Etude de l'Observatoire statistique des locations du 3ème trimestre 2017, publiée par la FNAIM

Le niveau médian des loyers de relocation dans les 10 plus grandes agglomérations françaises de + de 500 000 habitants, s’étage entre 11,5€ /m² et 19,6€ /m². Alors que Paris a récemment battu des records en termes de prix de vente immobiliers, c’est logiquement la ville la plus chère en matière de loyer. Se loger dans la capitale coûte ainsi en moyenne 19,6€ / m², soit un loyer de près de 800€ pour un deux-pièces de 40 m², par exemple.


Bien entendu, de fortes disparités sont constatées entre les différents arrondissements, tout comme il existe des différences de prix entre types d’appartements. Plus ces derniers sont grands, plus le loyer diminue ; la moyenne étant de 17€ /m² pour les 3 pièces. Inversement, plus ils sont de petite surface, plus ils sont relativement chers : pour louer un studio, il faut ainsi débourser 25€ /m² en moyenne, soit 500€ pour 20 m².  Cette cherté des petites surfaces s’explique par une demande plus forte, mais aussi par une plus grande rotation des locataires. Souvent loués par les étudiants, les studios sont parfois inoccupés pendant les 2 mois d’été… Les bailleurs « se rattrapent » avec un loyer plus élevé.

Mêmes principes dans les autres grandes capitales régionales avec :
- Nice qui affiche une moyenne de 15,7€ /m²
- Marseille-Aix de 13,1€ /m²
- Lille et Bordeaux de 12,6€ /m²
- Toulon de 12,3€ /m²
- Lyon de 12,2€ /m²
- Toulouse de 11,7€ /m²
- Grenoble et Nantes de 11,5€ /m²

Il est intéressant de noter que, selon les villes, l’écart de prix des loyers au m² en fonction de la taille des logements varie. Ainsi, si les deux-pièces sont 17% plus chers que les studios à Toulon, ils coûtent 45% de plus à Lyon.

Consulter l’intégralité du dossier très détaillé via ce lien

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Les taux bas se maintiennent

La météo des taux de Cafpi  Comme pressenti, les taux de crédit immobilier restent bas en ce début d'année : en janvier les taux effectivement pratiqués ont été de 0,84% sur 10 ans, 1,09% sur 15 ans, 1,29% sur 20 ans et 1,50% sur 25 ans. « Le maintien des taux à ce bas niveau permet à l'activité de se maintenir en janvier. On assiste d'ailleurs à une situation exceptionnelle avec des taux qui se maintiennent au niveau de l'inflation. Cette situation devrait perdurer dans les mois à venir »,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Explosion des encours de crédits immobiliers : merci les taux bas !

Selon la Banque de France, l'encours de crédits immobiliers avait atteint 1 003 Mds€ à fin novembre 2018. Un chiffre jamais atteint auparavant et qui représente l'équivalent de la moitié de la dette de l'État. Ce chiffre record s'explique bien évidemment par les taux de crédits immobiliers très bas qui poussent toujours les emprunteurs à emprunter massivement et ce, même malgré l'augmentation des prix de l'immobilier. « Aujourd'hui le crédit immobilier reste le seul outil de captation de...