Connexion
/ Inscription
Mon espace

Banque : avec la DSP2, les clients auront tout à gagner

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Frantz Waze, Directeur administratif et financier chez Ditto Bank, première banque digitale dédiée à la gestion des devises.

Alors que la prochaine entrée en vigueur de la DSP2 cristallise les tensions entre banques et Fintech, le client, lui, sort grand gagnant des orientations définies par la directive. L’occasion d’imaginer de prochains services à venir.

Tandis que les banques semblent trainer des pieds concernant la DSP2, les Fintech bataillent au créneau depuis plusieurs mois. Les clients, quant à eux, assistent à ce match dont l’enjeu est l’accès à leurs données bancaires. Le score final a été donné le 13 janvier, date de mise en application de la Directive sur les services de paiement qui oblige les états membres à transposer en droit national, et consacrera l’usage d’interface dédiées - les fameuses APIs - qui devront être mises en place par les banques elles-mêmes d’ici mars 2019. Pourtant, au-delà de cette guerre de tranchée, cette directive annonce plutôt l’émergence d’un nouvel écosystème interconnecté et de nouveaux services innovants. Le tout, au profit du client. Car, à travers l’obligation du consentement, la directive assoit un principe fondamental : les données appartiennent avant tout au client. Et comme a pu le rappeler un expert de la Commission européenne, « on peut comprendre qu'il soit désagréable pour les banques de voir un tiers monétiser les données qu'elles recueillent. Mais ce sont celles du client, qui donne son consentement explicite. »


Après l’agrégation des comptes, celle des placements

Redonner le pouvoir au client sur ses données se traduira d’abord par l’optimisation des services d’agrégation de comptes. Selon une enquête Ifop pour Anytime, près d'un Français sur trois a plus de deux comptes bancaires et parmi eux, 66% choisissent de les héberger dans différents établissements. Avec l’essor des banques mobiles et l’arrivée des opérateurs télécoms sur le marché, cette tendance aux multi-comptes ne va cesser de croître dans les prochaines années. Face au développement de cet usage, la DSP2 permettra aux acteurs, nouveaux comme anciens, de faciliter davantage l’agrégation des comptes bancaires de chaque individu mais surtout leur tenue et la réalisation de l’ensemble des opérations courantes au sein d’un seul et même espace plus ergonomique et sécurisé.

Les orientations prises par la directive, applicables pour le moment aux seuls comptes bancaires, laissent également imaginer à terme des services allant plus loin. En diversifiant leurs banques, les particuliers diversifient également l’hébergement de leurs placements. Demain, grâce aux APIs, agréger et suivre l’ensemble de ses produits de placement, gérés par différents établissements, pourrait aussi relever du simple glissement de doigt !


Des formalités bancaires facilitées à l’international

La mise en application de la DSP2 suscite également des promesses à l’international. En premier lieu, l’accès au crédit au-delà des frontières hexagonales pourrait en être facilité. Au Royaume-Uni, par exemple, l’octroi de crédit ne peut se faire que sur la base d’un historique complet de paiement. Or, pour tous les Français expatriés, un tel document ne pouvait jusqu’à présent pas être fourni à une banque anglo-saxonne. Grâce aux futures APIs, et toujours avec le consentement du client, ce dernier pourra autoriser sa nouvelle banque locale à récupérer l’information directement dans sa banque française d’origine.

Une autre répercussion de la DSP2 pourrait, elle, concerner les garanties à première demande dans le cadre de cautions à l’occasion de l’entrée dans un pays. Il n’est pas rare qu’un voyageur ou un expatrié doive vendre ses produits de placement en vue de faire un dépôt de garantie en cash. La mise en place d’APIs pourrait alors éviter ce processus en donnant à un établissement local le droit d’émettre une garantie en contrepartie de l’accès instantané et permanent au solde d’un produit d’épargne. Aujourd’hui, les entreprises sont déjà en mesure déjà le faire. Demain, ce sera au tour des particuliers d’avoir accès à des services aussi aboutis.

www.dittobank.com/fr

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...