Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Un souffle de croissance »

BE - Culture & Société
ABONNÉS

La croissance mondiale s’accélère, mais tous les moteurs de l’économie ne sont pas synchronisés

Alors que la croissance du PIB mondial a accéléré à son plus haut niveau en deux ans au 1er semestre 2017, certains moteurs de l’économie mondiale sont désynchronisés, selon Euler Hermes, le leader mondial de l’assurance-crédit commercial. Dans sa dernière étude, intitulée « Un souffle de croissance », l’assureur souligne la bonne tendance de la croissance mondiale, dans un contexte de déception pour l’économie américaine, de perspectives européennes rassurantes et de stabilisation des marchés émergents.

Les prévisions de croissance du PIB mondial restent de +2,9% pour 2017 et pour 2018, la 7e année consécutive au-dessous de 3 %. Des révisions à la hausse ont été apportées pour la zone euro (+0,2 pp à +1,9%), la Chine (+0,4 pp à 6,7%) et le Japon (+0,1 pp à 1,3%). Celles-ci sont contrebalancées par des révisions à la baisse pour les États-Unis (-0,1 pp à 2,2%), l’Amérique latine (-0,2 pp à +1,2%), le Moyen-Orient (-0,2 pp à +2,1%) et l’Afrique du Sud (-0,4 pp à +0,6%).

Selon Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes : « La croissance du PIB mondial s’accélère : la tendance est bonne plutôt qu’excellente, la croissance atteignant son rythme le plus rapide enregistré ces 2 dernières années. Cependant, dans ce contexte positif, la situation économique est très différente d’un pays à l’autre. Alors que la croissance du PIB a été plutôt modeste aux États-Unis, elle a été au contraire forte en Chine grâce à de précédentes relances, et solide dans la zone euro principalement grâce à la croissance des exportations. La confiance des entreprises s’est également sensiblement améliorée : les entreprises ressentent enfin l’impact positif de l’augmentation de la demande et d’une amélioration de leur prix de vente, après plusieurs années de faible croissance. La solide confiance des entreprises laisse également présager une poursuite de la croissance de l’investissement et une amélioration progressive des marchés du travail. Cette combinaison devrait stimuler la dépense privée future. »

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Euler Hermes a identifié 5 facteurs clés expliquant l’accélération de la croissance mondiale, ainsi que 5 risques qui continuent de l’accompagner.

5 « boosters » de la croissance mondiale

- L’inflation - En partie de retour. En augmentant les valeurs nominales, elle stimule la confiance et l’investissement. La croissance des prix a repris en 2017, essentiellement suite à la hausse des prix des matières premières. Euler Hermes anticipe une reflation à un rythme modéré.
- Augmentation de la consommation et de l’investissement - Les ventes au détail se sont accélérées mondialement, notamment aux États-Unis et en Chine, tout en gardant un bon rythme dans la zone euro où les niveaux de confiance sont sans précédent. Le cycle d’investissement s’accélère également.
- L’accélérateur des exportations - La reprise des exportations mondiales s’est poursuivie au premier semestre 2017, tant en volume qu’en valeur, après deux ans de contraction en valeur. Les exportations mondiales de biens ont progressé de +2,3% en glissement annuel en avril 2017.
- Des politiques accommodantes - Les liquidités mondiales ont atteint des niveaux records (plus de 19 000 Mds$), et la politique monétaire devrait rester globalement accommodante et les liquidités abondantes, malgré des ajustements de bilan.
- Risque politique - Le sentiment général est celui d’une relative diminution du risque politique, sauf aux États-Unis.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

5 risques mondiaux pesant sur la qualité de la croissance

- La reflation pourrait créer un « effet ciseau » - Bien que la reflation soit actuellement positive pour le chiffre d’affaires des entreprises et la consommation des ménages, il existe un risque que les marges des entreprises et le pouvoir d’achat des ménages soient affectés.
- Le cycle d’investissement est en grande partie financé par la dette - Avec le retour à des cycles économiques normaux, il est possible que la croissance maximale soit atteinte relativement tôt. Aux États-Unis, par exemple, des nouvelles commandes et des créations d’emplois records, conjuguées à des niveaux plus élevés de dette privée, pourraient conduire à une décélération d’ici la fin de 2017 sans l’apport de stimuli fiscaux significatifs. Les niveaux élevés de dette sont également inquiétants en Europe (dette publique) et dans les marchés émergents (dette privée). Une hausse des taux d’intérêt pourrait compromettre le cycle d’investissement, particulièrement dans les pays où les niveaux d’endettement sont déjà élevés. Les pays d’Amérique latine et d’Asie sont particulièrement concernés.
- Le protectionnisme - Le protectionnisme ne faiblit pas, bien que le nombre de nouvelles mesures protectionnistes se stabilise ; les pays qui ont adopté le plus de mesures restent les États-Unis, la Russie, l’Inde et l’Argentine. Le raccourcissement des chaines de production signifie que moins de pays sont impliqués dans la production d’un bien (le contenu de la production en consommations intermédiaires importées a diminué). Et ce phénomène est renforcé par la balkanisation financière, qui implique que les flux bancaires internationaux, qui finançaient précédemment l’internationalisation, ont diminué.
- Un incident de parcours sous la forme d’une nouvelle crise - Les décideurs politiques sont conscients des risques qui résultent du fait de ne pas avoir récupéré de marges de manœuvre suffisantes avant la prochaine crise. De plus, un échec politique pourrait créer des tensions financières importantes en Europe, en particulier en Italie, ainsi qu’aux États-Unis.
- Les risques politiques pourraient à nouveau influencer les marchés - Après une accumulation d’incertitudes électorales en Europe, ce sont les États-Unis qui occupent maintenant le devant de la scène. En Europe, aucune crise financière ou politique majeure n’est attendue. Cependant, au fur et à mesure de la poursuite des négociations sur le Brexit, l’incertitude politique au Royaume-Uni continuera à amplifier la volatilité financière. Euler Hermes prévoit une poursuite du ralentissement de la croissance du PIB britannique (+1,4% en 2017 et +1% en 2018), puisque les consommateurs devraient ressentir de plus en plus leur perte de pouvoir d’achat réel.

www.eulerhermes.com

      

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...