Connexion
/ Inscription
Mon espace
BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

La fiscalité locale sur le financement d'un bien immobilier augmente-t-elle les mensualités de crédit ?

L’étude* de Meilleurtaux.com mesure l’impact de la fiscalité locale dans le financement d’un bien immobilier, type 70m². 

La fiscalité locale a été au cœur de la campagne présidentielle : Emmanuel Macron a ainsi proposé parmi ses mesures phares la suppression pour 80% des contribuables de la taxe d’habitation - payée par locataires et propriétaires. Qu’en sera-t-il de la taxe foncière ?  Quel est le poids réel de cette fiscalité locale (taxe d’habitation + taxe foncière) dans le cadre d’un financement immobilier ? 

Des taux d’intérêt toujours très bas, des prix de l’immobilier qui remontent ainsi que les impôts locaux. Conséquence : le poids de la fiscalité continue de croitre de manière plus ou moins importante selon les villes impactant ainsi le montant réel des mensualités de crédit et le taux réel de l’emprunt. Une part très souvent négligée mais qui reste pourtant élevée.


Impôts locaux : 173€ en plus en moyenne tous les mois sur la mensualité de crédit

« Pour les 10 grandes métropoles françaises, la fiscalité locale représente en moyenne 173€ de plus par mois à acquitter pour 167€ l’année dernière et 160€ il y a 2 ans », explique Maël Bernier, porte-parole et Directrice de la communication de Meilleurstaux.com. Les plus mauvaises élèves sont, dans l’ordre, Montpellier, Bordeaux, Marseille, Nantes et Toulouse avec plus de 200€ par mois pour les deux premières, 199€ pour Marseille et en moyenne 190€ pour Nantes et Toulouse.

En clair, cela signifie qu’un Montpelliérain qui achète un bien immobilier de 70m² va payer non pas 1 006€ par mois pour financer son bien, mais 1 225€ en incluant la fiscalité locale, soit plus de 200€ en plus. « Paris fait, une fois n’est pas coutume, figure de « paradis fiscal », la note ne s’alourdissant pour un parisien que de 95€, autrement dit une goutte d’eau rapportée au plus de 3 000€ de remboursement mensuel nécessaires au financement d’un 70m² dans la capitale. » remarque Maël Bernier.


Des taux de crédit compris entre 2 et 3,90%

L’autre façon de mesurer l’impact réel de la fiscalité locale dans le financement d’un bien immobilier est d’ajouter les différentes taxes (foncière et habitation) en les répartissant sur une année, ce qui permet d’obtenir une mensualité taxes incluses et ainsi de déterminer le taux d’intérêt réel correspondant à des mensualités « fiscalité comprise ».
« Un calcul très parlant puisque nous constatons en réalité que le taux d’emprunt assumé par les emprunteurs dans de nombreuses grandes villes est bien au-dessus des moyennes actuelles de 1,70% » explique Maël Bernier.

Ainsi, alors que le taux moyen sur 20 ans se situe autour de 1,70% (hors assurance), le poids de la fiscalité locale fait passer le taux d’emprunt pour les acheteurs de : Montpellier à 3,90% - Marseille à 3,80% - Toulouse à 3,50% - Nantes à 3,40% - Bordeaux à 3,20%, - Strasbourg à 3,10%   - Lille à 3,05% - Nice à 3% - Lyon à 2,65% - Paris à seulement 2%  

« Le résultat est très net, la fiscalité locale double le taux du crédit dans 4 villes sur 10 étudiées et le fait grimper d’au moins 1 point dans 9 villes sur 10, à l’exception de Paris. »  ajoute Maël Bernier.

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 


Impôts locaux : 2 mensualités de crédits en plus par an en moyenne

Enfin, la dernière manière d’appréhender le poids de la fiscalité locale dans un financement immobilier  consiste à calculer le nombre de mensualités payées en plus sur une année. Là encore, constat accablant : Plus de 2 mois et demi supplémentaires pour Montpellier et Marseille, plus de 2 mois pour Toulouse et Nantes, près de 2 mois pour Bordeaux, Strasbourg et Lille, plus d’1 mois pour Nice et Lyon et moins d’1/2 mois pour Paris.

« En conclusion et pour éviter les mauvaises surprises, nous recommandons aux personnes en recherche d’un bien immobilier de tenir compte du poids des impôts locaux dans leur calcul de remboursement, car c’est un élément d’endettement qui n’est pas du tout pris en compte dans les calculs des banques » conclut Maël Bernier.

Méthodologie de l’étude : Le calcul est réalisé pour un bien de 70m² (prix moyen par ville selon seloger.com en juin 2017) financé sur 20 ans au taux moyen consenti dans la ville donnée (source Meilleurtaux en juin 2017), avec les montants des taxes locales (taxe foncière et taxe d’habitation) en vigueur en 2016 pour un couple avec deux enfants.

Plus de résultats :
http://www.meilleurtaux.com/credit-immobilier/barometre-des-taux.html


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation