Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune] Conséquences de l’incompatibilité de la contribution additionnelle de 3% avec la directive mère-fille

ABONNÉS

Par Julien Monsenego, Avocat associé et Thibaud Boucharlat, Avocat senior cabinet Gowling WLG


1/ Incompatible de la contribution

La Cour de justice de l’UE a bien confirmé le 17 mai 2017 que la contribution française de 3% sur les revenus distribués était contraire à la directive mère-fille. 
Plus précisément, la Cour a jugé que l’article 4, 1-a) de la directive mère-fille, telle que modifié le 8 juillet 2014, doit être interprété en ce sens « qu’il s’oppose à une mesure fiscale prévue par l’État membre d’une société mère (…), prévoyant la perception d’un impôt à l’occasion de la distribution des dividendes par la société mère et dont l’assiette est constituée par les montants des dividendes distribués, y compris ceux provenant des filiales non-résidentes de cette société ».

Ainsi, selon la CJUE, l'application de la contribution additionnelle de 3% est susceptible de créer une double imposition contraire aux objectifs de la directive mère-fille lorsqu'une société mère française est soumise à la contribution lors de la redistribution des dividendes qu'elle a perçus de ses filiales européennes.


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 


2/ Opportunité de demandes en remboursement de la contribution précédemment versée

En application de cette décision, il est donc confirmé que les sociétés françaises qui ont reçu des dividendes de filiales de l'UE sont autorisées à réclamer le remboursement de la contribution additionnelle de 3% prélevée sur ces distributions.

Cependant, bien que cette décision ne s’oppose pas, en tant que tel, à la perception par un État membre d’une imposition lors d'une distribution de dividendes qui ne constitue pas une redistribution des dividendes reçus de filiales de l'UE (par exemple lors de la distribution du résultat opérationnel et / ou redistribution de dividendes provenant de filiales françaises ou situées dans un état non membres de l'UE), elle constitue un nouvel argument sérieux pour réclamer le remboursement de l'ensemble des contributions additionnelles de 3% acquittées lors des distributions effectuées par une société française. En effet, limiter l'exonération de contribution additionnelle aux redistributions de dividendes issus de filiales UE constituerait très certainement une rupture d'égalité contraire à la Constitution française, à la législation européenne et aux autres engagements internationaux de la France.

La position qui sera adoptée par l'administration fiscale est cependant encore incertaine à ce stade. Elle pourrait en effet :
-  soit adopter une position restrictive et limiter les remboursements aux sociétés qui sont en mesure de prouver que parmi les montants distribués et sur lesquels la contribution additionnelle a été assise, figurent des dividendes distribués par des sociétés situées dans un autre état membre. Dans cette hypothèse, de nouveaux contentieux sont à prévoir pour les sociétés qui ne sont pas en mesure d'apporter une telle preuve ;
▪ soit reconnaître dès à présent l'illégalité de la contribution additionnelle et procéder à son remboursement immédiat à l'ensemble des sociétés qui en ferait la demande. Compte tenu des enjeux financiers, une telle position est cependant peu probable.


Nous devrions en savoir plus dans les semaines à venir.

En toute hypothèse, l'ensemble des entreprises ayant acquitté cette contribution ont intérêt à déposer dès à présent une réclamation contentieuse afin de préserver leur droit. À ce titre, nous rappelons qu'il est possible de contester jusqu'au 31 décembre 2017 la contribution payée en 2015 et jusqu'au 31 décembre 2018 pour la contribution payée en 2016.

 

Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...