Connexion
/ Inscription
Mon espace

Credifinn réagit à la fin de domiciliation des revenus lors d'un crédit immobilier

ABONNÉS

Un projet d’ordonnance à la loi Sapin 2 envisage de limiter à 10 ans l’obligation de domiciliation de ses revenus lors de la souscription d’un crédit immobilier. Avec cette obligation, le client verse ses salaires et autres revenus à la banque qui lui a accordé son prêt, celle-ci s’assurant ainsi d’avoir accès aux comptes de son client et donc d’être bien remboursée. « Cette mesure semble aller dans le bon sens, libérant les clients de cette relation contrainte avec la banque prêteuse », indique Arnaud Faure, Directeur de Credifinn*.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

D’un abord positif, cette mesure pourrait coûter cher aux particuliers. « Ce projet, aujourd’hui prévu pour limiter à 10 ans la domiciliation obligatoire, est un premier pas pour l’interdire purement et simplement, s’inquiète Arnaud Faure. On poursuit l’uberisation des services bancaires, empêchant ainsi la banque de proposer d’autres produits pertinents, grâce à la vision globale qu’elle a du patrimoine ». Pourtant, le crédit immobilier est un produit d’appel pour les banques, leur permettant d’attirer de nouveaux clients.

Avec cette mesure, le gouvernement oublie la réalité du marché du crédit immobilier. Les établissements financiers permettant d’emprunter sans domiciliation des revenus proposent des taux supérieurs aux autres banques, ne pouvant pas faire leur marge sur d’autres produits. « Ce phénomène pourrait donc se généraliser », précise Arnaud Faure. Aujourd’hui la différence entre des taux sans et avec domiciliation représentent 0,20 à 0,30% supplémentaires sur 20 ans selon les profils. « Les taux étant en hausse en ce moment, on risque de désolvabiliser encore nombre de candidats à l’accession », prédit Arnaud Faure, qui conclut : .« Il ne reste qu’à espérer que, retrouvant de la marge sur les crédits, les banques suspendent le matraquage sur les autres postes, en forte augmentation ces dernières années. »

* Credifinn est une filiale du Groupe Consultim, spécialisée du financement locatif et de la résidence principale

http://www.credifinn.fr


Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Le financement des fintech dans le monde en 2018 et les prévisions pour 2019

KPMG, réseau international de cabinets d'audit et de conseil, publie :- d'une part le bilan des investissements dans les fintech dans le monde via son étude « Pulse of Fintech », et- d'autre part les 10 principales prédictions pour 2019 2018 : Extrait de l'étude « Pulse of Fintech » Dans le monde : 2018, année « blockbuster » ! - Les investissements dans les fintech dans le monde en 2018 atteignent le montant record de 111,8 Mds$ - soit une hausse de +120% vs/ 2017. « Depuis le lancement de...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...