Connexion
/ Inscription
Mon espace

Développement durable : amélioration de la performance des entreprises

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

L’édition 2017 de la Corporate Responsibility Review place la France en tête de l’ensemble des pays industrialisés en termes de nombre d’entreprises leader dans leur secteur.

Cette étude, qui passe en revue 1 600 grandes entreprises internationales et qui dresse un bilan de leurs principales évolutions en matière d’intégration des critères de durabilité, met en outre en exergue la très bonne performance d’ensemble des entreprises françaises. La France fait en effet la course en tête avec le plus grand nombre d’entreprises leaders dans leur secteur (16), suivie par l’Allemagne (12), la Grande-Bretagne (11), les États-Unis et la Suède (6), les Pays-Bas (5) et le Japon (4).

En termes sectoriels, l’étude classe en tête le secteur automobile et les fabricants de produits ménagers et de produits d’hygiène personnelle. Ces secteurs sont cependant loin d’atteindre un score élevé : à 46,5% et 44,7% respectivement, ils se situent clairement sous la barre des 50 sur une échelle allant de 1 à 100. Les constructeurs automobiles affichent des scores relativement bons malgré la dégradation de la note de quelques entreprises impliquées dans l’affaire des émissions polluantes, tandis que les fabricants de produits ménagers et de produits d’hygiène personnelle forment un secteur relativement concentré, qui obtient de bons résultats dans quelques domaines clés.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Transformation durable des modèles d’affaires : les entreprises fortement challengées

Confrontées à de nombreux changements, les entreprises doivent mieux adapter leurs activités et faire évoluer leurs modèles d’affaires. L’édition 2017 de la Corporate Responsibility Review analyse de façon approfondie quelques secteurs pour comprendre la façon dont les entreprises répondent à ces défis et contribuent de façon concrète aux Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.

Par ailleurs, les analyses réalisées dans le cadre du Carbon Risk Rating d’oekom research montrent que des mesures nettement plus vigoureuses s’imposeraient pour atteindre les objectifs de lutte contre le changement climatique. Sur les 1 600 entreprises analysées, plus de 91% affichent un score compris entre 0 et 50 (sur une échelle de 0 à 100) et moins de 9% un score compris entre 51 et 100%.

Les défis principaux du secteur automobile sont les solutions à zéro émission pour remplacer le moteur à combustion et la mise en place de nouveaux concepts de mobilité. Alors que l’inefficacité des anciennes stratégies de produits est patente, les constructeurs automobiles continuent de miser essentiellement sur le moteur à combustion. Il est probable que la performance de ce secteur, qui est restée plutôt bonne en 2016, sera tirée vers le bas à moyen et long terme.

Les entreprises du secteur gazier et pétrolier se retrouvent également sous pression, un phénomène accentué par le mouvement récent de désinvestissement de nombre d’investisseurs. Bien que la réalisation des objectifs climatiques globaux impliquerait des changements considérables dans ce secteur, la plupart des modèles d’affaires continuent à se fonder sur l’hypothèse d’une demande continue en pétrole et en gaz. La volonté de changement est quasiment inexistante, et cette attitude est renforcée par les décrets favorisant les énergies fossiles adoptés aux États-Unis. Ce secteur est le moins bien noté de l’univers d’oekom, sa performance de 23,4% le plaçant en queue du classement.

L’industrie agroalimentaire joue un rôle crucial dans la transformation des circuits économiques au niveau mondial. Acteur majeur des mégatendances globales - changement climatique, raréfaction des ressources, disparition des espèces - elle reste toutefois insuffisamment réceptive à la pression croissante en faveur du changement. Sa performance moyenne s’établit à seulement 33,3%.

Lire plus en détail (version anglaise)
http://oekom-research.com/homepage/english/oekom_cr_review_E_2017.pdf


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Manifeste pour un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises

Le Medef et l'Afep*, en partenariat avec le Cliff** et le C3D***, prônent la mise en place d'un meilleur dialogue entre organismes de notation extra-financière et entreprises évaluées. Une grande enquête a été menée par les 4 partenaires auprès de 58 entreprises du SBF 120 - dont 27 du CAC 40 - afin d'évaluer, de façon anonyme, les pratiques des principaux organismes de notation de la politique RSE des entreprises. Sur la base des résultats, le Medef et l'Afep, en partenariat avec le Cliff et...