Connexion
/ Inscription
Mon espace

Copropriété : qu’est-ce que l’appropriation des parties communes ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Il arrive qu’un immeuble change de configuration à la suite de travaux, comme cela peut par exemple être le cas lorsque deux appartements sont regroupés, et cela entraine de facto un changement dans l’organisation des parties communes.

Lorsqu’un copropriétaire veut faire des travaux entrainant une appropriation de parties communes, il doit les soumettre au vote lors d’une assemblée générale et obtenir la double majorité, selon l’article 26 de la loi du 10 juillet 1965 qui prend en compte à la fois les voix des présents (obtenir 50% de votes favorables) et les voix de tous copropriétaires (2/3 doivent être positifs). 

- S’ils sont approuvés, ces travaux doivent être conformes au règlement, qu’il faut modifier dans le cas contraire.

- S’ils portent atteinte aux droits des autres copropriétaires ou aux modalités de jouissance de leurs parties privatives, cela peut faire l’objet d’un litige, de même que des travaux réalisés sans l’accord préalable de l’assemblée générale. Si les différends ne peuvent être réglés à l’amiable, il est possible de saisir la justice.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Quels travaux entrainent une appropriation des parties communes ?

Il existe de nombreux cas où il est nécessaire de demander préalablement l’accord des autres copropriétaires en assemblée générale avant d’entamer des travaux. Quelques exemples, parmi les plus fréquents :
- Fermer totalement une petite cour dont la copropriété a un droit d’usage exclusif
- Installer une clôture personnelle au sein d’un jardin collectif
- Transformer un toit terrasse en jardin suspendu privatif
- Relier deux appartements en fermant entièrement ou en partiellement un couloir ou un pallier commun.


Que faire si l’assemblée générale refuse les travaux ?

L’article 30 de la fameuse loi du 10 juillet 1965 prévoit que « lorsque l’assemblée générale refuse l’autorisation prévue par l’article 25b, tout copropriétaire ou groupe de copropriétaires peut être autorisé par le tribunal de grande instance à exécuter, aux conditions fixées par le tribunal, tous travaux d’amélioration… ».

« Dans ce cas, la justice fait office d’instance d’appel d’une décision de l’assemblée générale, explique Sylvain Elkouby, directeur et fondateur de Syndic Experts*. « Le copropriétaire doit introduire une action pour autorisation judiciaire des travaux. Le syndic dispose quant à lui d’un délai de 10 ans à compter de la date d'exécution des travaux pour les dénoncer s’ils ont été réalisés sans autorisation. »

Comme le dit l’adage, « tout vient à point à qui sait attendre » : en effet, si un propriétaire est trop pressé et qu’il commence les travaux sans attendre l’autorisation du tribunal, voire sans entamer d’action en justice, il sera alors en tort et le syndicat des copropriétaires pourra mener une action contre lui.

*Syndic Experts, cabinet immobilier et syndic de copropriété à Paris depuis plus de 50 ans, vient de publier le premier numéro de son magazine éponyme. L’occasion de traiter le cas pratique de l’appropriation de parties communes dans une copropriété, afin d’en comprendre les tenants et aboutissants.
http://www.syndicexperts.com/ 


Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...