Connexion
/ Inscription
Mon espace

Immobilier d’entreprise : l’effet Brexit à Londres… mais aussi à Paris et à Francfort

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Une analyse de Knight Frank, expert en conseil immobilier international intervenant depuis 413 bureaux dans 60 pays 

Un effet d’aubaine. Si lestrès bonnes performances de l’immobilier d’entreprise à Paris en 2016 ont été abondamment analysées, il n’est pas dit cependant que l’impact du vote anglais en faveur du Brexit ait été suffisamment pris en compte.
Eternel challenger, le marché parisien a, pour la 1ère fois de son histoire, presque fait jeu égal avec son rival, avec 19,5 Mds€ d’investissement contre 21,22 Mds€ (à taux de change  constant), pour le Grand Londres. 

Or cela s’est passé précisément l’année où un vote inattendu a pris de court, de l’autre côté de la Manche, les investisseurs. La relation de cause à effet ne fait pas de doute.

Epiphénomène ou tendance lourde ? Bon nombre d’investisseurs opérant sur le marché britannique ont, sur l’instant, privilégié, l’attentisme. Certains, à l’exemple de plusieurs fonds asiatiques, ont eux tourné leur regard vers le continent, et notamment la France.
Le trou d’air a été patent au 3ème trimestre, mais la remontée du volume de transactions à la fin de l’année interdit de tirer des conclusions sur le long terme.


Vers une Europe et un marché de l’investissement plus multipolaires ?

Le scénario le plus probable qui se dessine est que le Brexit  n’entrainera pas un exode massif et rapide des activités et des investissements de Londres, ni l’émergence d’une nouvelle « capitale » financière sur le continent. Il y aura des arbitrages, qui devraient se traduire par des délocalisations de certaines activités liées au passeport financier européen actuellement implantées à Londres.
Ces délocalisations peuvent être estimées à terme à près de 20% de l’activité des banques d’affaires, des assurances et des autres compagnies financières.
Assurément de quoi réduire la prédominance de Londres sur les marchés financiers mais pas de faire disparaitre son rôle, qui restera très important.
Il en ira probablement de même sur le marché de l’investissement immobilier, où certains investisseurs privilégieront  moins systématiquement la capitale britannique.


HSBC  a déjà  annoncé le départ d’une partie de ses activités vers Paris. Goldman Sachs pourrait faire de même vers Francfort.

Mais il est probable que les entreprises éviteront à l’avenir de mettre tous leurs œufs dans le même panier, à l’inverse de ce qu’elles avaient fait avec Londres depuis plus de 30 ans. Les choix seront faits métier par métier, en fonction des législations et des compétences locales ou de l’histoire propre de chacune des entreprises. Il faut donc s’attendre à un fonctionnement plus éclaté, moins centralisé, un peu comme ce qui existait au Moyen-Age en Lombardie ou avec la Ligue Hanséatique.
Un modèle qui offrirait en outre la possibilité de procéder à de nouveaux arbitrages, plus légers et donc plus faciles.
Car ce qui ressort surtout du Brexit, c’est l’instabilité de l’environnement dans lequel s’inscrivent les activités financières ou celles de l’investissement.
A ce titre d’ailleurs, qu’il s’agisse de Paris, de Francfort ou des autres villes européennes, il ne faut pas s’attendre à des décisions spectaculaires d’entreprises ou d’investisseurs avant que l’Europe ne soit sortie du long tunnel électoral dans lequel elle est entrée en 2017.

Tout dépendra des choix des électeurs en France, en Allemagne ou ailleurs. Car s’il n’y a plus d’UE, il n’y a plus de Brexit

http://www.knightfrank.fr


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...