Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les chouchous des assureurs

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Face aux tarifs de l’assurance auto, les assurés ne sont pas tous égaux. De nombreux critères entrent dans la définition du tarif et impactent à la hausse et à la baisse le coût de la prime.

L’étude réalisée par Meilleureassurance.com, le comparateur d’assurance de Meilleurtaux.com, identifie ces critères et répond à la question : à quels critères faut-il répondre pour être le chouchou des assureurs ?

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

1/ Des critères sociodémographiques qui pèsent lourds

- L’âge
L’étude révèle d’abord que l’âge est un facteur déterminant pour la fixation des tarifs, particulièrement pour 2 tranches d’âge : les 18/23 ans, qui paient le plus cher leur prime ; et les 34/49 ans qui paient le moins cher.

- Mieux vaut être en couple
Le statut marital est un facteur de baisse du tarif : si l’assuré est marié, pacsé ou en concubinage, il paiera moins cher son assurance.

- L’activité
L’activité de l’assuré joue un rôle clé dans la définition de son tarif : les étudiants et les employés du secteur public sont nettement privilégiés, tandis que les commerçants, chefs d’entreprises et personnes sans emploi paieront plus cher.

- Modalités d’obtention et années de permis. La conduite accompagnée est clairement plébiscitée par les compagnies d’assurance qui proposent des primes plus basses aux jeunes permis ayant obtenu leur précieux sésame via cette solution. De même que l’expérience, le nombre d’années de permis permet à l’assuré de voir le montant de sa prime diminuer, à partir de la quatrième année.


2/ Le véhicule et son usage au cœur de la définition du prix

- La marque : élément d’influence sur le prix. Les marques des véhicules conduits ont logiquement un rôle dans la définition du prix : l’usager paiera par exemple moins cher avec une Dacia ou une Opel, et plus cher avec une Lexus.

- Prime à l’essence. De plus, l’énergie du véhicule pèse dans la balance : rouler à l’essence coûte moins cher en assurance. Selon Christophe Triquet, Directeur Général de meilleureassurance.com,il y a au moins 2 raisons expliquent cette différence : Tout d’abord le montant des réparations est plus élevé sur les moteurs diesel et les véhicules diesel sont plus volés que les véhicules essence, le risque étant plus élevé, il se répercute directement sur les tarifs. »

. Les locations longue durée pénalisées sur les grilles tarifaires. Le mode d’acquisition du véhicule influe également sur le montant de l’assurance : s’il a été acquis en leasing l’assuré paiera plus cher. Enfin, l’utilisation du véhicule à des fins privées mais également pour des tournées professionnelles régulières augmente la facture.


3/ Les Bretons et l’Ouest de la France mieux lotis que les Franciliens et le Sud-est

En tête du classement nous retrouvons la région Bretagne et la région Pays de La Loire avec les 4 villes les moins chères de France : Laval, Brest, Cholet et Lorient ; La Bretagne et les Pays de La Loire étant les régions qui connaissent le moins de sinistres auto en France.
En bas du tableau, les régions Île-de-France et Provence Alpes Côte d’Azur : Cannes, Sartrouville, Sarcelles et Nîmes, villes où le montant de l’assurance auto est le plus cher. « Île-de-France est dernière du classement pour plusieurs raisons », explique Christophe Triquet.« La région compte de très nombreux jeunes conducteurs, le taux de sinistralité y est élevé : collisions, bris de glace, vandalisme, etc. Et le parc automobile est plus neuf que dans les autres régions », ajoute-t-il.

Accédez ici à l’infographie de l’étude :
http://www.lecomparateurassurance.com/presse/265-assurance-auto-chouchous-malaimes-assureurs

 

 

 

Lire la suite...


Articles en relation