Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vos gueules les acouphènes !

BE - Culture & Société
ABONNÉS

A l’occasion de cette 20e édition de la Journée Nationale de l’Auditionle collectif d’experts scientifiques de la JNA veut alerter les Français sur les risques de cette pratique qui menace notre système auditif. Deux sujets seront évoqués :

1/ « Ça n’arrive pas qu’aux autres ! »

2/ Smartphones, quels impacts pour notre santé auditive ?

 

1/ « Ça n’arrive pas qu’aux autres ! » Un entretien avec Frédéric Deban, Parrain de la 20e édition de la JNA,

Vous vous êtes engagé auprès de l’association JNA pour soutenir la prévention des risques auditifs, quels messages souhaitez-vous transmettre au public ?
Soyez prudents ! Quand on a 20 ans on aime la musique qui vous donne des frissons, des vibrations dans tout le corps et on se moque un peu des messages de prudence face au volume sonore dans les casques et autour de soi. C'est aux parents de rappeler les risques, aux pouvoirs publics de la santé d'alerter les jeunes face aux conséquences. Les réseaux sociaux devraient servir aussi à cette communication car « ça n’arrive pas qu'aux autres » !

Depuis votre réveil cauchemardesque à la suite d’une nuit festive, décrit dans votre livre « Vos gueules les acouphènes » vous souffrez d’acouphènes de type « Boeing 747 », comment vivez-vous votre quotidien depuis ?
Que dire ? Mon quotidien a tant basculé... Je suis aujourd'hui victime d'un double handicap « surdité + acouphènes = l'enfer ! » Mais je suis un guerrier, je me bats pour moi et tous ceux qui en souffrent comme moi désormais.

Avant ce douloureux événement vous témoignez d’une vie rivée sur le smartphone, le casque sur les oreilles, la musique à fond, pensez-vous que cela ait pu fragiliser votre système auditif ?
Oui, certainement, c'est pourquoi j'insiste sur la prévention auprès de la jeunesse, les oreilles sont sollicitées quasiment H24 sur les smartphones et les casques audio même si certaines marques de casques audio vous proposent désormais des "casques à réduction de bruit". Nous sommes dans la génération du bruit de tous côtés : smartphones, téléviseurs, iPod, baffles, sans compter les bruits de plus en plus agressifs qui nous entourent nuit et jour ceux d'une suractivité urbaine. Quant à mon cas il a été déclenché par un choc traumatique comme je l'explique dans mon livre

Quels messages souhaiteriez-vous transmettre à l’ensemble des acteurs de la santé et de la prévention pour les soutenir dans leur mobilisation auprès des jeunes, des actifs et des seniors ?
Il faut de l'information et des témoignages. Il faut des acteurs concernés par le problème pour pouvoir juger du niveau de handicap subi et de l'impact sur le nerf auditif.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Vous avez lancé une pétition sur change.org, pourriez-vous en dire quelque mots ?
En fait, il y a tant à dire que j'ai laissé s'exprimer l'auteur en moi et j'ai écrit : Je suis atterré par les témoignages que je découvre en retour de la pétition lancée. On y parle de HP, de suicide, de démission de la part du corps médical (O.R.L). On y pointe du doigt le manque d'écoute et d'empathie de la part de services comme la MDPH et du ministère de la santé. Il apparaît au fil de tous ces témoignages, que les services de santé de l'état français baissent les bras et dirigent leurs malades vers des services psychiatriques.
Je connais cette sensation d'être scruté à la loupe comme un microbe sous un microscope. Les colères j'en prenais bien avant d'être atteint d'acouphènes, même si celles d'aujourd'hui sont peut-être plus excessives. Mais comment ne pas être en colère après des nuits à ne pas trouver le sommeil ? Comment ne pas être en colère devant tant d'indifférence ? Devant celle des services médicaux qui ne nous écoutent pas et poussent certains d'entre nous au bout du bout.

J'ai lu un témoignage hier de la part d'un proche d'un jeune homme qui avait 33 ans. Il s'était battu auprès des instances de santé pour être entendu faute de pouvoir les entendre lui-même. Il a mené son combat à sa façon avec ses petits moyens et devant tant de silence, tant de mépris, a fini par se donner la mort comme ultime solution le soir du 25 décembre 2016.
Je ne vois pas bien quel autre message je pourrais donner aux acteurs de la santé afin qu'ils soutiennent les jeunes, les actifs et tous ceux qui connaissent la détresse dans laquelle on a laissé ce jeune homme qui n'atteindra jamais l'âge des seniors... Je ne peux m’empêcher de penser à ce jeune homme en bout de course, enfermé seul dans son vacarme. C'est à lui que je dédie ce combat et avec lui dans mes pensées que je le mènerai auprès des services de santé.

Je terminerai par cette phrase pour ce jeune homme qui s'est battu et qui voulait frapper très fort par des lettres adressées régulièrement aux instances de santé, lettres restées mortes et dans lesquelles il dénonçait « le génocide auditif », le poids des mots... le choc, la souffrance, l'indifférence le combat continue pour vous, pour nous tous, pour moi mais surtout pour lui que j’aurais voulu connaitre avant l'ultime décision. Il s'appelait Yannick.

Témoignage de Frédéric Deban. Partenaire de la Journée Nationale de l’Audition - Acteur dans plusieurs séries TV - Auteur du livre « Vos gueules les acouphènes » - Ed. Guy Trédaniel. Disponible dans l’Espace Presse du site www.journee-audition.org

 

2/ Smartphones, quels impacts pour notre santé auditive ?

Le smartphone est l’objet connecté le plus présent dans notre quotidien. Il constitue tout à la fois un objet personnel, un objet de loisirs et de lien social. Il est présent à tous les instants de la vie. Les Français passent des heures leur smartphone à l’oreille. L’écoute de musique représente une des utilisations principales. Et cela n’est pas sans conséquence sur l’audition.

Lire le communiqué : http://www.journee-audition.org/pdf/cp-smartphones-quels-impacts.pdf

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

Lire la suite...


Articles en relation