Connexion
/ Inscription
Mon espace

Avec 2,2 actifs par retraité, la France est-il le pays le plus déséquilibré du monde ?

ABONNÉS

Tribune de Jérôme Arnaud, Président de Silver Valley*

L’Agence américaine Bloomberg a récemment publié une étude portant sur l’évolution du « Sunset Index », autrement dit, le taux de dépendance de la population retraitée par rapport à la population active (population entre 15 ans et la retraite). Cet index est effectivement très important, car il est une donnée essentielle pour les équilibres des systèmes par répartition notamment.

Bloomberg a affiné les ratios publiés par d’autres institutions comme la Banque Mondiale qui considère que les retraités sont toutes les personnes au-delà de 65 ans alors que Bloomberg prend en compte l’âge légal du départ à la retraite dans chacun des pays pour calculer leur nombre. Cette nouvelle définition est meilleure mais ne correspond pas encore  à la réalité, car c’est l’âge effectif de départ à la retraite (celui en tout cas où la personne arrête de cotiser) qui compte. Il faudrait aussi analyser l’âge moyen d’entrée dans la vie active, nous savons que nous sommes loin des 15 ans théoriques pour une partie de la population.

Au-delà de la précision de la mesure, ce qui est intéressant d’analyser ce sont les comparaisons entre pays et leur évolution dans le temps.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Entre les différents pays, la pyramide des âges est très différente entre la vieille Europe dont la population de plus de 65 ans représentait en 2015 20% de la population totale et des pays comme les Etats-Unis où le ratio tombe à 15%, ou encore la Chine où il tombe à 10%. A l’inverse, le Japon est à 26%, pour une moyenne mondiale de 8% (données de la Banque Mondiale 2015).Les différences entre les données de la Banque Mondiale et de l’Agence Bloomberg sont moindres en Europe car l’âge légal de départ à la retraite est proche de 65 ans. C’est différent en dehors.
Pour les moins de 15 ans, le pourcentage varie entre 18% en France, 16% en Europe, 18% aux Etats-Unis, 28% en Inde, 12% en Chine et 13% au Japon, pour une moyenne mondiale de 26%.

 

Données 2015

France

Europe

Etats-Unis

Chine

Japon

Inde

Afrique  Nord Moyen-Orient

Afrique sub-saha-rienne

Monde

Population plus âgée que 65 ans

19%

20%

15%

10%

26%

5%

5%

3%

8%

Population âgée entre 15 et 64 ans

63%

64%

67%

78%

61%

67%

64%

57%

66%

Population moins âgée que 15 ans

18%

16%

18%

12%

13%

28%

31%

40%

26%

Population non active

37%

36%

33%

22%

39%

33%

36%

43%

34%

Nb d'actifs par pers. de plus de 65 ans

3,32

3,20

4,47

7,80

2,35

13,40

12,80

19,00

8,25

Ajuste. Bloomberg (âge légal retraite)

2,20

 

4,40

3,50

         

(Données Banque Mondiale)

 
Si l’on s’attache à l’évolution des index dans le temps, on s’aperçoit qu’en une génération les données ont bien changé, le pourcentage de la population de plus de 65 ans a significativement augmenté alors que celle des moins de 15 ans a baissé. Le pourcentage de population active reste assez stable.


Pour un jeune retraité qui avait  65 ans en 2015 et qui avait démarré sa vie active à 15 ans, voici la situation qui l’entourait :

Données 1965

France

Europe

Etats-Unis

Chine

Japon

Inde

Afrique  Nord Moyen-Orient

Afrique sub-saha-rienne

Monde

Population plus âgée que 65 ans

12%

10%

9%

3%

6%

3%

4%

3%

5%

Population âgée entre 15 et 64 ans

63%

65%

63%

61%

70%

56%

52%

53%

58%

Population moins âgée que 15 ans

25%

25%

28%

36%

24%

41%

44%

44%

37%

Population non active

37%

35%

37%

39%

30%

44%

48%

47%

42%

Nb d'actifs par pers. de plus de 65 ans

5,25

6,35

7,00

20,33

11,67

18,67

13,00

17,67

11,60

(Données Banque Mondiale)

Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessous les évolutions en 50 ans sont majeures et très différentiées par pays ou région du monde.

Evolution depuis 1965

France

Europe

Etats-Unis

Chine

Japon

Inde

Afrique  Nord Moyen-Orient

Afrique sub-saha-rienne

Monde

Population plus âgée que 65 ans

58%

96%

67%

233%

333%

67%

25%

0%

60%

Population âgée entre 15 et 64 ans

0%

-1%

6%

28%

-13%

20%

23%

8%

14%

Population moins âgée que 15 ans

-28%

-36%

-36%

-67%

-46%

-32%

-30%

-9%

-30%

Population non active

0%

2%

-11%

-44%

30%

-25%

-25%

-9%

-19%

Nb d'actifs par pers. de plus de 65 ans

-37%

-50%

-36%

-62%

-80%

-28%

-2%

8%

-29%

 (Données Banque Mondiale)

Il est cependant intéressant de noter que le total des plus de 65 ans et des moins de 15 ans a peu évolué en pourcentage total de la population en France et en Europe, mais le poids a très nettement basculé en faveur des seniors.
Cette bascule est tout de même problématique, car ce sont les moins de 15 ans qui deviennent plus tard des actifs et leur date moyenne d’entrée dans la vie active est plutôt stabilisée, alors qu’un senior qui vit plus longtemps ne fait que « consommer » davantage des bénéfices des systèmes sociaux par répartition.

On notera au passage l’impact de régulation des naissances en Chine.

Ces données démographiques montrent à l’évidence qu’une révolution est en marche et qu’elle impacte les équilibres. Ce que pointe l’étude Bloomberg c’est que les instruments à la main des gouvernements sont importants dans le maintien ou non des équilibres. On peut jouer sur le taux de cotisation et sur la durée du travail suivant ses convictions politiques, mais les autres éléments sont exogènes sauf à vouloir exercer un contrôle des naissances.

A celles-ci s’ajoute qu’un décalage d’âge à la retraite, la réduction du chômage des jeunes et du chômage tout court ainsi que l’immigration sont des éléments qui peuvent sensiblement modifier l’équilibre des systèmes par répartition. Dans un tel contexte, il apparaît important que ceux de nos aînés qui pourront et auront envie de travailler au-delà de l’âge légal de la retraite auront grand intérêt à le faire afin de continuer à cotiser et ne pas bénéficier des avantages trop tôt.

L’espérance de vie (hommes et femmes) à 65 ans est passée de 12,7 années en 1965 à 19,7 en 2014 (données Insee)

Mais pas seulement. Elles pèsent aussi sur le nombre de personnes qui va être nécessaire pour s’occuper de personnes âgées ayant besoin de services à domicile. Si l’on conserve le ratio du nombre d’aidants par personne âgée de plus de 85 ans stable, quand nous aurons 3,5 millions de personnes de plus de 85 ans en 2040 au lieu de 1,5 millions actuellement,  il nous en faudra 2,3 fois plus. Le nombre de personnes dépendantes suivrait une évolution similaire, et leurs aidants familiaux seront de plus en plus âgés.
Bon pour l’emploi certes, mais dans la limite de la solvabilité de l’offre. De ce diagnostic se dégage un besoin à court terme et sur la durée de l’amélioration de l’efficacité des aidants qui permettrait de réduire leur nombre (en pourcentage des personnes de plus de 80 ans) et leur coût pour la société.

C’est tout l’enjeu de la Silver Economie, dans son volet de déploiement de solutions de prévention des accidents de la vie quotidienne, l’aide au maintien à domicile, et la télé-santé.

Cette économie vise à réduire le coût économique et humain par sénior en améliorant l’efficacité des solutions déployées pour permettre à la personne de bien vieillir en bonne santé.
En effet, le maintien à domicile qui nécessite aménagement (douche, chemin lumineux,..) ou changement du logement (résidence service), domotique et téléassistance, services à domicile, monitoring de santé à distance est la solution préconisée par la majorité des personnes âgées et également la moins coûteuse pour la société. Si les solutions de prévention sont installées, on assiste à une baisse spectaculaire des accidents tels que les chutes ou accidents de santé entraînant des besoins d’hospitalisation.
Encore faut-il que ces solutions se déploient en masse, que les logements soient diagnostiqués et que les solutions soient installées assez rapidement après l’identification des besoins. Il s’agit donc bien d’un besoin d’un investissement soutenu par ceux qui bénéficieront des économies.

Aujourd’hui la famille, quand elle le peut, elle est prête à investir pour prévenir ses ainés de certains risques. Toutefois, pour atteindre une échelle plus grande, il faudrait pouvoir investir à partir de fonds publics car l’économie se retrouve in fine dans les comptes de la Sécurité Sociale. Il conviendrait de décloisonner les milieux médico-sociaux du sanitaire pour se préparer à amortir les impacts financiers de cette révolution démographique.

De nombreuses solutions efficaces existent et continuent à se développer. Silver Valley est un exemple de cluster qui encourage l’innovation dans ce secteur. Avec près de 300 membres, cette émanation francilienne crée les bases pour le développement de jeunes entreprises innovantes dont certaines commencent à connaître un vrai succès et envisagent de croître à l’international et générer des emplois en France.

*Silver Valley fédère les acteurs franciliens de la Silver Economie. Organisés en trois collèges, les membres de Silver Valley ont pour ambition commune le développement de produits et services innovants, répondant aux besoins et usages des seniors.

En savoir plus : http://www.silvervalley.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 


Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...