Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les nouveaux enjeux de la gestion d’actifs assurantielle

ABONNÉS

Stratégie d'investissement de Groupama AM

L’environnement auquel sont confrontés les investisseurs du secteur assurantiel, des mutuelles et des instituts de prévoyance est de plus en plus complexe. D’une part, la recherche de rendement dans le contexte de taux bas des dernières années les a incité, mécaniquement, à diversifier leurs portefeuilles vers des classes d’actifs jusqu’alors inexplorées, plus risquées et au prix d’une liquidité dégradée.


Dégradation du portage des obligations souveraines

« Le portage, qui traditionnellement représente la principale source de rendement des marchés obligataires souverains, s’est dégradé significativement en moins d’une décennie. Fin 2007, le rendement du Bund allemand (4,30% à 10 ans) permettait de compenser une hausse de taux de 54 points de base sur un an. Aujourd’hui, son niveau de 0,38% ne compense plus qu’une hausse de seulement quelques points de base » explique Claire Bourgeois, Directrice de la Gestion assurantielle (ALM - Asset Liability Management) chez Groupama AM.

D’autre part, la mise en place de la directive Solvabilité 2 oblige désormais les assureurs à tenir compte de la valeur de marché de leurs fonds propres réglementaires, qui correspond à la différence entre la valeur de marché de l’actif et celle des provisions techniques, le « Best Estimate ». Donc à tenir compte de leur passif. « Or, la valorisation des actifs et des passifs en valeur de marché introduit de la volatilité dans les bilans prudentiels des assureurs. Pour ces derniers, l’enjeu est de gérer activement la volatilité de la marge de solvabilité, peu regardée jusqu’ici » ajoute Claire Bourgeois.      


Une stratégie obligataire plus tactique

Dans ces conditions, l’objectif absolu des investisseurs institutionnels n’est plus tant celui du rendement, mais plutôt celui de l’optimisation de la marge de solvabilité, autrement dit de la valeur de marché de ses fonds propres. De tels défis appellent un pilotage dynamique du bilan de l’assureur. « C’est un changement de paradigme pour les investisseurs. L’approche par classe d’actifs, c’est-à-dire une allocation visant la génération de produits financiers, définie selon les engagements au passif de l’institution, n’est plus opérante. Désormais, l’optimisation de la valeur de marché implique davantage une gestion obligataire en valeur de marché, moins en ‘buy and hold’ » estime Alexandre Piazza, Responsable de la gestion ALM dédiée à la clientèle externe.


L’équipe de Groupama AM identifie deux types de stratégies en vue de maximiser la valeur de marché des fonds propres.

- Une stratégie de portage optimisé, via une gestion active des positions obligataires est aujourd’hui attractive. « Il s’agit en quelque sorte d’un ‘buy and hold’ nouvelle génération, opportuniste, fondée sur la recherche active d’imperfections naturelles propres aux marchés obligataires, entre identification de fenêtres d’achat-vente et arbitrages sectoriels, par  émetteurs ou par pays » ajoute-t-il.

- Autre stratégie, la constitution de « pièges » à plus-values latentes, grâce à une poche de diversification. Cette dernière est mise en place via des fonds dédiés avec option de détachement. « Cette stratégie se caractérise par ses vertus décorrelantes, une couverture des risques et le pilotage du bilan, de la plus-value latente aux produits financiers ».            

Ces stratégies se traduisent par une approche un peu plus tactique qu’auparavant au sein de portefeuilles gérés sous contraintes assurantielles. « Les structures de gouvernance des assureurs vont peu à peu s’adapter à ces mutations très concrètes en termes de gestion. Une redéfinition des mandats confiés aux asset-managers, en faveur d’un cadre permettant un peu plus d’agilité pourrait s’opérer dans les années à venir » conclut Alexandre Piazza. 

http://www.groupama-am.com/fr/ 


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...