Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune] Rémunération des dirigeants : le « say on pay » pour dire quoi et à qui ?

ABONNÉS

 Par Jérôme Laurre, Managing Partner chez Degroof Petercam

Les polémiques récurrentes sur les rémunérations des dirigeants d’entreprises traduisent principalement le besoin de clarification entre rémunération fixe et variable d’une part et création de valeur pour l’actionnaire d’autre part.
L’exigence de transparence des recommandations de l’AFEP (Association française des entreprises privées) et du Medef en matière de rémunérations des dirigeants des sociétés cotées suscite la perplexité. Si elle est légitime dans son objet, il lui manque un mode d’emploi sur la structure des rémunérations.

Les actionnaires ont certes leur mot à dire concernant la rémunération des dirigeants et des mandataires sociaux, a fortiori lorsque les outils de rémunération utilisés sont potentiellement dilutifs (actions gratuites, stock-options, etc.). Mais le principe du « say on pay » du code AFEP-Medef ne propose aucune grille de lecture précise pour apprécier la pertinence de chaque composante de cette rémunération, alors même que les actionnaires doivent se prononcer sur l’ensemble du « package » du mandataire social. En l’absence de mise en perspectives des différents modes de rémunérations par rapport aux objectifs recherchés, l’encadrement des comportements abusifs ne pouvait être atteint.

Dès lors, à la suite de la polémique provoquée par le salaire de Carlos Ghosn chez Renault, le vote négatif de l’assemblée générale des actionnaires non suivi par le conseil d’administration du constructeur automobile, la loi Sapin 2 a marqué la volonté de l’Etat de se saisir de cette question. Ainsi, la rémunération des dirigeants d’entreprises fixe et variable sera désormais soumise à l’approbation des actionnaires réunis en assemblée générale.


Dissocier rémunération fixe et variable

Pour tenter de mettre fin à ce dialogue de sourd entre partisans de l’autorégulation - AFEP et Medef en tête - et défenseurs de l’encadrement législatif, il faut revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire définir et clarifier les objectif assigné aux différentes composantes de la rémunération d’un dirigeant d’entreprise. Il est difficile pour un actionnaire de se prononcer par un vote sur la justification ou non de chacune d’entre elles si la dimension du travail, de la performance ou de la création de valeur qu’elle est supposée rémunérer n’est pas précisément identifiée.
Ainsi, la rémunération fixe d’un dirigeant d’entreprise est la contrepartie d’un travail et des risques qui y sont associés. Cela est vrai pour les mandataires sociaux tout comme pour chaque employé. Cette rémunération doit-elle être soumise au vote des actionnaires ou être fixée en fonction d’une grille de salaires préalablement définie pour des niveaux équivalents de compétences et de responsabilités ?

La rémunération variable peut être la contrepartie de deux éléments distincts : la capacité du dirigeant à atteindre des objectifs de performance d’une part et/ou à créer de la valeur pour l’actionnaire d’autre part.

Il est indispensable de bien séparer l’atteinte d’objectifs (CA et marge opérationnelle par exemple) de la création de valeur actionnariale qui est reflétée dans la progression du cours de l’action de l’entreprise. Ainsi, la distribution d’actions gratuites peut être assimilée au versement d’une rémunération variable si elle ne sont soumise qu’à des critères de performance interne alors que ce sont des outils de partage de la création de valeur si leur attribution est subordonnée à la progression du cours de Bourse.
Dans un cas comme dans l’autre, l’enveloppe de rémunération variable devrait être soumise au vote des actionnaires. Mais il sera important de bien dissocier les différentes composantes et objectifs de la rémunération.

En résumé, à force d’inclure dans un même « package » toutes les composantes de la rémunération globale d’un mandataire social, les actionnaires n’ont pas la lisibilité suffisante pour se prononcer efficacement. Par conséquent, l’ensemble des parties prenantes (AFEP, Medef, AMF, etc.) devrait proposer une grille de lecture permettant de poser le sujet et de clarifier la réglementation pour la rendre plus efficiente.

https://www.degroofpetercam.com/index


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...