Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les acquisitions d’entreprises étrangères par des acteurs chinois se poursuivent à un rythme effréné

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Cyril Kammoun, Responsable des activités de Corporate Finance chez Degroof Petercam

Malgré le ralentissement en cours dans l’Empire du Milieu, les acquisitions d’entreprises étrangères par des acteurs chinois ont doublé en volume au 1er semestre 2016. Cette lame de fonds s’inscrit dans une dynamique de long terme.

Au 1er semestre 2016, le nombre d’opérations a doublé par rapport au premier semestre 2015, soit 148 opérations :
- 97 ont ciblé des entreprises européennes (10 en France), et
- 51 des entreprises américaines.

Une vingtaine d’opérations ont dépassé le milliard d’€. L’acquisition du groupe suisse Syngenta par ChemChina pour 43 Mds$ est la plus grosse opération enregistrée par une entreprise chinoise à l’étranger. Parmi les transactions récentes, on peut également mentionner le rachat de l’éditeur finlandais de jeux vidéo Supercell Oy pour 7 Mds€, celui de l’Allemand Kuka (robots industriels) pour 4 Mds€ ou celui de  l’Américain Vizio (appareils électroniques) pour 2 Mds$.

Cette augmentation spectaculaire des transactions profite également au secteur bancaire chinois qui supplante les établissements américains dans le domaine des fusions-acquisitions : CICC, CCB, ICBC etc.. Cette tendance à la multiplication des acquisitions étrangères par des entreprises chinoises va de pair avec la multiplication des secteurs ciblés. Elle s’inscrit dans une optique de long terme. En Chine, l’enrichissement des entrepreneurs, affiliés voire étroitement contrôlés par le Parti communiste, ne résulte pas d’initiatives individuelles. Un milliardaire chinois reste partie prenante d’une patrie qui a une revanche à prendre sur l’Histoire. Ce patriotisme ardent est une donnée fondamentale pour comprendre le développement de la Chine des trente dernières années. La puissance chinoise repose sur une démographie et des bases historiques et culturelles très fortes qui permettent aux élites chinoises de se projeter dans l’avenir. Les groupes contrôlés par l’Etat peuvent également compter sur la mise à disposition de liquidités conséquentes. Les réserves de change chinoises restent supérieures à 3.000 Mds$ malgré la politique d'intense soutien au yuan menée ces derniers mois.


Pas de contraintes de court terme

Il faut changer notre regard sur la Chine et ne plus concevoir uniquement l’économie chinoise comme « l’atelier » du monde destiné à fournir des biens de qualité médiocre ou juste des copies de savoir-faire des pays développés. L’accès à la technologie occidentale par les entreprises chinoises ne vise pas, contrairement aux idées reçues, à s'accaparer l’innovation pour prendre le contrôle de nos marchés mais davantage à développer leur marché intérieur. Le prix élevé payé lors de certaines acquisitions témoigne d’une vision de long terme. Les Chinois ne cherchent pas à faire le « deal » le plus économique ou rentable à court terme mais à conquérir des « marques » ou des technologies capables de déployer leur potentiel sur le marché chinois ou plus largement la zone « Asie Pacifique » en priorité. Le taux de retour sur investissement à court terme n’est pas l’objectif prioritaire.

Par ailleurs, les sociétés chinoises ont peu accès aux marchés financiers internationaux. Les conglomérats chinois n’ont pas la capacité d’emprunt des multinationales occidentales qui lancent régulièrement et aisément des émissions obligataires ou des augmentations de capital. En prenant le contrôle de groupes étrangers, ces conglomérats chinois s’offrent une crédibilité, une signature pour financer leur développement, en leverageant des actifs ou des marques matures et établies, et en redéployant les liquidités sur des ensembles corporate plus larges, ou sur des zones de croissance forte.

https://www.degroofpetercam.com/index

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...