Connexion
/ Inscription
Mon espace

(Avis d'Expert] Entreprise en croissance : 4 conseils pour bien gérer les RH

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Par Vanessa Gabison, Directrice des Opérations et Ressources Humaines - Groupe DFM

Les sociétés en croissance sont amenées à étoffer leurs équipes pour tenir le rythme de leur développement. S’il s’agit d’une nouvelle positive, elles doivent toutefois être vigilantes quant à l’intégration de nouveaux collaborateurs. Attirer les candidats, sélectionner les bons profils et les retenir ou encore, lors de rachats, intégrer des équipes entières avec une culture différente sont autant d’enjeux majeurs auxquels doit faire face l’entreprise.
Les sociétés en forte croissance ont ceci de particulier qu’elles sont amenées à intégrer de nombreux collaborateurs en peu de temps. En effet, pour pouvoir poursuivre leur développement et atteindre leurs ambitions, ces entreprises réalisent des recrutements si fréquents qu’il n’est pas rare de voir certaines d’entre elles changer de profil passant de TPE à PME puis à ETI…
Pour celles qui font le choix de réaliser des opérations de croissance externe, l’affirmation est d’autant plus vraie qu’elles doivent absorber d’un coup des équipes entières. Dans ces conditions, l’entreprise va devoir structurer ses ressources humaines.


Dans « ressources humaines » il y a la notion d’humain

Les ressources humaines ne sont pas qu’une affaire de chiffres. Certes, il s’agit de masse salariale, de rentabilité… mais la dimension humaine est tout aussi importante. Ce sont les individus qui la compose qui font la force d’une entreprise et qui la représente. Il n’est désormais plus à prouver que des salariés satisfaits sont plus productifs mais aussi plus attachés à leur entreprise.
S’il est relativement simple de maintenir une cohérence d’équipe lorsque celle-ci n’est composée que de quelques individus, la tâche se complexifie dès lors que le nombre de collaborateurs augmente. Chacun arrive avec son expérience, sa personnalité. La définition d’une politique RH claire comme socle commun devient alors essentielle. Voici 3 pistes à étudier pour la mettre en place.


Mettre la technologie au service des ressources humaines

Pour mener une politique RH pertinente lorsque le nombre de collaborateurs augmente, l’une des premières solutions à envisager consiste en la mise en place d’un SIRH. Il s’agit d’un système qui gère un ensemble de services destinées à automatiser un certain nombre de tâches liées à la gestion des ressources humaines et d'en assurer le suivi afin de gagner du temps. Ces logiciels concernent à la fois les tâches administratives (gestion des congés / RTT, soldes, notes de frais, plannings…), la carrière du salarié (dossier personnel qui référence son profil, ses compétences, ses formations…) et les procédures (notes de services, entretiens d’évaluation, médecine du travail…).
Un tel outil va permettre à la Direction des RH de formaliser les procédures internes de façon à ce que tous les collaborateurs travaillent de la même manière. C’est en outre une solution d’intérêt pour favoriser la remontée d’informations entre les différents niveaux hiérarchiques de l’entreprise. Enfin il permet de répondre efficacement à la problématique de communication interne qui se complexifie à mesure que les équipes grossissent. Toutefois, le SIRH ne comporte un réel intérêt que lorsque le nombre de collaborateurs atteint un certain seuil.


Mettre en œuvre une communication interne efficace

Les entreprises ont tendance à soigner leur image à l’extérieur mais négligent parfois la communication interne qui se révèle pourtant essentielle à son bon fonctionnement. En effet les collaborateurs sont les premiers ambassadeurs de leur entreprise !
L’absence de communication interne est souvent la source du mal être des salariés. L’incompréhension des objectifs ou une stratégie mal expliquée par exemple peuvent rapidement créer des frustrations qui se transforment en démotivation rapidement néfaste pour l’organisation. Or, une étude de l’INSEE révélait en 2010 qu’une mauvaise organisation du travail coute chaque année 13 500€ et par salarié. Et s’il est difficile d’évaluer le coût du turn-over, on sait qu’il implique des aspects financiers (recrutement et formation) et impacte également le moral des collaborateurs. Les entreprises ont donc tout intérêt à retenir les talents et le développement de la communication interne de façon claire, autour de valeurs immuables, est une façon simple de maximiser les chances d’y parvenir.


Accompagner les collaborateurs tout au long de leur parcours

Lorsque l’on intègre une entreprise, il y existe une identité, une culture qu’il est nécessaire d’appréhender et qui souvent est laissée à la charge de l’arrivant. Une solution simple pour ne pas la laisser seule consiste à assigner un tuteur à chaque nouvelle recrue. C’est la première étape d’une intégration réussie !
Sur l’aspect purement « métier », l’entreprise doit être capable de proposer des formations afin que les collaborateurs se sentent accompagnés. C’est également le moyen de leur inculquer la culture d’entreprise, de les fidéliser et de leur proposer une montée en compétences. Ce dernier point est particulièrement stratégique pour les entreprises en forte croissance, qui, amenées à se développer, auront probablement des postes des postes managériaux à créer et qui pourront être pourvus en interne.

La gestion des RH est la pierre angulaire d’une entreprise. Mal préparée ou mal organisée, elle peut venir freiner le développement économique d’une société en croissance. Elle revêt donc un caractère primordial !

http://groupe-dfm.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...