Connexion
/ Inscription
Mon espace

La croissance du commerce mondial en volume devrait rester structurellement en deçà de +4% par an

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Selon Euler Hermes, spécialiste mondial de l’assurance-crédit, la croissance du commerce mondial en volume s’est particulièrement affaiblie en 2016 à +2,1%, mais devrait ré-accélérer légèrement en 2017 à +3,1%. Chocs de demande dans les pays émergents, faiblesse durable des prix des matières premières, succession de dépréciations des devises dans le monde, et montée du protectionnisme : autant de variables qui expliquent cette performance décevante.

L’Europe remporte une bataille, les USA et la Chine courbent le dos

« Entre 2014 et 2016, les échanges internationaux de biens et services se sont contractés de -3 129 Mds USD, ce qui représente quasiment le PIB de l’Allemagne », détaille Ludovic Subran, Chef économiste d’Euler Hermes. « Malheureusement, il ne s’agit pas d’une tendance de court terme : même après 2017, le commerce mondial a peu de chance de retrouver son rythme de croissance d’avant-crise. »

Euler Hermes estime que les importations additionnelles en 2016-2017 seront soutenues par l’Allemagne pour 77 Mds USD et le Japon pour 49 Mds USD. Dans le même temps, la Chine cèdera son fauteuil de plus gros acheteur mondial. Cette tendance concerne bon nombre de pays, dont les importations sont loin de connaitre les taux de croissance enregistrés par le passé.

S’agissant des exportations additionnelles 2016/2017, dans ce contexte de décélération de la demande mondiale, les exportateurs européens devraient tirer leur épingle du jeu, alors que les exportateurs de matières premières continueront à souffrir.

- L’Allemagne occupera la 1ère place du classement, avec des gains à l’export estimés à +75 Mds USD, suivie par

- la France : +42 Mds USD,

- l’Irlande : +38 Mds USD, et le duo

- Italie-Espagne : ex aequo à +34 Mds USD

- la Chine : +33 Mds USD


La stabilité de la croissance de la zone euro, à +1,6% en 2016 comme en 2017, est un gage de progression des CA à l’exportation.

Pour les exportateurs français, l’année 2017 sera plus porteuse que 2016. « En 2016, les CA français ont été affectés par la transmission de la baisse du prix des matières premières aux biens industriels. Mais avec la remontée des cours des matières premières déjà entamée, l’effet de reflation anticipé pour 2017 (inflation à +0,2% en 2016 et à 1,3% en 2017 en France) devrait soutenir les CA à l’exportation. Ainsi, sur les +42 Mds USD de croissance des exportations françaises prévus en 2016-17, les deux tiers seront générés en 2017 », souligne Stéphane Colliac, économiste France chez Euler Hermes.

A moyen terme, la croissance du commerce mondial en volume ne devrait pas ré-accélérer au-delà de +4% par an. Le leader mondial de l’assurance-crédit voit 3 raisons principales à ce rythme modéré :

1/ L’évolution structurelle de la demande mondiale, avec la Chine et les Etats-Unis qui confirment qu’ils ne sont plus les moteurs du commerce mondial. La Chine s’engage vers un modèle qui nécessite moins d’importations, axé sur la consommation privée et les services. Aux Etats-Unis, la révolution énergétique se traduit par une baisse des importations d’énergie. « Si la croissance des importations de la Chine en volume se contracte d’un point, cela coûtera 0,3 point à la croissance du commerce mondial. Pour les Etats-Unis, avec une contraction similaire du volume d’importations, l’impact sera de 0,2 point », abonde Ludovic Subran.
2/ La régionalisation des circuits de financement des économies complique singulièrement le financement du commerce et de la dette (en USD), et les dévaluations compétitives sont au mieux un jeu à somme nulle (ce que l’un gagne, l’autre le perd) et n’ont donc pas permis de relancer le commerce mondial.
3/ Le secteur privé a été refroidi par la montée du risque politique et du protectionnisme (352 nouvelles mesures protectionnistes relevées au 1er semestre 2016).


Mondialisation 2.0 : quelle stratégie pour prospérer à l’international ?

« Dans le monde entier, les consommateurs sont désormais davantage demandeurs de services et de contenus immatériels que de biens. De plus, le financement du commerce international est devenu plus complexe et onéreux, le risque politique s’accroît, et le protectionnisme se renforce », complète Ludovic Subran. « L’heure est visiblement à une nouvelle mondialisation, qui intègre davantage le citoyen, suscite sa confiance, et conduite de manière différente par les décideurs politiques et économiques. »

Dans ce contexte, les entreprises devront trouver de nouvelles alternatives pour se développer :
-   Elles peuvent miser sur la servicisation et la digitalisation pour devenir des multinationales plus rapidement, et dépasser les handicaps qu’elles pourraient avoir, comme leur taille (micro-multinationales). Le commerce de services a été moins perturbé que le commerce de biens : la croissance des exportations de services était stable à +6,7% du PIB mondial en 2014-2015, alors que les exportations de biens ont reculé de -22% en 2015 et de -24% en 2014. « L’indice Euler Hermes de support à la digitalisation montre que l’Allemagne, les Pays-Bas et la Suède sont les pays les mieux positionnés pour favoriser le développement à l’international des entreprises par voie numérique », explique Stéphane Colliac.
-   Les entreprises peuvent aussi faire le pari de l’investissement étranger pour croître. Les fusions acquisitions transfrontalières ont représenté 1 600 Mds USD en 2015, avec les entreprises chinoises en première ligne de cette nouvelle vague d’internationalisation.

Suite à des méga-accords commerciaux décevants, il semble nécessaire de redécouvrir les blocs régionaux : Europe - Moyen-Orient - Afrique, Amérique du Nord - Amérique du Sud, Asie du Sud-Est.
« L’exportation n’est pas un long fleuve tranquille, mais ce n’est pas la seule façon pour une entreprise de s’internationaliser. L’investissement est de plus en plus une stratégie porteuse, et suppose fréquemment la signature de partenariats avec des sociétés locales, à même de vendre directement au consommateur final, en lieu et place d’une exportation qui se heurtera à des barrières protectionnistes. Ainsi, avec les mutations du commerce mondial, de nouveaux acteurs, encore relativement jeunes et petits, pourraient surprendre les grandes sociétés multinationales par leur capacité à épouser plus facilement les nouveaux paradigmes du commerce international », conclut Ludovic Subran.

Plus d’information: www.eulerhermes.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...