Connexion
/ Inscription
Mon espace

Pétrole/OPEP : échec d'une stratégie ou adaptation aux nouvelles conditions du marché ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

L'analyse de l'Union Bancaire Privée

Si l’accord d’Alger est ratifié lors de sa prochaine réunion en novembre, l'OPEP devra réduire sa production d’environ 800 000 barils par jour à partir de décembre prochain. Ainsi, à l’avenir, la production du cartel resterait un million de baril par jour (mbj) au-dessus de sa moyenne en 2015, mais en dessous de la progression actuelle de la demande (1,4 million de barils par jour). Comment expliquer cette décision ? Quels facteurs pèsent sur la décision du groupe ?

L’Opep peut développer deux stratégies de prix : l’une dite « accommodante » et l’autre dite « squeeze ».

La première, consiste à maximiser le profit du cartel en s’adaptant au niveau de la demande et en adoptant un prix de marché élevé, prix qui permettra aussi aux producteurs ayant des coûts élevés d’être rentables et donc de produire.

La deuxième stratégie consiste à augmenter la production du groupe, induisant un prix du marché proche du coût de production des producteurs les moins efficients, ceux-ci seront donc progressivement éjectés du marché.
C’est cette stratégie qui fut adoptée en 2014, et dont le ralentissement de la production de pétrole non conventionnel aux Etats-Unis et de pétrole de sable bitumineux au Canada montre le bien-fondé de la décision prise par le cartel. À l’heure actuelle, la production des Etats-Unis non conventionnelle (dite tight oil), après avoir dépassé les 4,5 millions de barils par jour, se situe à environ de 4 millions. D’après les prévisions de l’AIE et de l’IEA, la production américaine devrait baisser d’environ 800 000 barils par jour en 2016.


Un marché encore sur-approvisionné à l’échelle globale

Une diminution de la production de l’OPEP pourrait changer les fondamentaux du marché s’il parvenait à réduire l’offre excédentaire, ce qui suppose d’un côté de stabiliser ou geler la production du groupe - tout en permettant à certains membres d’adapter leur production à la hausse - et, de l’autre, d’envoyer des signaux forts qui découragent la reprise de la production parmi les outsiders non-Opep.

Selon les derniers chiffres publiés par l’AIE, la demande globale est estimée à 96,0 mbj et la production globale atteint actuellement 96,9 mbj, dont 40,4 millions proviennent de l’Opep (y compris 7 millions de barils de gaz naturel liquide). Donc, en moyenne, le marché serait sur-approvisionné d’environ 900 000 barils par jour, sans compter les inventaires commerciaux cumulés.

Dans ces conditions, si l’Opep parvenait à couper sa production et la stabiliser autour de 33 mbj, le sur-approvisionnement du marché cesserait d’exister, laissant la place à une période vertueuse d’absorption des excédents cumulés. Période qui, cependant, requerra la stabilité de la production non-Opep, la stabilité de la demande globale et une certaine discipline à l’intérieur du cartel.

www.ubp.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...