Connexion
/ Inscription
Mon espace

Formation à distance : système éducatif pour temps de crise économique ou pour période de plein emploi ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Tribune de Jean-Pierre Lehnisch, Docteur d’Etat en Droit, Licencié ès-Lettres - Directeur fondateur du CNFDI * et Auteur de « L’enseignement à distance » - Editions PUF, collection « Que sais-je ? »

La formation à distance est-elle un système éducatif pour temps de crise économique ou période de plein emploi ? La question est débattue depuis1850, date de création du 1er cours par correspondance en France par Emile Pigier.
Les uns défendent l’idée que l’enseignement à distance est idéal en temps de crise afin de réajuster le marché du travail entre offres et demandes d’emplois. D’autres soutiennent la conviction que ce type de formation est surtout nécessaire en période d’euphorie économique, de plein emploi afin de répondre aux multiples sollicitations du marché de l’emploi. Alors qui a raison ?

Allons de suite à la conclusion au risque de décevoir les amateurs de suspens intellectuel : il n’y a pas de contradiction entre les deux opinions ! Facilité de réponse pour ne pas prendre parti ? Non, car c’est une réalité historique de conforter les deux parties et voici pourquoi.

En temps de crise économique
Qui dit crise économique, dit chômage et parfois chômage massif. Or, une bonne partie de ces ruptures d’emplois provient de l’inadéquation entre offres et demandes d’emplois. Des métiers disparaissent rapidement, d’autres émergents. L’évolution technologique est rapide et à chaque coup d’accélérateur, des pans entiers de salariés perdent leur job. La formation à distance répond à ce problème car c’est un système très souple pour adultes. On peut continuer à suivre son emploi du temps tout en préparant ou en re-préparant son avenir professionnel. On peut ainsi se diriger vers des secteurs professionnels qui cherchent preneurs, et ce rapidement : quelques mois parfois suffisent si on a une motivation d’adulte responsable.


En temps d’euphorie économique et de plein-emploi
Contradiction ? En effet, pourquoi faire l’effort psychologique et financier de se former alors qu’on est bien installé dans son job ? En réalité, c’est un constat de surface, du haut de l’iceberg ! Car ces périodes provoquent des sollicitations tous azimuts. Il faut pouvoir y répondre ! De nouveaux métiers apparaissent, des créneaux inédits s’offrent sur le marché du travail et il faut pouvoir y répondre ! D’où le besoin en formation.
Il suffit de constater le développement de la formation à distance durant les 30 glorieuses (1944/1974) pour en être convaincu. D’ailleurs, la formation ouverte à distance (f.o.a.d) présentait un tel développement anarchique pour répondre rapidement à la demande qu’il a fallu l’intervention du législateur pour contrôler ces établissements (loi du 12 juillet 1971).

Enfin, il n’est pas inutile d’ajouter que les périodes d’euphorie économique ne durent pas. Les creux arrivent inévitablement. Autant s’y préparer et anticiper cette évolution inévitable.

En conclusion, la formation à distance est tellement souple qu’elle est capable de s’adapter à l’environnement économique, qu’il soit dépressif ou euphorique. Ceci est une chance pour l’ensemble des structures institutionnelles éducatives qui sont toujours plus lentes à s’adapter à un nouvel environnement professionnel. L’enseignement à distance peut leur servir alors d’études réelles de marché.

* Centre National Privé de Formation à Distance :  https://www.cnfdi.com

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
« GO ! Épargne entreprise », une offre d'épargne salariale pour les PME et les ETI

Lancée par le Groupe Henner, Cedrus Partners et Sanso IS, en partenariat avec l'assureur AXA, cette nouvelle offre se distingue par sa transparence et sa simplicité d'utilisation. Elle englobe 3 solutions d'investissement intégrant une composante liée au développement durable. Sans droits d'entrée ni frais de tenue de compte pour les salariés concernés, ce nouveau dispositif d'épargne salariale a pour vocation d'être clé en main pour les entreprises. Voté en première lecture à l'Assemblée en...