Connexion
/ Inscription
Mon espace

Quelles conséquences pour les marchés en cas de victoire de Donald Trump?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Laurent Gaetani, Directeur Général de Degroof Petercam Gestion

Historiquement, les élections américaines sont rarement un enjeu majeur pour Wall Street et les marchés financiers en général : un excès de volatilité avant et un rapide retour à la normale après. Cette fois-ci, plusieurs facteurs montrent qu’il pourrait en être autrement.

D’abord parce que le candidat républicain est pour le moins « atypique », non conventionnel. Deuxièmement, jamais depuis la seconde guerre mondiale, le niveau d’impopularité voir de rejet pour les deux candidats n’avait été aussi élevé. Enfin au niveau économique, de multiples défis attendent le prochain président : redynamiser une économie en fin de cycle, relance de l’investissement (les infrastructures publiques se sont régulièrement dégradées faute d’investissement), stopper la dégradation des finances publiques. Le tout avec une politique monétaire potentiellement moins accommodante et une opposition du Congrès qui, quoi qu’il arrive, a toutes les chances de se maintenir (même en cas de victoire de Donald Trump avec un Congrès républicain dans la mesure où de nombreux membres républicains ne le suivraient pas).

Qui des programmes ?

La politique de Hilary Clinton sera dans la continuité de celle d’Obama et les réformes présentées se feront principalement par augmentation des dépenses publiques (infrastructures, éducation ; aide sociale) ainsi que la hausse du salaire minimum (de 7,25$ l’heure à 12$ de l’heure).
La réforme phare de Donald Trump est une refonte générale du code des impôts avec une très forte baisse à la fois pour les ménages et les entreprises (baisse de l’imposition de 35 à 15%). Le problème provient du financement de cette réforme et si le choc fiscal sera positif à court terme (rebond de la croissance en 2017), il pèsera sur la dette et la croissance de long terme. Inquiétude également concernant le commerce, Donald Trump adopte une approche protectionniste et isolationniste avec en toile de fonds une renégociation des accords de l’OMC, du NAFTA, la restauration de taxes douanières et de barrière à l’entrée et une politique migratoire ultra restrictive. La conséquence économique de ces mesures serait une hausse de l’inflation importée et une perte de compétitivité, sans parler des mesures de rétorsions de la part de pays partenaires et donc au final un affaiblissement du commerce international et de la croissance mondiale.

Pour l’instant les marchés n’ont pas encore intégré le risque lié aux élections américaines. L’incertitude sur les marchés des actions devraient apparaître au mois d’octobre.

L’histoire nous dit que dans 62% des cas, les actions américaines (S&P 500), montent 3 mois après les élections américaines. Les meilleures performances boursières ont été associées avec une administration démocrate et un Congrès républicain ; une performance presque 2 fois supérieure à la moyenne historique. Mais cette élection est atypique, et si Donald Trump était élu, le choc d’incertitude risque d’être élevé et de nuire aux marchés, à court terme, au minimum. Donald Trump soutient des idées résolument protectionnistes, qui, si elles étaient mises en application, seraient préjudiciables pour les entreprises fortement dépendantes de l’extérieur (35% des revenus du S&P 500 proviennent de l’extérieur des USA).

D’un point de vue sectoriel, certains secteurs semblent plus sensibles aux résultats des élections :
- la santé (pharma, biotech) qui est un sujet très clivant,
- la défense (historiquement, un président Républicain conduit à une hausse plus forte des dépenses militaires),
- la construction (secteur très dépendant de la main d’œuvre immigrée),
- les télécommunications (secteur très réglementé comme celui de la santé).

https://www.degroofpetercam.com/index


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...