Connexion
/ Inscription
Mon espace

Responsabilité des notaires : devoir de conseil et d'information sur les risques économiques de la conclusion de l'acte de vente

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Marie Letourmy, Avocate Membre du Cabinet Cornet Vincet Segurel à Lille

L'arrêt rendu le 14 avril dernier par la 1ère chambre de la Cour de cassation* invite à s'interroger à nouveau sur les limites de l'obligation de conseil du notaire s'agissant de l'opportunité économique des actes auxquels il prête son concours.

De manière constante, la Haute Juridiction réaffirme régulièrement le principe selon lequel le notaire n'est pas soumis à une obligation de conseil et de mise en garde concernant la solvabilité des parties ou l'opportunité économique d'une opération (pour une récente application : Cass. 1ère civ, 18 fév. 2015, n°14-11.557).

Cependant, et dans l'arrêt commenté, la Cour de cassation a approuvé une cour d'appel qui avait retenu la responsabilité d'un notaire ayant « contribué à la mise en place d'une opération structurellement déficitaire et exposé les sociétés au risque de défaillance de leur cocontractante »

Est-ce dès lors à considérer qu'il s'agit là d'un revirement de jurisprudence procédant désormais à une appréciation extensive du devoir de conseil à la charge du notaire incluant l'opportunité économique de l'opération ? Rien n'est moins sûr et la portée de cet arrêt, non publié au bulletin, se doit d'être relativisée s'agissant de la conception de l'obligation de conseil du notaire.En effet, il convient de souligner les faits particuliers du litige soumis à la Haute Juridiction.

Au cas d'espèce, le notaire avait, sans avoir à procéder à des recherches particulières, connaissance d'éléments factuels essentiels qui, s'ils ne remettaient pas en cause l'efficacité juridique de l'acte en lui-même, pouvaient effectivement avoir une importance dans l'appréhension de la viabilité économique du montage mis en œuvre.
Or, le principe constamment réaffirmé selon lequel le notaire n'est pas débiteur d'un devoir de conseil ou d'une obligation d'information en ce qui concerne les risques économiques liées à la conclusion d'un acte régularisé sous son égide est nuancé par la connaissance qu'il aurait ou non d'informations.

En effet, la Haute Juridiction avait déjà pris le soin de préciser que le notaire n'est pas « soumis à une obligation de conseil et de mise en garde concernant la solvabilité des parties ou l'opportunité économique d'une opération en l'absence d'éléments d'appréciation qu'il n'a pas à rechercher » (Cass. 1ère civ., 18 fév. 2015, n°14-11.557, 14-11.558, 14-11.559).

A contrario, et dès lors que le notaire s'avère être, sans avoir à procéder à des investigations, en possession d'informations ou d'éléments de nature à lui permettre de donner un avis sur la viabilité économique de l'opération concernée, il se doit de remplir, à l'égard des parties, son devoir d'information et de conseil.

En conclusion, si le notaire n'a pas à effectuer de diligences particulières aux fins de délivrer aux parties un avis sur l'opportunité économique de l'opération instrumentée, il ne peut rester passif en gardant le silence sur des informations dont il avait connaissance et susceptibles d'éclairer les parties sur l'efficacité économique de l'acte. Tel était précisément le cas en l'espèce.

Se pose dès lors la question de l'appréciation et de l'évaluation du dommage alors réparable.

Sur ce terrain, l'arrêt commenté apparaît assez laconique puisqu'il se contente d'évoquer le préjudice comme résultant de « la perte de chance de contracter à des conditions plus avantageuses », laissant dès lors toute latitude aux juges du fond pour se prononcer sur cette question de fait.

Autant dire qu'un aléa certain entourera la détermination du préjudice qu'il ne sera pas aisé pour les assureurs de responsabilité professionnelle d'anticiper financièrement…

* Cour de cassation, civile, 1ère Chambre civile, 14 avril 2016, n°15-13224, n°15-13225, n°15-13226, n°15-13227, n°15-13228, n°15-13229, n°15-13230, n°15-13231

www.cvs-avocats.com/fr/


Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...