Connexion
/ Inscription
Mon espace

Dépréciations de goodwill des sociétés du CAC 40 enregistrées en 2015

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Données calculées par les équipes de Duff & Phelps, l'un des leaders mondiaux indépendants spécialisés en évaluation et corporate finance. En parallèle de son étude menée à l’échelle européenne, publiée au second semestre de chaque année depuis 2013, cette analyse est consacrée aux grandes sociétés françaises cotées.

Lors de leur dernier exercice, les 39 sociétés du CAC 40 examinées dans le cadre de cette étude ont enregistré un total de 5,8 Mds€ de dépréciations de goodwill, en hausse de 123% par rapport à 2014 - à périmètre comparable.

Pour Carine Tourneur, Managing Director au sein du bureau parisien de Duff & Phelps, spécialiste en évaluation financière : « Bien qu’en forte hausse, ce montant n’a toutefois rien d’excessif. En effet, il ne représente qu’environ 2% du montant global des survaleurs enregistrées aubilan de ces sociétés fin 2014, soit 293 Mds€. A noter que ce ratio est assez stable d’unmillésime à l’autre.»

Autre caractéristique mise en avant par l’étude de Duff & Phelps : la concentration des dépréciations d’écarts d’acquisition sur d’un nombre restreint de groupes. En effet, au cours de l’exercice 2015, 17 des 39 sociétés passées au crible ont déprécié leur goodwill - soit une proportion de 44%, en recul par rapport 2014 (50%) et 77% du total des dépréciations concernent seulement 3 sociétés.

« L’étude met également en exergue une forte concentration sectorielle », poursuit Carine Tourneur. Ainsi, 91% des dépréciations de goodwill en 2015 concernent 5 secteurs d’activité, au premier rang desquels figurent Energie / Electricité et Banque / Assurance, déjà présents dans le ‘trio de tête’ de l’année 2014.

Pour Yann Magnan, Managing Director responsable du bureau parisien et de l’activité Evaluation pour l’Europe de Duff & Phelps, « ces dépréciations sont la conséquence directe de la baisse des prix des produits énergétiques et des matières premières, ainsi que des exigences enmatière de fonds propres réglementaires pour le secteur bancaire ».

« Les dépréciations observées sont essentiellement liées à des facteurs macroéconomiques, affectant les sociétés à l’échelle internationale. Nous n’avons pas identifié dans notre étude d’éléments négatifs propres à l’économie française », pointent Carine Tourneur et Yann Magnan.

http://www.duffandphelps.com/


Soyez acteur de la finance responsable ! 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...