Connexion
/ Inscription
Mon espace

Microsoft et LinkedIn: une union bénie des dieux ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Dans sa plus grande acquisition jamais effectuée, Microsoft a annoncé, la semaine dernière, qu'’il allait acheter le site de réseau professionnel LinkedIn pour 26,2 Mds$ en cash.

Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons, spécialiste en droit des sociétés et fusions-acquisitions TMT, décrypte cette annonce de rachat.

L'acquisition, de loin la plus importante dans l'histoire de Microsoft, réunit deux entreprises : le numéro un mondial du logiciel et le plus grand site de réseau social professionnel avec plus de 400 millions de membres à l'échelle mondiale. A l’annonce de cette acquisition, la valeur des actions de LinkedIn a augmenté de près de 50%.

Selon le PDG de Microsoft, Satya Nadella, cette union permettra de réunir le premier cloud professionnel au premier réseau professionnel. Il faut dire que depuis son arrivée en 2014, Microsoft se bat pour rester la première société de technologie en particulier dans le B to B. Alors que Facebook et d'autres dominent déjà largement les réseaux sociaux personnels, il ne fallait pas manquer l'occasion de rajouter une corde à son arc et de posséder le plus grand site de réseau professionnel.

Alors que Microsoft avait raté la vague du mobile, Satya Nadella sait, maintenant, qu'il doit payer le prix fort pour rester à flot dans le secteur des services. Le rachat de LinkedIn pour 26,2 Mds$ équivaut à 196 $ par action, dans une transaction au comptant. En guise de comparaison, lorsque Facebook a acquis WhatsApp pour 19 Mds$ en 2014, cela représentait 40 $ par action.

Pour comprendre à quel point le prix que va payer Microsoft est important, il suffit de réaliser que la valeur d'entreprise de LinkedIn est l'équivalent de 79 fois les bénéfices de ce réseau social avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) pour les 12 mois précédent le 31 mars. Selon Bloomberg, sur la base de ce multiple, cette transaction est ainsi la plus chère jamais faite du secteur internet payé en cash.

Dans une lettre écrite aux employés de Microsoft, SatyaNadella affirme que cette acquisition sera « la clé de notre ambition audacieuse de réinventer les processus de productivité et d'affaires ». Le savoir-faire de LinkedIn est important quant aux aspirations plus larges de l'intelligence artificielle. Avec cet achat, Microsoft acquiert un organigramme mondial de l'entreprise, lui permettant de posséder des données pour construire un produit du cloud taillé sur mesure, par exemple pour l'amélioration d'un logiciel de relation client ou le recrutement de nouveaux employés.

Toutefois, des doutes subsistent concernant ce rachat : il constitue une sauvegarde pour LinkedIn, dont les actions sont en perte de vitesse depuis le pic de 269 $ par action en 2015. Mais depuis, les investisseurs sont devenus plus sceptiques quant aux entreprises basées sur le cloud. La veille de l'annonce, l'action LinkedIn était négociée à 131 $.
Microsoft n'est pas un habitué des succès dans ses acquisitions, comme en témoigne le désastre Nokia, Yammer ou Sharepoint. Satya Nadella n'était pas aux commandes à l'époque, mais depuis son arrivée, il avait privilégié des acquisitions de plus petites échelles, a l'exception des fabricants du jeu Minecraft pour 2,5 Mds$.

Cependant, certains demeurent sceptiques quant à la logique d'une alliance de Microsoft et LinkedIn, d'autant plus à un prix aussi élevé. Il faut dire que nul ne souhaite être le dernier à effectuer une grosse transaction avant l'effondrement d'un secteur, comme en 2000 lorsque Time Warner a fusionné avec AOL juste avant l'éclatement de la bulle internet. De son coté, Microsoft continue de miser sur le cloud et est convaincu que cette technologie a encore de beaux jours devant elle.

Jeff Weiner restera directeur général de LinkedIn, qui fonctionnera comme une marque indépendante, comme Youtube l'est pour Google. Quant au co-fondateur Reid Hoffman, il aura maintenant de quoi payer des abonnements premium à tous ceux qu'il connaît !

http://www.pinsentmasons.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Etat des lieux du coworking en Ile-de-France

Accroissement du nombre de travailleurs indépendants, essor de la digitalisation et du télétravail, nouvelles générations plus mobiles et en quête d'autonomie… le coworking répond aux multiples enjeux posés par la transformation des modes de travail, ainsi qu'aux stratégies d'entreprises de plus en plus soucieuses de flexibilité... Le phénomène est en pleine expansion depuis 2015 sur le marché immobilier des bureaux. Knight Frank dresse le bilan de la situation en Ile-de-France. Un phénomène...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
4 salariés sur 10 se plaignent d'un mauvais équilibre vie pro / vie perso

75% des salariés européens préfèrent garder bien distinctes et séparées leur vie professionnelle et leur vie personnelle, selon l'étude « Révélez vos talents » d'ADP (Automatic Data Processing). L'étude, qui a interrogé plus de 2 500 travailleurs en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et au Royaume Uni, a conclu que, malgré ces préférences, près d'un tiers (31%) de ces salariés ne pensent pas avoir un bon équilibre vie professionnelle - vie privée dans leur situation actuelle. Les...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Depuis 2017, les tensions géopolitiques augmentent les pertes associées au risque politique

Willis Towers Watson et Oxford Analytica publient leur enquête annuelle* sur le risque politique. Selon les résultats de cette enquête, les préoccupations géopolitiques grandissantes provoquent une augmentation des risques politiques. Ainsi 55% des entreprises internationales générant un CA supérieur à 1 Md$ ont vécu au moins une perte liée au risque politique supérieure à 100 M$. L'étude souligne par ailleurs le phénomène selon lequel les crises économiques vécues par les marchés émergents...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Mauvaises performances du marché mondial des fusions et acquisitions, sauf en Europe

Le marché mondial des fusions-acquisitions (M&A) a sous-performé pour un 4ème trimestre consécutif, selon les derniers résultats du Quarterly Deal Performance Monitor (QDPM), l'observatoire trimestriel des fusions-acquisitions de Willis Towers Watson. Les opérations évaluées entre 100 M$ et plus de 10 Mds$ ont sous-performé l'indice  mondial de 1,8 point (points de pourcentage) en moyenne sur les deux dernières années. Maud Mercier, directrice de l'activité Global Solutions and Services, au...