Connexion
/ Inscription
Mon espace

Microsoft et LinkedIn: une union bénie des dieux ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Dans sa plus grande acquisition jamais effectuée, Microsoft a annoncé, la semaine dernière, qu'’il allait acheter le site de réseau professionnel LinkedIn pour 26,2 Mds$ en cash.

Frédéric Ichay, avocat associé Pinsent Masons, spécialiste en droit des sociétés et fusions-acquisitions TMT, décrypte cette annonce de rachat.

L'acquisition, de loin la plus importante dans l'histoire de Microsoft, réunit deux entreprises : le numéro un mondial du logiciel et le plus grand site de réseau social professionnel avec plus de 400 millions de membres à l'échelle mondiale. A l’annonce de cette acquisition, la valeur des actions de LinkedIn a augmenté de près de 50%.

Selon le PDG de Microsoft, Satya Nadella, cette union permettra de réunir le premier cloud professionnel au premier réseau professionnel. Il faut dire que depuis son arrivée en 2014, Microsoft se bat pour rester la première société de technologie en particulier dans le B to B. Alors que Facebook et d'autres dominent déjà largement les réseaux sociaux personnels, il ne fallait pas manquer l'occasion de rajouter une corde à son arc et de posséder le plus grand site de réseau professionnel.

Alors que Microsoft avait raté la vague du mobile, Satya Nadella sait, maintenant, qu'il doit payer le prix fort pour rester à flot dans le secteur des services. Le rachat de LinkedIn pour 26,2 Mds$ équivaut à 196 $ par action, dans une transaction au comptant. En guise de comparaison, lorsque Facebook a acquis WhatsApp pour 19 Mds$ en 2014, cela représentait 40 $ par action.

Pour comprendre à quel point le prix que va payer Microsoft est important, il suffit de réaliser que la valeur d'entreprise de LinkedIn est l'équivalent de 79 fois les bénéfices de ce réseau social avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) pour les 12 mois précédent le 31 mars. Selon Bloomberg, sur la base de ce multiple, cette transaction est ainsi la plus chère jamais faite du secteur internet payé en cash.

Dans une lettre écrite aux employés de Microsoft, SatyaNadella affirme que cette acquisition sera « la clé de notre ambition audacieuse de réinventer les processus de productivité et d'affaires ». Le savoir-faire de LinkedIn est important quant aux aspirations plus larges de l'intelligence artificielle. Avec cet achat, Microsoft acquiert un organigramme mondial de l'entreprise, lui permettant de posséder des données pour construire un produit du cloud taillé sur mesure, par exemple pour l'amélioration d'un logiciel de relation client ou le recrutement de nouveaux employés.

Toutefois, des doutes subsistent concernant ce rachat : il constitue une sauvegarde pour LinkedIn, dont les actions sont en perte de vitesse depuis le pic de 269 $ par action en 2015. Mais depuis, les investisseurs sont devenus plus sceptiques quant aux entreprises basées sur le cloud. La veille de l'annonce, l'action LinkedIn était négociée à 131 $.
Microsoft n'est pas un habitué des succès dans ses acquisitions, comme en témoigne le désastre Nokia, Yammer ou Sharepoint. Satya Nadella n'était pas aux commandes à l'époque, mais depuis son arrivée, il avait privilégié des acquisitions de plus petites échelles, a l'exception des fabricants du jeu Minecraft pour 2,5 Mds$.

Cependant, certains demeurent sceptiques quant à la logique d'une alliance de Microsoft et LinkedIn, d'autant plus à un prix aussi élevé. Il faut dire que nul ne souhaite être le dernier à effectuer une grosse transaction avant l'effondrement d'un secteur, comme en 2000 lorsque Time Warner a fusionné avec AOL juste avant l'éclatement de la bulle internet. De son coté, Microsoft continue de miser sur le cloud et est convaincu que cette technologie a encore de beaux jours devant elle.

Jeff Weiner restera directeur général de LinkedIn, qui fonctionnera comme une marque indépendante, comme Youtube l'est pour Google. Quant au co-fondateur Reid Hoffman, il aura maintenant de quoi payer des abonnements premium à tous ceux qu'il connaît !

http://www.pinsentmasons.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...