Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Activité et Tendances » des TPE en 2015, étude publiée par la FCGA*

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Chiffres clés…

Moins grave, mais toujours inquiétant : en moyenne, toutes professions confondues, le chiffre d’affaires des TPE enregistre un recul de 1,7% contre -3,2% l’année précédente.

Même si l’on constate une tendance à l’amélioration relative des performances (réduction du volume des pertes), aucun des 8 secteurs analysés n’affiche un taux d’accroissement positif de son activité. Par ailleurs, seules 2 des 26 professions présentent des CA au-dessus de zéro. Il s’agit des détaillants en fruits et légumes +2,5% et des fleuristes +0,4%.

Toutefois, 5 secteurs d’activité sur 8 améliorent relativement leurs performances par rapport à 2014,tout en se maintenant néanmoins dans une tendance négative :
- Artisanat du bâtiment : -2,7% (contre -7,5%)
- Equipement de la maison : -0,2% (contre -4,5%)
- Café-hôtellerie-restauration : -0,8% (contre -1,3%)
- Métiers de la santé : -1,0% (contre -1,3%)
- Equipement de la personne : -3,4% (contre -3,8%)

3 autres secteurs présentent un chiffre d’affaires en recul comparativement à celui réalisé un an plus tôt :
- Vente et réparation automobile : -2,8% (contre -1,5%)
- Commerce de détail alimentaire : -0,8% (contre +0,2%)
- Beauté-esthétique : -0,4% (contre -0,1%)


Performances secteur par secteur

1/ En amélioration relative

Equipement de la personne : -3,4%. C’est la 4ème année consécutive de repli pour ce secteur. Très sensible à la conjoncture, il améliore à peine ses ventes par rapport à l’année précédente (-3,8%). A l’exception des boutiques de lingerie qui réduisent le niveau de leurs pertes (-1,6%, contre -3,9%), toutes les autres activités affichent des chiffres d’affaires en net recul : -3,9% pour le prêt-à-porter, -2,7% pour les magasins de chaussures, -3,4% pour l’horlogerie-bijouterie. Souvent tributaires de la météo et des évolutions du pouvoir d’achat des ménages, ces commerces traditionnels subissent aussi de plein fouet la triple concurrence des réseaux d’enseignes, des sites de vente en ligne et des nombreux concepts low-cost.

L’artisanat du bâtiment : -2,7%. L’activité des artisans du bâtiment regagne près de 5 points par rapport à 2014 (-7,5%). Elle ne remonte pas encore au niveau de 2013 (+1,6%), mais retrouve peu à peu des couleurs. Toutes les professions du secteur, de la maçonnerie (-1,8%) à la plomberie (-1,5%) en passant par l’électricité (-3,8%) ou encore la menuiserie (-2,9%) reconquièrent 4 à 6 points de croissance par rapport à l’année précédente. Une tendance progressive à la reprise qui se confirme au 1er trimestre 2016 (-0,1%).

Métiers de la santé : -1,0%. Depuis 4 ans, l’activité des pharmaciens et des opticiens régresse sans interruption. En 2015, si les opticiens récupèrent deux points de chiffre d’affaires en passant de -3,2% à -1,1%. Les pharmaciens  ne regagnent même pas un demi-point (-1,0%, contre -1,3% en 2014). Confrontées à de nouvelles contraintes réglementaires et à un mouvement de concentration qui fait la part belle aux grands réseaux, ces deux professions tentent péniblement de se réinventer un modèle économique.

Café-hôtellerie-restauration : -0,8%. En moyenne, le secteur améliore sa performance d’un demi-point (-0,8%, contre -1,3%) comparativement à l’année précédente. Si les restaurants (-0,6%) et les hôtels-restaurants (-0,3%) affichent des taux encore moins négatifs que la tendance sectorielle, l’activité des cafés, en revanche, est en chute : -1,7% après +0,2% en 2014. Des chiffres qui s’inscrivent dans contexte de baisse générale de la fréquentation des établissements, notamment en raison de la raréfaction de la clientèle étrangère après les attentats de Paris.

L’équipement de la maison : -0,2%. Dynamisé par la relance des ventes dans les fleuristeries indépendantes (+0,4%, contre -4,6%), le secteur réduit sensiblement le volume de ses pertes en 2015 : -0,2%, contre -4,5% un an plus tôt. De leur côté, les commerces spécialisés dans la vente d’électroménager, TV, Hifi affichent un chiffre d’affaires en baisse de 2,7%, finalement assez proche de celui enregistré en 2014 (-3,3%). Ce sont surtout les équipements de télécommunications, le petit électroménager et les consommables qui stimulent les ventes.


2/ En recul

Vente et réparation auto-moto : -2,8%. L’activité des garagistes indépendants se rétracte nettement en 2015 : -2,8%, contre -1,5% un an plus tôt. Ils ne bénéficient pas du spectaculaire redécollage des ventes de voiture neuves intervenu l’année dernière : +6,8%, la meilleure performance depuis 2009 avec plus de 1,9 millions d’unités commercialisées. La concurrence tarifaire des enseignes spécialisées et les offres packagées des concessionnaires, incluant l’entretien-réparation, grignotent les parts de marchés de ces réparateurs traditionnels.

Commerce de détail alimentaire : -0,8%. C’est une première depuis 5 ans. En 2015, l’activité des commerces de détail alimentaires passe en dessous de zéro. A l’exception des détaillants en fruits et légumes (+2,5%) et des pâtisseries artisanales (0,0%), toutes les professions du secteur affichent un chiffre d’affaires en recul : -1,2% pour la boulangerie-pâtisserie, -1,3% pour la boucherie-charcuterie, -0,1% pour la charcuterie, -1,5% pour l’alimentation générale.

Métiers de la beauté et de l’esthétique : -0,4. Moins de visites, une demande de prestations basiques, peu d’achats de produits complémentaires… sont les principaux facteurs qui expliquent la baisse d’activité dans les salons de coiffure (-0,5%) et les instituts spécialisés dans les soins esthétiques à la personne (-0,2%). Il faut aussi ajouter la féroce concurrence des enseignes qui cassent les prix et celle, pas toujours loyale, de prestataires indépendants à domicile.


*FCGA : Fédération des centres de gestion agréés. Créée en 1978, La FCGA est le réseau expert de la petite entreprise : 300 000 entreprises au travers de ses 100 CGA adhérents. Elle forme un réseau d’information et d’assistance aux petites entreprises présent sur l’ensemble du territoire national et capitalise une expertise économique et sociale reconnue de la petite entreprise - TPE.  
http://www.fcga.fr/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...