Connexion
/ Inscription
Mon espace

Brexit : quel impact sur les tech startups au Royaume-Uni ?

ABONNÉS

Nick Waller et Alex Hemsley, co-dirigeants de Global-M, agence de tech recrutement basée à Londres, tiennent un discours pessimiste sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’UE. Leur agence, basée à côté de la Silicon Roundabout de Londres aide les startups britanniques à se développer de par le monde depuis 2012.

Dans ce domaine de l’innovation en constante évolution, Global-M note que dans la recherche de personnel spécialisé, le talent doit primer sur la nationalité ou sur la commodité géographique. La main-d'œuvre de programmateurs, ingénieurs, développeurs, se doit d’être très mobile, toujours prêt à saisir une nouvelle opportunité passionnante dans un rôle idéal à travers le monde. Beaucoup de ces emplois se trouvent être au Royaume-Uni et les programmeurs expatriés ont jetés les bases du succès de nos startups britanniques depuis plusieurs années, avec pour preuve, un redémarrage certain de l’économie britannique dans ce domaine..

Les partisans de Brexit soutiennent que les salaires vont augmenter et que le chômage baissera si le Royaume-Uni quitte l'UE, mais en réalité, les travailleurs étrangers hautement qualifiés ne prennent pas les emplois locaux. Au contraire, ils les soutiennent et cela  permet aux entreprises basées au Royaume-Uni de se développer. Notons que ce sont des postes à pourvoir en grand nombre : les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologiques font face à une pénurie de talents au Royaume-Uni. Dans ce domaine où la concurrence mondiale est rude, il a été nécessaire d'utiliser les marchés étrangers pour recruter des travailleurs hautement qualifiés.

Nick Waller et Alex Hemsley notent l’impact indéniable des talents étrangers sur l’industrie britannique : 51% de leurs candidats placés en entreprises au cours de la dernière année sont étrangers. Ils mettent en garde contre une sortie de l’UE. Celle-ci amènerait une restriction de la circulation des jeunes talents mondiaux au sein du Royaume-Uni et aurait un fort impact sur le développement des startups britannique et, in fine, sur l'économie.

« Je crois qu’empêcher la libre circulation des travailleurs hautement qualifiés aura un impact négatif sur le monde des nouvelles technologies Londoniennes. Ce serait un rude coup porté, alors que nous sommes l’un des pays au monde les plus en pointe sur les questions d’innovation et de technologies », note Alex Hemsley.  

Un récent sondage réalisé par Silicon Valley Bank a révélé que 72% des cadres de startups pensent que quitter l'UE aurait un effet négatif sur leur entreprise. 95% des sondés pensent que la main d’œuvre étrangère est nécessaire puisqu’il est déjà difficile de trouver les bonnes personnes pour leurs équipes.

En outre, le Secrétaire au Trésor a prédit une longue récession de l’économie britannique, avec en point d’orgue des licenciements évalués à 800 000 postes en cas de Brexit.

Nick Waller relève que le soutien financier de l’UE à l'industrie technologique britannique sera rompu en cas de Brexit, « La Commission européenne a été très favorable au secteur des nouvelles technologies britannique et le Brexit serait financièrement intenable pour les startups britanniques. C’est une perte de 2,8 Mds€ de financement, en soutien aux entreprises et au programme «Instrument PME» "Horizon 2020", visant à développer l’innovation en Europe, promet un financement à hauteur de 80 Mds€, pour les startups souhaitant se lancer. Chaque jour, avec ce type de programme, je vois la valeur énorme que cela peut représenter en termes d’emploi pour nos clients. Grace à cela, ils peuvent recruter de la main d’œuvre étrangère. Le Brexit serait une catastrophe pour nos jeunes entreprises du Royaume-Uni ».

Il a été dit que, grâce à des règles de visas préférentiels, le Royaume-Uni aura le pouvoir d'adapter sa politique d'immigration pour attirer des employés qualifiés dans les domaines requis, tels que la technologie, mais Grace à notre expérience, nous savons que le Brexit fera du Royaume-Uni un endroit moins attrayant en terme fiscal et en terme de relocalisation.

À l'heure actuelle, les trois quarts des citoyens européens travaillant au Royaume-Uni ne répondraient pas aux exigences de visa en vigueur pour les travailleurs étrangers non-UE si la Grande-Bretagne parvenait a quitté le bloc.

Pour les partisans du Brexit la réponse réside dans le développement de programmes éducatifs accès sur les nouvelles technologies. Cela prendra des années pour profiter des avantages de cette nouvelle main d’œuvre formée en Grande-Bretagne… Et les startups n’ont pas le temps d’attendre.

Avec des programmes d'incubation, des subventions et des programmes de financement, le Royaume-Uni s’est avérée être une plaque tournante importante de l'innovation sur la scène internationale. Londres a été classée numéro 1 des villes en Europe pour son soutien aux startups. Il serait dommage de renverser cette position. Les travailleurs étrangers apportent beaucoup au Royaume-Uni, à la fois économiquement et intellectuellement. Permettre aux entreprises de recruter librement est cruciale dans le cadre d’une économie prospère qui peut continuer à produire des grandes entreprises comme Transferwise et Skyscanner.

Plus d'informations via : www.global-m.co.uk

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...